share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le jour du roi - Prix de Flore 2010

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le jour du roi - Prix de Flore 2010

Le jour du roi - Prix de Flore 2010

  (Auteur)


Prix : 100,00 DH TTC


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le jour du roi - Prix de Flore 2010"

Taïa laisse de côté l'homosexualité, thème central de ses deux précédents romans qui lui ont valu sa notoriété internationale et traite d'un sujet qui lui tient encore plus à coeur : la fracture, qui, au Maroc, sépare les pauvres des riches. Le héros et narrateur du roman est un adolescent pauvre. Il vit seul avec son père. Sa mère est partie, ce qui a démoli le père. Le garçon hait et en même temps admire cette femme indigne, mais libre. Il a un ami de son âge, fils d'une riche famille. C'est ce garçon qui, bien sûr, est désigné pour aller saluer le Roi, baiser sa main. Le Roi est la figure omniprésente de l'autorité, devant qui tous s'écrasent. Malgré leur amitié profonde, le garçon pauvre finira par tuer le garçon riche : la lutte des classes l'emporte. Le roman, politique au fond, ne l'est jamais vraiment. Il est poétique, onirique, métaphorique, et en même temps cru, ponctué de scènes vives qui marquent l'esprit du lecteur. Il se termine avec un autre personnage, féminin : une petite domestique noire dont le père du garçon riche avait fait son esclave sexuelle, destin jusqu'à un certain point accepté et même désiré par cette jeune fille, à la fois aliénée par le sort qui lui a fait la société, et en quête aveugle de liberté.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 209  pages
  • Dimensions :  1.8cmx14.0cmx20.3cm
  • Poids : 272.2g
  • Editeur :   Magnard Paru le
  • Collection : CADRE ROUGE
  • ISBN :  2021002535
  • EAN13 :  9782021002539
  • Classe Dewey :  843
  • Langue : Français

D'autres livres de Abdellah Taïa

Une mélancolie arabe

Salé, près de Rabat. Milieu des années 80. Un adolescent pauvre court à perdre haleine. Vers son rêve, devenir metteur en scène de cinéma, vers sa star égyptienne : Souad Hosni - ailleurs, loin de son quartier, qu'il aime et déteste à la fois, qui veut le fixer dans une [....]...

Prix : 100 DH
L'armée du salut

Dans une petite maison près de Rabat, Abdellah vit avec ses parents et ses huit frères et sœurs. Adolescent, il découvre la sensualité avec son frère aîné. Quand celui-ci tombe amoureux d'une femme, il se sent abandonné. Parti pour la Suisse, ce n'est pas la liberté tant espérée qu'il d...

Prix : 71 DH

Voir tous les livres de Abdellah Taïa

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Taïa laisse de côté l'homosexualité, thème central de ses deux précédents romans qui lui ont valu sa notoriété internationale et traite d'un sujet qui lui tient encore plus à coeur : la fracture, qui, au Maroc, sépare les pauvres des riches. Le héros et narrateur du roman est un adolescent pauvre. Il vit seul avec son père. Sa mère est partie, ce qui a démoli le père. Le garçon hait et en même temps admire cette femme indigne, mais libre. Il a un ami de son âge, fils d'une riche famille. C'est ce garçon qui, bien sûr, est désigné pour aller saluer le Roi, baiser sa main. Le Roi est la figure omniprésente de l'autorité, devant qui tous s'écrasent. Malgré leur amitié profonde, le garçon pauvre finira par tuer le garçon riche : la lutte des classes l'emporte. Le roman, politique au fond, ne l'est jamais vraiment. Il est poétique, onirique, métaphorique, et en même temps cru, ponctué de scènes vives qui marquent l'esprit du lecteur. Il se termine avec un autre personnage, féminin : une petite domestique noire dont le père du garçon riche avait fait son esclave sexuelle, destin jusqu'à un certain point accepté et même désiré par cette jeune fille, à la fois aliénée par le sort qui lui a fait la société, et en quête aveugle de liberté.