share_book
Envoyer cet article par e-mail

Faut-il brûler la contre-insurrection ?

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Faut-il brûler la contre-insurrection ?

Faut-il brûler la contre-insurrection ?


Prix : 348,50 DH TTC


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Faut-il brûler la contre-insurrection ?"

À la faveur des conflits irakien et afghan, la doctrine de contre-insurrection marque un retour fracassant sur la scène internationale. Qu'on la qualifie de subversive, de culturelle, de contre-révolutionnaire, d'irrégulière ou encore d'hybride, cette guerre dans la guerre, destinée à soutenir la stabilisation d'un pays par l'action conjointe de la force armée et des moyens politiques, économiques et sociaux, suscite passions et polémiques. Mais ce concept, pour certains rendu caduc par les guerres de décolonisation et du Vietnam, est-il la seule véritable alternative stratégique à l'enlisement des forces occidentales dans des conflits asymétriques ? Ou bien n'est-il qu'un simple discours de légitimation à destination de l'opinion publique, voire le cache-sexe d'une politique d'emprise néocoloniale ? Un sujet brûlant pour un débat passionné qui divise les politiques et les militaires, la France et les États-Unis.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 307 pages
  • Dimensions :  2.6cmx15.0cmx20.4cm
  • Poids : 421.8g
  • Editeur :   Choiseul Editions Paru le
  • ISBN :  2361590042
  • EAN13 :  9782361590048
  • Classe Dewey :  320
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

À la faveur des conflits irakien et afghan, la doctrine de contre-insurrection marque un retour fracassant sur la scène internationale. Qu'on la qualifie de subversive, de culturelle, de contre-révolutionnaire, d'irrégulière ou encore d'hybride, cette guerre dans la guerre, destinée à soutenir la stabilisation d'un pays par l'action conjointe de la force armée et des moyens politiques, économiques et sociaux, suscite passions et polémiques. Mais ce concept, pour certains rendu caduc par les guerres de décolonisation et du Vietnam, est-il la seule véritable alternative stratégique à l'enlisement des forces occidentales dans des conflits asymétriques ? Ou bien n'est-il qu'un simple discours de légitimation à destination de l'opinion publique, voire le cache-sexe d'une politique d'emprise néocoloniale ? Un sujet brûlant pour un débat passionné qui divise les politiques et les militaires, la France et les États-Unis.