share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le Dernier Mort de Mitterrand

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le Dernier Mort de Mitterrand

Le Dernier Mort de Mitterrand

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : 81,00 DH TTC


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le Dernier Mort de Mitterrand"

Le 7 avril 1994, François de Grossouvre se suicide dans son bureau, au cœur du Palais de l'Élysée, à deux pas de François Mitterrand dont il a été l'un des plus fidèles compagnons de route. Grossouvre, aristocrate maurrassien engagé dans la Résistance, industriel entretenant des réseaux en Afrique, ancien membre des services spéciaux, n'était plus le séducteur élégant, le financier des campagnes électorales, mais un homme amer, un ami déçu. Pourquoi ce ministre de la vie privée de François Mitterrand, parrain de Mazarine, a-t-il décidé d'en finir ? Pourquoi voulait-il dénoncer à la presse et à la justice les dérives d'une mitterrandie crépusculaire ? Le Dernier Mort de Mitterrrand est une réflexion sur le pouvoir, c’est aussi le roman d'une amitié amoureuse, au-delà des intrigues courtisanes. Raphaëlle Bacqué a trouvé le bon ton et le bon rythme. C’est comme ça qu’on fait un très bon livre. François Bazin, Le Nouvel Observateur.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 189 pages
  • Dimensions :  1.0cmx11.2cmx17.0cm
  • Poids : 81.6g
  • Editeur :   Le Livre De Poche Paru le
  • Collection : Littérature & Documents
  • ISBN :  2253157880
  • EAN13 :  9782253157885
  • Classe Dewey :  843
  • Langue : Français

D'autres livres de Raphaëlle Bacqué

L'enfer de Matignon

Parce qu'être Premier ministre est synonyme de pression, de solitude, de mensonge et souvent de trahison. Douze locataires de l'Hôtel Matignon racontent, sans langue de bois, leur expérience de chef du gouvernement : de la joie des premiers instants aux combats avec la presse, de l'angoisse [....

République

Gérard Rondeau en a eu le premier l'idée. Un photographe garde toujours dans le ventre de son appareil l'atmosphère d'une cour d'école, un détail caché au coeur des dorures de Palais nationaux, une rosette à la boutonnière. J'avais en mémoire, pour ma part, des histoires crues de combats é...

Le dernier mort de Mitterrand

Le 7 avril 1994, François de Grossouvre est retrouvé mort dans son bureau, au cœur du Palais de l’Elysée, à deux pas de François Mitterrand dont il a été l’un des plus fidèles compagnons de route. Les murs capitonnés ont étouffé le bruit du 357 Magnum Manurhin que cet amateur d’arm...

Chirac ou le Démon du pouvoir

Dans l'ultime combat pour sa réélection, Jacques Chirac jette tout ce qui a fait sa vie. Il n'avait pas trente ans lorsqu'il a pénétré dans les palais nationaux. Il n'en avait pas quarante qu'il se voyait déjà destiné aux plus hautes fonctions. Femmes, filles, amis, compagnons, parti : tous ...

Voir tous les livres de Raphaëlle Bacqué

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Le 7 avril 1994, François de Grossouvre se suicide dans son bureau, au cœur du Palais de l'Élysée, à deux pas de François Mitterrand dont il a été l'un des plus fidèles compagnons de route. Grossouvre, aristocrate maurrassien engagé dans la Résistance, industriel entretenant des réseaux en Afrique, ancien membre des services spéciaux, n'était plus le séducteur élégant, le financier des campagnes électorales, mais un homme amer, un ami déçu. Pourquoi ce ministre de la vie privée de François Mitterrand, parrain de Mazarine, a-t-il décidé d'en finir ? Pourquoi voulait-il dénoncer à la presse et à la justice les dérives d'une mitterrandie crépusculaire ? Le Dernier Mort de Mitterrrand est une réflexion sur le pouvoir, c’est aussi le roman d'une amitié amoureuse, au-delà des intrigues courtisanes. Raphaëlle Bacqué a trouvé le bon ton et le bon rythme. C’est comme ça qu’on fait un très bon livre. François Bazin, Le Nouvel Observateur.