share_book
Envoyer cet article par e-mail

Un grand oiseau blanc avec une chemise

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Un grand oiseau blanc avec une chemise

Un grand oiseau blanc avec une chemise

  (Auteur)


Prix : 223,00 DH TTC


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Un grand oiseau blanc avec une chemise"

Éternelle jeune fille de quarante-cinq ans, Joséphine vit en sandales et en robe légère dans l’île d’Ibiza. Les touristes sont partis, elle a gagné de quoi attendre rêveusement l’été prochain. Mais un Anglais arrive, qui a loué la luxueuse villa située en-dessous de chez elle. Les voisins trouvent à cet homme un air d’oiseau décharné. La rumeur prétend qu’il a acquis gloire et fortune en peignant des horreurs. La première fois qu’il lui adresse la parole, Joséphine, pour sa part, a l’impression de reconnaître la voix de son père tant aimé. Bientôt, elle le trouve attachant jusque dans son égoïsme, désarmant jusque dans ses caprices. Mais lui ? Artiste adulé, cruel dans sa peinture et ironique dans l’existence, que peut-il trouver à une fille simple, solitaire, qui n’a pas voulu comprendre que la saison des colliers de fleurs était passée ? Son art lui fait-il voir cette femme autrement ? Entre eux s’installe un jeu ambigu. Amoureux ? Sans doute, mais à la manière du soleil d’automne qui illumine la Méditerranée sans brûler.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 192 pages
  • Dimensions :  1.8cmx13.4cmx20.6cm
  • Poids : 281.2g
  • Editeur :   Fayard Paru le
  • Collection : Littérature Française
  • ISBN :  2213656126
  • EAN13 :  9782213656120
  • Classe Dewey :  843
  • Langue : Français

D'autres livres de Régis Franc

London prisoner

Quand j’ai dit à mes amis (français) que je m’installais à Londres, ils ont été unanimes : Londres ? Cool ! Comparé au swinging London, Paris, c’était la belle endormie. Alors je me suis engouffré dans le boyau obscur du tunnel sous la Manche en me disant, pour me donner du courage, qu...

Ceux qui m'attendent

À la veille de son trentième anniversaire, un homme jusqu'alors expert en art et heureux en amour voit son existence bouleversée par une vision, une disparition et une apparition. La vision, c'est celle de sa femme qu'il croit voir embrasser un homme à la terrasse d'un café. La disparition, c'e...

Du beau linge

Côté cour, les faubourgs crasseux d'une petite ville du sud, côté jardin, un château trônant au milieu des vignes. Ici, une grosse gamine qui se prend pour la Reine d'Angleterre ; là, un nobliau follement épris d'une cocotte de bordel....

Une blonde blessée qui, par un soir d'été...

Un roman drôle, totalement fantasque, entre réalisme et onirisme par l'auteur du Café de la plage. Et si en plus de dessinateur, Régis Franc était aussi un vrai écrivain ? Après un premier roman remarqué, Du beau linge, chez Laffont, Chère Ange confirme un véritable ton et un univers très...

Voir tous les livres de Régis Franc

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Éternelle jeune fille de quarante-cinq ans, Joséphine vit en sandales et en robe légère dans l’île d’Ibiza. Les touristes sont partis, elle a gagné de quoi attendre rêveusement l’été prochain. Mais un Anglais arrive, qui a loué la luxueuse villa située en-dessous de chez elle. Les voisins trouvent à cet homme un air d’oiseau décharné. La rumeur prétend qu’il a acquis gloire et fortune en peignant des horreurs. La première fois qu’il lui adresse la parole, Joséphine, pour sa part, a l’impression de reconnaître la voix de son père tant aimé. Bientôt, elle le trouve attachant jusque dans son égoïsme, désarmant jusque dans ses caprices. Mais lui ? Artiste adulé, cruel dans sa peinture et ironique dans l’existence, que peut-il trouver à une fille simple, solitaire, qui n’a pas voulu comprendre que la saison des colliers de fleurs était passée ? Son art lui fait-il voir cette femme autrement ? Entre eux s’installe un jeu ambigu. Amoureux ? Sans doute, mais à la manière du soleil d’automne qui illumine la Méditerranée sans brûler.