share_book
Envoyer cet article par e-mail

Donner et prendre

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Donner et prendre

Donner et prendre

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Donner et prendre "

Présentation de Donner et prendre

Ce livre aborde la principale énigme du monde du travail : la coopération. Elle est nécessaire aubon fonctionnement des entreprises, mais ne repose que sur la « bonne volonté » des opérateurs. Lacoopération ne s'explique en effet ni par l'intérêt économique, ni par la contrainte des procédures, nipar les normes de métier. Elle repose largement, au bout du compte, sur la seule volonté de donner :on donne aux autres parce que donner permet d'échanger et donc d'exister en entreprise. Coopérer suppose en effet de créer des liens sociaux, par l'intermédiaire desquels circulent des biens, des informations, des services, des symboles, des rites ou des émotions, comme circulaient les donsdans les sociétés « primitives ». Mais, hier comme aujourd'hui, ces échanges ne peuvent être réduits à une série de comportements altruistes et pacifiques : donner représente également le moyen d'obliger, d'obtenir, de trahir ou de prendre. Et ce « commerce » se réalise au nom d'un tiers, qu'il se nomme métier, mission, projet, réseau ou entreprise. Celle-ci tire donc parti de cette ingéniosité collective qui se donne à elle, permettant le changement et le mouvement. Pour autant, loin de reconnaître ces générosités, elle dénie l'existence du don et privilégie les modes de gestion « modernes », qui préfèrent que salariés et employeurs soient quittes, plutôt que mutuellement endettés. Norbert Alter aboutit ainsi à la mise en évidence d'un phénomène paradoxal, qui prend à rebours les discours du management ordinaire : le problème des organisations ne consiste pas à « mobiliser les salariés », mais à tirer parti de leur volonté de donner.

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 232  pages
  • Dimensions :  1.8cmx12.6cmx18.4cm
  • Poids : 240.4g
  • Editeur :   Editions La Découverte Paru le
  • Collection : La Découverte/Poche
  • ISBN :  2707167207
  • EAN13 :  9782707167200
  • Classe Dewey :  330
  • Langue : Français

D'autres livres de Norbert Alter

Sociologie du monde du travail

" Plutôt que de respecter territoires et chapelles, cet ouvrage reprend librement des idées parfois opposées d'un point de vue académique. Il s'en sert pour développer une lecture globale s'enrichissant de la diversité de ces idées. Plus encore, les situations de travail dont il est ici [....

L'innovation ordinaire

Les entreprises contemporaines se caractérisent en premier lieu par le mouvement, résultat d'un flux permanent d'innovations produisant à la fois engagement et lassitude, remise en ordre et déviance. Cette expérience bouleverse les cadres sociaux convenus et amène les acteurs à se mettre [...

Voir tous les livres de Norbert Alter

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Donner et prendre

Ce livre aborde la principale énigme du monde du travail : la coopération. Elle est nécessaire aubon fonctionnement des entreprises, mais ne repose que sur la « bonne volonté » des opérateurs. Lacoopération ne s'explique en effet ni par l'intérêt économique, ni par la contrainte des procédures, nipar les normes de métier. Elle repose largement, au bout du compte, sur la seule volonté de donner :on donne aux autres parce que donner permet d'échanger et donc d'exister en entreprise. Coopérer suppose en effet de créer des liens sociaux, par l'intermédiaire desquels circulent des biens, des informations, des services, des symboles, des rites ou des émotions, comme circulaient les donsdans les sociétés « primitives ». Mais, hier comme aujourd'hui, ces échanges ne peuvent être réduits à une série de comportements altruistes et pacifiques : donner représente également le moyen d'obliger, d'obtenir, de trahir ou de prendre. Et ce « commerce » se réalise au nom d'un tiers, qu'il se nomme métier, mission, projet, réseau ou entreprise. Celle-ci tire donc parti de cette ingéniosité collective qui se donne à elle, permettant le changement et le mouvement. Pour autant, loin de reconnaître ces générosités, elle dénie l'existence du don et privilégie les modes de gestion « modernes », qui préfèrent que salariés et employeurs soient quittes, plutôt que mutuellement endettés. Norbert Alter aboutit ainsi à la mise en évidence d'un phénomène paradoxal, qui prend à rebours les discours du management ordinaire : le problème des organisations ne consiste pas à « mobiliser les salariés », mais à tirer parti de leur volonté de donner.