share_book
Envoyer cet article par e-mail

Les Tunique bleues, tome 44

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Les Tunique bleues, tome 44

Les Tunique bleues, tome 44

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Les Tunique bleues, tome 44 "

Dès les premières cases, la bataille s'engage. Des fantassins de l'armée régulière des États-Unis chargent la position des rebelles sudistes. Les obus explosent. Des soldats s'écroulent, foudroyés. Le champ de bataille n'est plus que confusion de corps blessés et d'hommes valides ou blessés fuyant en pagaille. Les râles sont couverts par le bruit de la mitraille. À l'arrière, deux généraux se disputent. Le premier, le général Sherman, veut arrêter cette boucherie. Face à lui, le général Grant réplique que cet assaut-là réussira, c'est sûr. "On ne fait pas d'omelette sans casser des œufs" conclut-il cyniquement. On est dans un western réaliste, un film de John Wayne, de Raoul Walsh ou dans une BD de Blueberry ? Détrompez-vous : nous sommes dans une BD humoristique. Les Tuniques bleues, l'un des pamphlets anti-militaristes les plus mordants jamais créés par l'école belge de bande dessinée. Créée pour le Journal de Spirou en 1968 pour remplacer un "Poor Lonesome Cow-Boy" parti chevaucher vers d'autres horizons, qui aurait cru que les Tuniques Bleues seraient encore là trente ans après leurs premiers exploits ? Raoul Cauvin, qui faisait ses débuts de scénariste et Louis Salvérius un jeune dessinateur inconnu, avaient opportunément proposé de créer une nouvelle série dans le registre du western humoristique. Grâce à un couple de duettistes exceptionnels – Chesterfield, un sergent au sens de l'honneur chevillé à l'uniforme, pour qui la guerre est une opportunité, et Blutch, un caporal pleutre, tire-au-flanc mais plein de bon sens – ils ont pu relever le défi. La série démarra "sur les chapeaux de roue". Mais, en 1970, dès la moitié du troisième album, la mort emporta le dessinateur Salvérius et laissa la série orpheline. Willy Lambil, qui n'arrivait pas à faire décoller la série Sandy et Hoppy malgré ses 23 épisodes, reprit la série brillamment et arriva à construire au bout de 44 albums une saga qui a rarement montré des signes de faiblesses. Fondé sur la technique des gags à répétition qui, comme dans Astérix ou Lucky Luke son modèle, les histoires de Cauvin et Lambil mêlent agréablement les anecdotes historiques et la farce humoristique. Confortée par un succès grandissant, cette série sans prétention artistique excessive illustre parfaitement la tradition de l'école belge : celle d'un divertissement réussi qui ravit aussi bien les adultes que les plus jeunes. --Didier Pasamonik

Détails sur le produit

  • Reliure : Cartonné
  • 48  pages
  • Dimensions :  0.8cmx21.0cmx29.4cm
  • Poids : 158.8g
  • Editeur :   Dupuis Paru le
  • Collection : Les Tunique bleu
  • ISBN :  2800130938
  • EAN13 :  9782800130934
  • Classe Dewey :  741.5
  • Langue : Français

D'autres livres de  Willy Lambil

Album Spirou, N° 303

Prix : 162 DH
Les Tuniques Bleues, Tome 50

Sujet : Commandant en chef de l'armée Nordiste, le Général Grant a trouvé un moyen de lutter contre la désertion qui fait de plus en plus d'adeptes. Comme d'autres soldats, le sergent Chesterfield et le caporal Blutch doivent partir en chasse pour ramener les déserteurs. La grâce sera [......

Les Tuniques bleues, tome 26

C'est bien connu : la cavalerie arrive toujours trop tard. Quand on lit les aventures des Tuniques bleues, franchement, on comprend mieux pourquoi... Le caporal Blutch et le sergent Chesterfield sont peut-être hilarants. Mais si l'armée des Nordistes n'avait été composée que de soldats de [....

SOIF DE BD-TUNIQUES BLEUES 43

C'est bien connu : la cavalerie arrive toujours trop tard. Quand on lit les aventures des Tuniques bleues, franchement, on comprend mieux pourquoi... Le caporal Blutch et le sergent Chesterfield sont peut-être hilarants. Mais si l'armée des Nordistes n'avait été composée que de soldats de [...

Voir tous les livres de  Willy Lambil

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Dès les premières cases, la bataille s'engage. Des fantassins de l'armée régulière des États-Unis chargent la position des rebelles sudistes. Les obus explosent. Des soldats s'écroulent, foudroyés. Le champ de bataille n'est plus que confusion de corps blessés et d'hommes valides ou blessés fuyant en pagaille. Les râles sont couverts par le bruit de la mitraille. À l'arrière, deux généraux se disputent. Le premier, le général Sherman, veut arrêter cette boucherie. Face à lui, le général Grant réplique que cet assaut-là réussira, c'est sûr. "On ne fait pas d'omelette sans casser des œufs" conclut-il cyniquement. On est dans un western réaliste, un film de John Wayne, de Raoul Walsh ou dans une BD de Blueberry ? Détrompez-vous : nous sommes dans une BD humoristique. Les Tuniques bleues, l'un des pamphlets anti-militaristes les plus mordants jamais créés par l'école belge de bande dessinée. Créée pour le Journal de Spirou en 1968 pour remplacer un "Poor Lonesome Cow-Boy" parti chevaucher vers d'autres horizons, qui aurait cru que les Tuniques Bleues seraient encore là trente ans après leurs premiers exploits ? Raoul Cauvin, qui faisait ses débuts de scénariste et Louis Salvérius un jeune dessinateur inconnu, avaient opportunément proposé de créer une nouvelle série dans le registre du western humoristique. Grâce à un couple de duettistes exceptionnels – Chesterfield, un sergent au sens de l'honneur chevillé à l'uniforme, pour qui la guerre est une opportunité, et Blutch, un caporal pleutre, tire-au-flanc mais plein de bon sens – ils ont pu relever le défi. La série démarra "sur les chapeaux de roue". Mais, en 1970, dès la moitié du troisième album, la mort emporta le dessinateur Salvérius et laissa la série orpheline. Willy Lambil, qui n'arrivait pas à faire décoller la série Sandy et Hoppy malgré ses 23 épisodes, reprit la série brillamment et arriva à construire au bout de 44 albums une saga qui a rarement montré des signes de faiblesses. Fondé sur la technique des gags à répétition qui, comme dans Astérix ou Lucky Luke son modèle, les histoires de Cauvin et Lambil mêlent agréablement les anecdotes historiques et la farce humoristique. Confortée par un succès grandissant, cette série sans prétention artistique excessive illustre parfaitement la tradition de l'école belge : celle d'un divertissement réussi qui ravit aussi bien les adultes que les plus jeunes. --Didier Pasamonik