share_book
Envoyer cet article par e-mail

Hitchcock, édition définitive

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Hitchcock, édition définitive

Hitchcock, édition définitive

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : 780,00 DH TTC


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Hitchcock, édition définitive"

Présentation de Hitchcock, édition définitive

En 1955, François Truffaut rencontre Alfred Hitchcock pour les Cahiers du cinéma. En 1962, jules et Jim vient consacrer son talent de cinéaste et il prépare La peau douce (1964), de son aveu même le plus hitchcockien de ses films. Aux États-Unis, Hitchcock, avec Frenzy (1962), est au faîte de sa créativité et de son succès. Mais les critiques restent réticents. Naît alors l'idée du « Hitchbook » : un livre dont Truffaut serait l'initiateur, le « provocateur » même, et qui révélerait la vraie nature de l'homme, vulnérable, sensible, et aussi les secrets perdus que détiennent les grands cinéastes qui ont commencé à l'époque du muet. Hitchcock accepte le principe de répondre à 500 questions portant exclusivement sur sa carrière. Pendant cet entretien qui va durer 4 ans, Truffaut va l'interroger à la façon dont Œdipe allait consulter l'Oracle. Il tentera d'élucider à travers toute l'oeuvre de Hitchcock les mécanismes de ce « langage d'émotion » qui est le ressort de son style inimitable et le classe dans la catégorie des « artistes inquiets comme Kafka, Dostoïevski ou Poe ». Le « Hitchbook » paraît en 1967. Après la disparition de Hitchcock, le 2 mai 1980, François Truffaut complète la première édition par un chapitre sur ses derniers films et une courte préface en guise de long adieu : « L'homme était mort mais non le cinéaste, car ses films, réalisés avec un soin extraordinaire, une passion exclusive, une émotivité extrême masquée par une maîtrise technique rare, n'en finiraient pas de circuler, diffusés à travers le monde, rivalisant avec les productions nouvelles, défiant l'usure du temps, vérifiant l'image de Jean Cocteau parlant de Proust : "Son oeuvre continuait à vivre comme les montres au poignet des soldats morts ". »

Détails sur le produit

  • Reliure : Relié
  • 311  pages
  • Dimensions :  2.8cmx23.2cmx28.8cm
  • Poids : 1841.6g
  • Editeur :   Gallimard Paru le
  • ISBN :  2070735745
  • EAN13 :  9782070735747
  • Classe Dewey :  791.430230924
  • Langue : Français

D'autres livres de François Truffaut

L'homme qui aimait les femmes

" L'amour voyez-vous c'est comme le chocolat... On ne peut pas faire l'amour du matin au soir. C'est bien pour ça qu'on a inventé le travail. " Malgré les conseils raisonnés de son médecin, Bertrand Morane fait de sa vie une quête éperdue du plaisir. Chasseur infatigable, il est toujours à ...

Prix : 23 DH
Le plaisir des yeux

Parmi les grands cinéastes français, François Truffaut fut sans doute l'un de ceux qui a le plus écrit sur le cinéma : d'abord comme critique et polémiste dans les années 50, puis, après son passage à la mise en scène, comme essayiste, toujours prêt à préfacer les livres de ses amis ou ...

Voir tous les livres de François Truffaut

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Hitchcock, édition définitive

En 1955, François Truffaut rencontre Alfred Hitchcock pour les Cahiers du cinéma. En 1962, jules et Jim vient consacrer son talent de cinéaste et il prépare La peau douce (1964), de son aveu même le plus hitchcockien de ses films. Aux États-Unis, Hitchcock, avec Frenzy (1962), est au faîte de sa créativité et de son succès. Mais les critiques restent réticents. Naît alors l'idée du « Hitchbook » : un livre dont Truffaut serait l'initiateur, le « provocateur » même, et qui révélerait la vraie nature de l'homme, vulnérable, sensible, et aussi les secrets perdus que détiennent les grands cinéastes qui ont commencé à l'époque du muet. Hitchcock accepte le principe de répondre à 500 questions portant exclusivement sur sa carrière. Pendant cet entretien qui va durer 4 ans, Truffaut va l'interroger à la façon dont Œdipe allait consulter l'Oracle. Il tentera d'élucider à travers toute l'oeuvre de Hitchcock les mécanismes de ce « langage d'émotion » qui est le ressort de son style inimitable et le classe dans la catégorie des « artistes inquiets comme Kafka, Dostoïevski ou Poe ». Le « Hitchbook » paraît en 1967. Après la disparition de Hitchcock, le 2 mai 1980, François Truffaut complète la première édition par un chapitre sur ses derniers films et une courte préface en guise de long adieu : « L'homme était mort mais non le cinéaste, car ses films, réalisés avec un soin extraordinaire, une passion exclusive, une émotivité extrême masquée par une maîtrise technique rare, n'en finiraient pas de circuler, diffusés à travers le monde, rivalisant avec les productions nouvelles, défiant l'usure du temps, vérifiant l'image de Jean Cocteau parlant de Proust : "Son oeuvre continuait à vivre comme les montres au poignet des soldats morts ". »