share_book
Envoyer cet article par e-mail

Critique de la faculté de juger

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Critique de la faculté de juger

Critique de la faculté de juger

  (Auteur),   (Auteur),   (Auteur),   (Auteur)


Prix : 110,00 DH TTC


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Critique de la faculté de juger"

Présentation de Critique de la faculté de juger

La science moderne a chassé de la nature la moindre cause finale. La nature mécaniste de Galilée ou de Descartes n'a plus aucune intention, ni aucun plan caché. Les causes des phénomènes sont devenues strictement matérielles. L'homme peut-il se contenter d'une représentation mécaniste de l'univers ? Dans sa Critique de la faculté de juger (1790), Kant énonce les conditions sous lesquelles la nature peut encore se prêter au jugement finaliste. Ainsi, dans l'expérience esthétique, tout se passe comme si la belle forme venait au devant de l'imagination du sujet qui la contemple, comme si elle avait été produite par son imagination. Dans l'explication du vivant également, la raison ne peut s'empêcher de poser l'unité de fonctionnement de l'organisme comme la fin de l'activité de chaque organe. Dans les deux cas, le finalisme cesse d'être un raisonnement scientifique et devient une simple manière de penser l'expérience. L'irréductibilité de ce mode de pensée témoigne du fait que l'homme, en tant que sujet moral, ne peut faire abstraction, même dans la considération de la nature, d'une interrogation sur les fins. --Paul Klein

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 540  pages
  • Dimensions :  2.6cmx10.8cmx17.6cm
  • Poids : 521.6g
  • Editeur :   Flammarion Paru le
  • Collection : Garnier Flammarion / Philosophie
  • ISBN :  2080710885
  • EAN13 :  9782080710888
  • Classe Dewey :  121
  • Langue : Français

D'autres livres de  Alain Renaut

Heidegger et les Modernes

Heidegger et le nazisme : le débat est loin d'être clos. Sans doute avons-nous encore à apprendre des historiens jusqu'où exactement le penseur allemand s'est compromis avec l'idéologie et la politique nationale-socialiste. Mais les enjeux de la querelle déclenchée par cette question, en par...

Prix : 82 DH

Heidegger et les modernes

Heidegger et le nazisme : le débat est loin d'être clos. Sans doute avons-nous encore à apprendre des historiens jusqu'où exactement le penseur allemand s'est compromis avec l'idéologie et la politique nationale-socialiste. Mais les enjeux de la querelle déclenchée par cette question, en ...

Philosophie politique

Publié à l'origine en trois volumes dans la collection Recherches politiques, cet essai remarqué, repris aujourd'hui dans la collection Quadrigeillustre la méthode des deux auteurs qui, depuis lors, chacun selon son style propre, sont restés fidèles à la démarche qu'ils inauguraient ainsi...

Voir tous les livres de  Alain Renaut

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Critique de la faculté de juger

La science moderne a chassé de la nature la moindre cause finale. La nature mécaniste de Galilée ou de Descartes n'a plus aucune intention, ni aucun plan caché. Les causes des phénomènes sont devenues strictement matérielles. L'homme peut-il se contenter d'une représentation mécaniste de l'univers ? Dans sa Critique de la faculté de juger (1790), Kant énonce les conditions sous lesquelles la nature peut encore se prêter au jugement finaliste. Ainsi, dans l'expérience esthétique, tout se passe comme si la belle forme venait au devant de l'imagination du sujet qui la contemple, comme si elle avait été produite par son imagination. Dans l'explication du vivant également, la raison ne peut s'empêcher de poser l'unité de fonctionnement de l'organisme comme la fin de l'activité de chaque organe. Dans les deux cas, le finalisme cesse d'être un raisonnement scientifique et devient une simple manière de penser l'expérience. L'irréductibilité de ce mode de pensée témoigne du fait que l'homme, en tant que sujet moral, ne peut faire abstraction, même dans la considération de la nature, d'une interrogation sur les fins. --Paul Klein