share_book
Envoyer cet article par e-mail

La Folie Almayer

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La Folie Almayer

La Folie Almayer

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La Folie Almayer"

Présentation de La Folie Almayer

"Allons, voilà qui est mieux, Almayer ! dit l'officier en manière d'encouragement. Où allez-vous ? Il n'y a là que des planches. Venez, dit-il en le secouant un peu. Avons-nous besoin de bateaux ? - Non, répondit Almayer méchamment. Vous avez besoin d'une tombe. - Quoi ? Vous déraillez de nouveau ! Essayez de dire des paroles sensées. - Une tombe, rugit Almayer en luttant pour se dégager. Un trou dans la terre. Ne comprenez-vous pas ? Vous êtes soûl, sans doute ! Lâchez-moi, vous dis-je !' Il s'arracha de l'étreinte de l'officier et tituba jusqu'aux planches où gisait le cadavre sous son drap blanc ; puis il se retourna vivement et fit face au demi-cercle de visages intrigués. Le soleil baissait rapidement, projetant sur la cour les ombres étirées de la maison et des arbres, mais le jour s'attardait encore sur le fleuve, où voguaient les troncs vers le milieu du courant, noirs et très distincts sous la lumière rouge clair. Les troncs des arbres de la forêt, sur la rive est, se fondaient dans la pénombre, tandis que leurs hautes branches se balançaient doucement dans la lumière déclinante."

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 209  pages
  • Dimensions :  1.8cmx14.0cmx22.0cm
  • Poids : 662.2g
  • Editeur :   Autrement Paru le
  • Collection : Littératures
  • ISBN :  2862609900
  • EAN13 :  9782862609904
  • Classe Dewey :  823.912
  • Langue : Français

D'autres livres de Joseph Conrad

Fortune

Le Ferndale est bien le navire le plus inquiétant qui soit, dans le sens où notre planète est inquiétante, avec son atmosphère trouble de passions, de jalousie, d'amour, de haines, avec la calamité des bonnes volontés transcendantes. Et il a fallu que le hasard choisisse le Ferndale, entre ...

Prix : 107 DH
Jeunesse

Un rafiot, presque une épave, un jeune marin inexpérimenté, un vieux loup de mer, une mutinerie, une traversée à hauts risques, des tempêtes, des catastrophes, une mer déchaînée, l'exotisme d'un Orient mystérieux... De Londres à Bangkok, l'odyssée de la Judée est un voyage initiatique, ...

Prix : 22 DH

L'Agent secret

Et l'incorruptible Professeur marcha lui aussi, détournant les yeux de l'odieuse multitude des hommes. Il n'avait pas d'avenir. Il le dédaignait. Il était une force. Ses pensées caressaient des images de ruine et de destruction. Il marcha, frêle, insignifiant, râpé, misérable... mais ...

Prix : 101 DH
Le Miroir de la mer

L'émerveillement et la joie de naviguer, mais aussi, parfois, le désenchantement et la révolte, tels sont les aspects singuliers de ce livre de Conrad, qui navigua pendant vingt ans avant de devenir écrivain. Il y déploie un témoignage à la fois ébloui, nostalgique et lucide sur sa relation ...

Prix : 87 DH

Voir tous les livres de Joseph Conrad

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de La Folie Almayer

"Allons, voilà qui est mieux, Almayer ! dit l'officier en manière d'encouragement. Où allez-vous ? Il n'y a là que des planches. Venez, dit-il en le secouant un peu. Avons-nous besoin de bateaux ? - Non, répondit Almayer méchamment. Vous avez besoin d'une tombe. - Quoi ? Vous déraillez de nouveau ! Essayez de dire des paroles sensées. - Une tombe, rugit Almayer en luttant pour se dégager. Un trou dans la terre. Ne comprenez-vous pas ? Vous êtes soûl, sans doute ! Lâchez-moi, vous dis-je !' Il s'arracha de l'étreinte de l'officier et tituba jusqu'aux planches où gisait le cadavre sous son drap blanc ; puis il se retourna vivement et fit face au demi-cercle de visages intrigués. Le soleil baissait rapidement, projetant sur la cour les ombres étirées de la maison et des arbres, mais le jour s'attardait encore sur le fleuve, où voguaient les troncs vers le milieu du courant, noirs et très distincts sous la lumière rouge clair. Les troncs des arbres de la forêt, sur la rive est, se fondaient dans la pénombre, tandis que leurs hautes branches se balançaient doucement dans la lumière déclinante."