share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le Vol du corbeau, tome 1

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le Vol du corbeau, tome 1

Le Vol du corbeau, tome 1

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le Vol du corbeau, tome 1"

Présentation de Le Vol du corbeau, tome 1

Une belle plante à béret rouge et socquettes blanches qui se retrouve à l'ombre des barreaux, quel dommage... Mais que voulez-vous, c'est l'Occupation. Et à cette époque-là, on ne plaisante pas trop avec les Résistants. Fussent-ils des Résistantes aux yeux bleus auxquels il est pourtant bien difficile de résister, justement... Ce matin-là, le sort de la malheureuse Jeanne – dénoncée par une lettre ,évidemment anonyme – ne prête guère à sourire. La voilà obligée de passer la nuit en cellule, sous la férule d'un commissaire aux faux airs débonnaires qui ne tient pas à s'attirer d'ennuis. Et quand Jeanne est rejointe par un jeune blanc-bec insolent, cambrioleur de métier et cynique de tempérament, elle se dit que ce n'est vraiment pas son jour. Mais à la guerre comme à la guerre : quand l'occasion de s'évader survient, on ne la laisse pas s'envoler. Et voilà Jeanne en cavale en train de jouer les filles de l'air sur les toits de Paris, aux prises avec un talon défaillant, un compagnon de route peu galant et la hantise de ses poursuivants... En apparence, tout sépare la jeune fille, militante idéaliste passionnée, et l'as de la cambriole pour qui la guerre n'est qu'une occasion de visiter des appartements esseulés. Mais le sort a plus d'un tour dans son sac : Jeanne et François – c'est son prénom – se retrouvent dans la même galère. Ou plutôt à bord de la même péniche : ils sont hébergés par René, marinier de son état, sa femme Huguette, véritable moulin à paroles monté sur pattes, et leur fils Nicolas. Mais la vie sur la Seine n'a pourtant rien d'un long fleuve tranquille : Jeanne se fait du souci pour sa soeur, Mathilde. Et doit absolument entrer en contact avec ses camarades de réseau. Dans Paris occupé, une traque s'engage... Après le succès public et critique de son précédent album, Le Sursis, Jean-Pierre Gibrat poursuit dans une veine comparable. Cette fois encore, son récit se déroule pendant l'Occupation et met en scène une jeune héroïne plutôt gironde. Son superbe travail en couleurs directes, douces et nuancées, est un vrai bonheur : le trait et la palette de Gibrat installent une ambiance qui ferait presque oublier le contexte tragique de son récit. Ses planches ressemblent à ces vieux chromos qui donnent une représentation idéalisée de la réalité, comme si le Paris de la guerre s'était vidé de sa grisaille et de sa douleur. Mais après avoir présenté ses deux personnages clés, Le Vol du corbeau s'imprègne peu à peu de l'époque qu'il décrit : malgré le joli minois de Jeanne – presque trop belle, avec son visage lisse lui donnant des airs de pin-up de calendrier... –, la guerre quotidienne se rappelle au bon souvenir du lecteur. Et l'échappée belle sur les toits de Paris, qui occupe la moitié de ce premier tome, laisse petit à petit la place à l'angoisse de l'héroïne, vite partagée par le lecteur... La suite, vite ! --Gilbert Jacques

Détails sur le produit

  • Reliure : Cartonné
  • 56  pages
  • Dimensions :  1.0cmx23.2cmx30.4cm
  • Poids : 499.0g
  • Editeur :   Dupuis Paru le
  • Collection : Aire Libre
  • ISBN :  2800131411
  • EAN13 :  9782800131412
  • Classe Dewey :  741.5
  • Langue : Français

D'autres livres de Gibrat

Le Sursis, tome 2

Nous sommes en 1943, à Cambeyrac, dans l'Aveyron. C'est la guerre. Pourtant, au village, tout semble calme. Julien, lui, s'ennuie un tantinet. Pas étonnant : il passe ses journées derrière les volets clos d'une maison abandonnée. Car Julien se cache : tout le monde le croit mort. Et lui [....

Le Sursis, tome 1

Nous sommes en 1943, à Cambeyrac, dans l'Aveyron. C'est la guerre. Pourtant, au village, tout semble calme. Julien, lui, s'ennuie un tantinet. Pas étonnant : il passe ses journées derrière les volets clos d'une maison abandonnée. Car Julien se cache : tout le monde le croit mort. Et lui [....

Le sursis, Intégrale

Avec ce récit historique teinté de romance et de politique, Gibrat a suscité un enthousiasme public et critique que les années ne démentent pas. Cette Intégrale permet de redécouvrir l histoire de Julien, piégé par un destin cruel et moqueur dans la France de l Occupation. En bonus, un [...

Voir tous les livres de Gibrat

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Le Vol du corbeau, tome 1

Une belle plante à béret rouge et socquettes blanches qui se retrouve à l'ombre des barreaux, quel dommage... Mais que voulez-vous, c'est l'Occupation. Et à cette époque-là, on ne plaisante pas trop avec les Résistants. Fussent-ils des Résistantes aux yeux bleus auxquels il est pourtant bien difficile de résister, justement... Ce matin-là, le sort de la malheureuse Jeanne – dénoncée par une lettre ,évidemment anonyme – ne prête guère à sourire. La voilà obligée de passer la nuit en cellule, sous la férule d'un commissaire aux faux airs débonnaires qui ne tient pas à s'attirer d'ennuis. Et quand Jeanne est rejointe par un jeune blanc-bec insolent, cambrioleur de métier et cynique de tempérament, elle se dit que ce n'est vraiment pas son jour. Mais à la guerre comme à la guerre : quand l'occasion de s'évader survient, on ne la laisse pas s'envoler. Et voilà Jeanne en cavale en train de jouer les filles de l'air sur les toits de Paris, aux prises avec un talon défaillant, un compagnon de route peu galant et la hantise de ses poursuivants... En apparence, tout sépare la jeune fille, militante idéaliste passionnée, et l'as de la cambriole pour qui la guerre n'est qu'une occasion de visiter des appartements esseulés. Mais le sort a plus d'un tour dans son sac : Jeanne et François – c'est son prénom – se retrouvent dans la même galère. Ou plutôt à bord de la même péniche : ils sont hébergés par René, marinier de son état, sa femme Huguette, véritable moulin à paroles monté sur pattes, et leur fils Nicolas. Mais la vie sur la Seine n'a pourtant rien d'un long fleuve tranquille : Jeanne se fait du souci pour sa sœur, Mathilde. Et doit absolument entrer en contact avec ses camarades de réseau. Dans Paris occupé, une traque s'engage... Après le succès public et critique de son précédent album, Le Sursis, Jean-Pierre Gibrat poursuit dans une veine comparable. Cette fois encore, son récit se déroule pendant l'Occupation et met en scène une jeune héroïne plutôt gironde. Son superbe travail en couleurs directes, douces et nuancées, est un vrai bonheur : le trait et la palette de Gibrat installent une ambiance qui ferait presque oublier le contexte tragique de son récit. Ses planches ressemblent à ces vieux chromos qui donnent une représentation idéalisée de la réalité, comme si le Paris de la guerre s'était vidé de sa grisaille et de sa douleur. Mais après avoir présenté ses deux personnages clés, Le Vol du corbeau s'imprègne peu à peu de l'époque qu'il décrit : malgré le joli minois de Jeanne – presque trop belle, avec son visage lisse lui donnant des airs de pin-up de calendrier... –, la guerre quotidienne se rappelle au bon souvenir du lecteur. Et l'échappée belle sur les toits de Paris, qui occupe la moitié de ce premier tome, laisse petit à petit la place à l'angoisse de l'héroïne, vite partagée par le lecteur... La suite, vite ! --Gilbert Jacques