share_book
Envoyer cet article par e-mail

La Peur

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La Peur

La Peur

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La Peur"

Présentation de La Peur

La Pologne de 1945 est sans doute la seule nation d’Europe où l’on dissimule le fait d’avoir sauvé des Juifs durant la guerre. Le pays a alors perdu 90 % des 3,5 millions de Juifs qui y vivaient. Malgré cela, les rares survivants sont accueillis avec animosité à leur retour des camps de concentration ou de leur exil forcé en URSS. L’antisémitisme est très virulent : plus de Juifs y sont tués après 1945 qu’avant 1939. Et le plus meurtrier des pogroms en temps de paix se déroule dans la ville de Kielce le 4 juillet 1946. Jan T. Gross tente de comprendre comment cela fut possible. Il reconstitue minutieusement le pogrom de Kielce, en s’appuyant sur des documents d’archives et des témoignages, et étudie les réactions des Polonais témoins du meurtre de leurs concitoyens juifs. Il dissèque les réactions, en particulier au sein de l’intelligentsia, que suscitèrent ces meurtres, ces lapidations publiques. Partant du postulat que l’antisémitisme persistant n’est pas la simple continuation des comportements d’avant-guerre, Gross analyse les positions de la résistance polonaise, de l’Église catholique et des forces liées au régime instauré en Pologne après le conflit. Il s’attaque notamment au mythe du « judéo-communisme » polonais, qui voudrait que les Juifs aient participé à l’instauration du nouveau régime. Ce dernier a au contraire achevé de vider la Pologne de ses derniers Juifs. Depuis plus d’un demi-siècle, la culpabilité et la honte ont entouré le sort des derniers survivants de la Shoah en Pologne. Avec passion mais lucidité, Jan T. Gross fait enfin la lumière sur ces événements.« On lit La Peur le souffle court, toute notre raison d’être humain nous disant qu’il n’a pas pu en être ainsi – et le livre nous conduit à un choc si violent que même un expert de la tragédie des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale ne peut s’en prémunir. »                                                                                          Elie Wiesel, The Washington Post Book World.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 396  pages
  • Dimensions :  3.0cmx15.0cmx22.8cm
  • Poids : 480.8g
  • Editeur :   Calmann-Lévy Paru le
  • Collection : Mémorial de la Shoah
  • ISBN :  2702141269
  • EAN13 :  9782702141267
  • Classe Dewey :  100
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de La Peur

La Pologne de 1945 est sans doute la seule nation d’Europe où l’on dissimule le fait d’avoir sauvé des Juifs durant la guerre. Le pays a alors perdu 90 % des 3,5 millions de Juifs qui y vivaient. Malgré cela, les rares survivants sont accueillis avec animosité à leur retour des camps de concentration ou de leur exil forcé en URSS. L’antisémitisme est très virulent : plus de Juifs y sont tués après 1945 qu’avant 1939. Et le plus meurtrier des pogroms en temps de paix se déroule dans la ville de Kielce le 4 juillet 1946. Jan T. Gross tente de comprendre comment cela fut possible. Il reconstitue minutieusement le pogrom de Kielce, en s’appuyant sur des documents d’archives et des témoignages, et étudie les réactions des Polonais témoins du meurtre de leurs concitoyens juifs. Il dissèque les réactions, en particulier au sein de l’intelligentsia, que suscitèrent ces meurtres, ces lapidations publiques. Partant du postulat que l’antisémitisme persistant n’est pas la simple continuation des comportements d’avant-guerre, Gross analyse les positions de la résistance polonaise, de l’Église catholique et des forces liées au régime instauré en Pologne après le conflit. Il s’attaque notamment au mythe du « judéo-communisme » polonais, qui voudrait que les Juifs aient participé à l’instauration du nouveau régime. Ce dernier a au contraire achevé de vider la Pologne de ses derniers Juifs. Depuis plus d’un demi-siècle, la culpabilité et la honte ont entouré le sort des derniers survivants de la Shoah en Pologne. Avec passion mais lucidité, Jan T. Gross fait enfin la lumière sur ces événements.« On lit La Peur le souffle court, toute notre raison d’être humain nous disant qu’il n’a pas pu en être ainsi – et le livre nous conduit à un choc si violent que même un expert de la tragédie des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale ne peut s’en prémunir. »                                                                                          Elie Wiesel, The Washington Post Book World.