share_book
Envoyer cet article par e-mail

Silbermann

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Silbermann

Silbermann

  (Auteur),   (Auteur),   (Auteur)


Prix : 53,00 DH TTC


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Silbermann"

Présentation de Silbermann

" Je suis content, bien content, que nous nous soyons rencontrés... je ne pensais pas que nous pourrions être camarades. - Et pourquoi ? " demandai-je avec une sincère surprise... Sa main qui continuait d'étreindre la mienne, comme s'il eût voulu s'attacher à moi, trembla un peu. Ce ton et ce frémissement me bouleversèrent. J'entrevis chez cet être si différent des autres une détresse intime, persistante, inguérissable, analogue à celle d'un orphelin ou d'un infirme. Je balbutiai avec un sourire, affectant de n'avoir pas compris : " Mais c'est absurde... pour quelle raison supposais-tu... - Parce que je suis juif ", interrompit-il nettement et avec un accent si particulier que je ne pus distinguer si l'aveu lui coûtait ou s'il en était fier.

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 123  pages
  • Dimensions :  1.0cmx11.0cmx17.4cm
  • Poids : 40.8g
  • Editeur :   Gallimard 
  • Collection : Folio
  • ISBN :  2070364178
  • EAN13 :  9782070364176
  • Classe Dewey :  843.912
  • Langue : Français

D'autres livres de Jacques de Lacretelle

Quand le destin nous mène

Altière et fantasque, Laurence est une jeune fille indéchiffrable. Déjà, dans leur adolescence, près de Compiègne, elle passait sans explication d'une sauvage tendresse à l'indifférence, troublant au plus profond de lui-même celui qui n'osait l'aimer. Plus tard, lorsqu'il la retrouve à Sil...

Voir tous les livres de Jacques de Lacretelle

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Présentation de Silbermann

" Je suis content, bien content, que nous nous soyons rencontrés... je ne pensais pas que nous pourrions être camarades. - Et pourquoi ? " demandai-je avec une sincère surprise... Sa main qui continuait d'étreindre la mienne, comme s'il eût voulu s'attacher à moi, trembla un peu. Ce ton et ce frémissement me bouleversèrent. J'entrevis chez cet être si différent des autres une détresse intime, persistante, inguérissable, analogue à celle d'un orphelin ou d'un infirme. Je balbutiai avec un sourire, affectant de n'avoir pas compris : " Mais c'est absurde... pour quelle raison supposais-tu... - Parce que je suis juif ", interrompit-il nettement et avec un accent si particulier que je ne pus distinguer si l'aveu lui coûtait ou s'il en était fier.