share_book
Envoyer cet article par e-mail

Devoir de mémoire, droit à l'oubli ?

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Devoir de mémoire, droit à l'oubli ?

Devoir de mémoire, droit à l'oubli ?

Collectif,   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Devoir de mémoire, droit à l'oubli ?"

Présentation de Devoir de mémoire, droit à l'oubli ?

La France est-elle malade de sa mémoire ? Certains le pensent. Ils dénoncent la manie française des commémorations et regrettent que les Français soient obsédés par leur passé, un passé qui nourrit tantôt leur fierté, tantôt leur mauvaise conscience. Le souvenir de la Shoah, en particulier, est jugé parfois envahissant. Face à ceux qui veulent que jamais ne s'efface la mémoire du génocide nazi, il en est pour mettre en garde contre " un passé qui ne passe pas ". Ou pour faire valoir des mémoires concurrentes, qui appelleraient, disent-ils, la même attention, comme la mémoire du communisme, l'autre grand criminel du XXe siècle. Cette interrogation n'est pas propre à la France. De la mémoire retrouvée de la guerre d'Algérie à la déchirure helvétique, d'autres nations, d'autres États se retrouvent face aux mêmes interrogations : comment gérer les années sombres dont ils viennent d'émerger ? Faut-il renoncer à remuer les vieux souvenirs pour ne pas rouvrir les blessures ? Ou combattre l'amnésie pour permettre le travail de deuil ? Y a-t-il un bon usage de la mémoire ? Les intellectuels sont-ils contre la mémoire ? Qu'en est-il de l'exigence de mémoire et de ses limites ? Comment regardons-nous le malheur de l'autre ? Bref, une juste mémoire est-elle possible ? Entre l'indispensable " devoir de mémoire " et le nécessaire " droit à l'oubli ", la voie est étroite. Des philosophes, des historiens, des archivistes, des sociologues se sont réunis pour l'explorer ensemble.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 280  pages
  • Dimensions :  2.2cmx15.8cmx23.2cm
  • Poids : 979.8g
  • Editeur :   Complexe Paru le
  • Collection : Interventions
  • ISBN :  2870279418
  • EAN13 :  9782870279410
  • Classe Dewey :  909.82
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Devoir de mémoire, droit à l'oubli ?

La France est-elle malade de sa mémoire ? Certains le pensent. Ils dénoncent la manie française des commémorations et regrettent que les Français soient obsédés par leur passé, un passé qui nourrit tantôt leur fierté, tantôt leur mauvaise conscience. Le souvenir de la Shoah, en particulier, est jugé parfois envahissant. Face à ceux qui veulent que jamais ne s'efface la mémoire du génocide nazi, il en est pour mettre en garde contre " un passé qui ne passe pas ". Ou pour faire valoir des mémoires concurrentes, qui appelleraient, disent-ils, la même attention, comme la mémoire du communisme, l'autre grand criminel du XXe siècle. Cette interrogation n'est pas propre à la France. De la mémoire retrouvée de la guerre d'Algérie à la déchirure helvétique, d'autres nations, d'autres États se retrouvent face aux mêmes interrogations : comment gérer les années sombres dont ils viennent d'émerger ? Faut-il renoncer à remuer les vieux souvenirs pour ne pas rouvrir les blessures ? Ou combattre l'amnésie pour permettre le travail de deuil ? Y a-t-il un bon usage de la mémoire ? Les intellectuels sont-ils contre la mémoire ? Qu'en est-il de l'exigence de mémoire et de ses limites ? Comment regardons-nous le malheur de l'autre ? Bref, une juste mémoire est-elle possible ? Entre l'indispensable " devoir de mémoire " et le nécessaire " droit à l'oubli ", la voie est étroite. Des philosophes, des historiens, des archivistes, des sociologues se sont réunis pour l'explorer ensemble.