share_book
Envoyer cet article par e-mail

Histoire des peurs alimentaires

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Histoire des peurs alimentaires

Histoire des peurs alimentaires

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Histoire des peurs alimentaires "

Présentation de Histoire des peurs alimentaires

Au-delà de la peur de manquer, de la famine, angoisse prégnante en Occident jusqu'à une période encore récente, il y a la crainte de manger du corrompu, du malsain, de l'immonde. Notre comportement contemporain vis-à-vis de la nourriture a donc une longue histoire que Madeleine Ferrières s'attache à reconstituer et analyser. Des règlements médiévaux de boucherie, aux perspectives géniales de Giovanni Lancisi, médecin de la cour pontificale au début du XVIIIe siècle, du conflit entre symbolique faste ou néfaste des aliments et médecine et hygiénisme, mais aussi plus tard chimie et science vétérinaire, de la peur des poisons, des levures, des plantes ou légumes importés d'autres horizons, de la suspicion à l'endroit du cuivre ou des conserves à la mise en cause de l'air vicié des villes, l'Occident invente, avec précaution et prévention, un ordre alimentaire illustré de manière éloquente au début du XXe siècle par le Pure Food and Drug Act américain. Mais cette invention n'est pas allée sans une autre : celle du consommateur rassasié et donc revendiquant une « bonne bouffe », prudent, voire même savant ou se croyant tel. Figure utopique de l'abondance et de la sécurité, fille de l'illusion que quelque chose dans l'histoire soit acquis. Miroir formidable de notre « Occidental Way of life » que cette histoire des peurs alimentaires !Cet ouvrage a regu le Prix André SOUBIRAN du MEDEC 2003. --Ce texte fait référence à l'éditionBroché .

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 464  pages
  • Dimensions :  2.2cmx11.0cmx17.2cm
  • Poids : 258.5g
  • Editeur :   Seuil Paru le
  • Collection : Points Histoire
  • ISBN :  2020788519
  • EAN13 :  9782020788519
  • Classe Dewey :  390
  • Langue : Français

D'autres livres de Madeleine Ferrières

Histoire des peurs alimentaires

Au-delà de la peur de manquer, de la famine, angoisse prégnante en Occident jusqu'à une période encore récente, il y a la crainte de manger du corrompu, du malsain, de l'immonde. Notre comportement contemporain vis-à-vis de la nourriture a donc une longue histoire que Madeleine Ferrières ...

Nourritures canailles

Qui peut croire que le menu traditionnel d'une brasserie (lapin en gibelotte, tripes, fricassée de champi-gnons, etc.) remonte à la Renaissance, où il constituait alors le quotidien des miséreux? Ce que l'on considère comme la bonne cuisine bourgeoise est en réalité, à ses origines, la [....

Nourritures canailles

Qui peut croire que le menu traditionnel d'une brasserie (lapin en gibelotte, tripes, gratin dauphinois, etc.) remonte à la Renaissance, où il constituait alors le quotidien des pauvres ? Ce que l'on considère comme la bonne cuisine bourgeoise est en réalité, à ses origines, la cuisine du pauv...

Le bien des pauvres : La consommation populaire en Avignon (1600-1800)

Le bien des pauvres, ce sont leurs vêtements, leurs bijoux, leurs ustensiles de cuisine, leur vaisselle de table ou encore leur literie. Bref, tout ce monde banal qui composait le cadre de la vie quotidienne sous l'Ancien Régime. Si nous connaissons assez bien le patrimoine des riches, celui des p...

Voir tous les livres de Madeleine Ferrières

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Histoire des peurs alimentaires

Au-delà de la peur de manquer, de la famine, angoisse prégnante en Occident jusqu'à une période encore récente, il y a la crainte de manger du corrompu, du malsain, de l'immonde. Notre comportement contemporain vis-à-vis de la nourriture a donc une longue histoire que Madeleine Ferrières s'attache à reconstituer et analyser. Des règlements médiévaux de boucherie, aux perspectives géniales de Giovanni Lancisi, médecin de la cour pontificale au début du XVIIIe siècle, du conflit entre symbolique faste ou néfaste des aliments et médecine et hygiénisme, mais aussi plus tard chimie et science vétérinaire, de la peur des poisons, des levures, des plantes ou légumes importés d'autres horizons, de la suspicion à l'endroit du cuivre ou des conserves à la mise en cause de l'air vicié des villes, l'Occident invente, avec précaution et prévention, un ordre alimentaire illustré de manière éloquente au début du XXe siècle par le Pure Food and Drug Act américain. Mais cette invention n'est pas allée sans une autre : celle du consommateur rassasié et donc revendiquant une « bonne bouffe », prudent, voire même savant ou se croyant tel. Figure utopique de l'abondance et de la sécurité, fille de l'illusion que quelque chose dans l'histoire soit acquis. Miroir formidable de notre « Occidental Way of life » que cette histoire des peurs alimentaires !Cet ouvrage a regu le Prix André SOUBIRAN du MEDEC 2003. --Ce texte fait référence à l'éditionBroché .