share_book
Envoyer cet article par e-mail

L'Epervier, tome 4

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
L'Epervier, tome 4

L'Epervier, tome 4

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "L'Epervier, tome 4 "

Présentation de L'Epervier, tome 4

Avec Captives à bord, quatrième tome de la série, L'Epervier prend son envol. Le fuyard en marge de la société d'Ancien Régime devient celui qui poursuit, traque jusque en Guyane son navire, "La Méduse". Pour les habitués, toute l'histoire doit être haute en couleur, pleine d'enjeux qui nous échappent. Sortie du contexte, il faut avouer que l'album est plutôt faiblard. Intrigue filasse où viennent s'entrecroiser plusieurs drames, buts obscurs, caractères flous. A la lecture, on se demande si la BD n'est pas finalement une longue enfilade de bulles qui serviraient surtout à montrer de belles images de la mer. La houle de l'Atlantique qui berce et nous balance de page en page sous des cieux troublés… Pour être honnête, il faut avouer que le trait de Pellerin sert particulièrement bien l'illustration minutieuse et fidèle de ces fiers "Trois mâts", "Bricks" et autres "Caravelles" qui firent la gloire de "La Royale" et doivent encore faire les beaux jours de quelques nostalgiques. Il faut avouer que l'image, quoique statique, est assez belle, les couleurs justes. Pour les amoureux de la grande bleue, quelques termes techniques doivent aussi, peut-être, faire vibrer une vieille corde sensible. Pour les autres, la scène de genre est - avouons le- un peu lassante. Des beaux bateaux, la mer, le vent, une mouette.--A.M.F.--

Détails sur le produit

  • Reliure : Cartonné
  • 48  pages
  • Dimensions :  1.0cmx21.4cmx29.0cm
  • Poids : 421.8g
  • Editeur :   Dupuis Paru le
  • Collection : Repérages
  • ISBN :  280012850X
  • EAN13 :  9782800128504
  • Classe Dewey :  741.5
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de L'Epervier, tome 4

Avec Captives à bord, quatrième tome de la série, L'Epervier prend son envol. Le fuyard en marge de la société d'Ancien Régime devient celui qui poursuit, traque jusque en Guyane son navire, "La Méduse". Pour les habitués, toute l'histoire doit être haute en couleur, pleine d'enjeux qui nous échappent. Sortie du contexte, il faut avouer que l'album est plutôt faiblard. Intrigue filasse où viennent s'entrecroiser plusieurs drames, buts obscurs, caractères flous. A la lecture, on se demande si la BD n'est pas finalement une longue enfilade de bulles qui serviraient surtout à montrer de belles images de la mer. La houle de l'Atlantique qui berce et nous balance de page en page sous des cieux troublés… Pour être honnête, il faut avouer que le trait de Pellerin sert particulièrement bien l'illustration minutieuse et fidèle de ces fiers "Trois mâts", "Bricks" et autres "Caravelles" qui firent la gloire de "La Royale" et doivent encore faire les beaux jours de quelques nostalgiques. Il faut avouer que l'image, quoique statique, est assez belle, les couleurs justes. Pour les amoureux de la grande bleue, quelques termes techniques doivent aussi, peut-être, faire vibrer une vieille corde sensible. Pour les autres, la scène de genre est - avouons le- un peu lassante. Des beaux bateaux, la mer, le vent, une mouette.--A.M.F.--