share_book
Envoyer cet article par e-mail

Canardo, tome 12

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Canardo, tome 12

Canardo, tome 12

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Canardo, tome 12 "

Présentation de Canardo, tome 12

Imper fatigué, regard las, ténacité à toute épreuve... Columbo ? Non, Canardo. Inspecteur, lui aussi. Mais d'un genre un peu particulier : Canardo est un détective palmipède à dégaine de cocker, avec des poches sous les yeux et une allure de chien battu. En tout cas, dès qu'il s'agit de fourrer sa truffe – enfin, son flair – dans une affaire louche, Canardo ne craint personne. Ici, l'histoire s'annonce pure routine : une jeunette embauchée comme nurse chez un couple richissime est fortement soupçonnée de les avoir tués. Du sang partout, pas de témoins, une accusée qui déclare ne se souvenir de rien et que l'on a retrouvée sur place avec un sabre à la main : bref, du gâteau pour Canardo. Le seul qui aurait pu parler, c'est le fils de la maison. Malheureusement, le pauvre est réduit à végéter dans un hôpital, atteint du syndrome de la méduse doublé du syndrome du poulet. Pour parler clairement, le malheureux n'a plus toute sa tête et passe son temps à regarder des programmes ineptes à la télé. Une affaire facile ? En apparence. Et ça tombe bien : Canardo est plutôt du genre à chercher la vérité derrière les apparences. À chambouler le cours tranquille d'un procès pour faire éclore la justice. Et là, Canardo n'a rien à envier à Columbo… Douzième enquête du détective à bec de canard, aussi malin que désabusé, toujours prêt à agrémenter ses déductions de considérations sans illusion sur l'amour et la nature humaine… Et le bougre sait ne pas se montrer commode quand les besoins de son enquête l'exigent : à un témoin vaguement réticent à rassembler ses souvenirs, Canardo se promet de faire découvrir "la France policière profonde, son savoir-faire et ses traditions" tout en l'empoignant par la cravate… Allez, encore une petite rasade de Canardo ! --Philippe Actère

Détails sur le produit

  • Reliure : Cartonné
  • 48  pages
  • Dimensions :  1.2cmx22.0cmx30.4cm
  • Poids : 680.4g
  • Editeur :   Casterman Paru le
  • Collection : Une enquête de l'inspecteur Canardo
  • ISBN :  220333553X
  • EAN13 :  9782203335530
  • Classe Dewey :  741.5
  • Langue : Français

D'autres livres de Benoît Sokal

Kraa, Tome 1

Aucun sentiment, aucune émotion... L'esprit de mon frère est froid comme la pierre... Surprendre et puis tuer très vite... Et ne jamais laisser de répit à une proie blessée... ...

L'Inspecteur Canardo, tome 10

Mégot vissé au bec, bouteille à portée de main, regard fatigué d'en avoir trop vu, imper couleur muraille : voici l'inspecteur Canardo, détective privé laconique et volontiers cynique. Cette fois, une panne de voiture le contraint à faire halte dans un garage-restaurant planté au beau [...

L'Inspecteur Canardo, tome 11

Pauvre inspecteur Canardo… Lui qui était déjà du genre désabusé, cette nouvelle enquête ne va pas lui donner une meilleure opinion de ses semblables. Les Reverchon-Molard lui confient une mission guère ragoûtante : interroger le père de madame afin qu'il crache le secret de la planque...

Voir tous les livres de Benoît Sokal

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Canardo, tome 12

Imper fatigué, regard las, ténacité à toute épreuve... Columbo ? Non, Canardo. Inspecteur, lui aussi. Mais d'un genre un peu particulier : Canardo est un détective palmipède à dégaine de cocker, avec des poches sous les yeux et une allure de chien battu. En tout cas, dès qu'il s'agit de fourrer sa truffe – enfin, son flair – dans une affaire louche, Canardo ne craint personne. Ici, l'histoire s'annonce pure routine : une jeunette embauchée comme nurse chez un couple richissime est fortement soupçonnée de les avoir tués. Du sang partout, pas de témoins, une accusée qui déclare ne se souvenir de rien et que l'on a retrouvée sur place avec un sabre à la main : bref, du gâteau pour Canardo. Le seul qui aurait pu parler, c'est le fils de la maison. Malheureusement, le pauvre est réduit à végéter dans un hôpital, atteint du syndrome de la méduse doublé du syndrome du poulet. Pour parler clairement, le malheureux n'a plus toute sa tête et passe son temps à regarder des programmes ineptes à la télé. Une affaire facile ? En apparence. Et ça tombe bien : Canardo est plutôt du genre à chercher la vérité derrière les apparences. À chambouler le cours tranquille d'un procès pour faire éclore la justice. Et là, Canardo n'a rien à envier à Columbo… Douzième enquête du détective à bec de canard, aussi malin que désabusé, toujours prêt à agrémenter ses déductions de considérations sans illusion sur l'amour et la nature humaine… Et le bougre sait ne pas se montrer commode quand les besoins de son enquête l'exigent : à un témoin vaguement réticent à rassembler ses souvenirs, Canardo se promet de faire découvrir "la France policière profonde, son savoir-faire et ses traditions" tout en l'empoignant par la cravate… Allez, encore une petite rasade de Canardo ! --Philippe Actère