share_book
Envoyer cet article par e-mail

La mutation de l'éducation et de la culture médiévales, tome 1. Occident chrétien, XIIe siècle

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La mutation de l'éducation et de la culture médiévales, tome 1. Occident chrétien, XIIe siècle

La mutation de l'éducation et de la culture médiévales, tome 1. Occident chrétien, XIIe siècle

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La mutation de l'éducation et de la culture médiévales, tome 1. Occident chrétien, XIIe siècle"

Présentation de La mutation de l'éducation et de la culture médiévales, tome 1. Occident chrétien, XIIe siècle

Ce livre est essentiel pour comprendre les rapports complexes qu'une société entretient avec sa culture et son système éducatif. Le modèle d'éducation antique a été déformé et adapté par l'Eglise qui, vers l'An Mil, détient seule le monopole de la culture savante. Hors les monastères, les institutions pour former les hommes sont inexistantes et de larges pans du savoir des Anciens ont été perdus après la chute de l'Empire romain. Lorsque cette Europe reprend le chemin de la croissance, tant économique que politique, il faut reconstruire une sagesse et des formes d'apprentissage susceptibles de répondre aux exigences du temps. La présence déterminante de l'Eglise pèse sur ce travail. Ici elle encourage, là elle condamne ou entrave la réflexion. Le savoir sort du cloître, gagne les écoles cathédrales, les universités apparaissent. Jean-Philippe Genet montre comment cette culture médiévale largement orale est accumulée grâce à l'écrit, bien avant l'invention de l'imprimerie, sous l'ardent effort des copistes. L'oralité garde pourtant ses droits et demeure l'instrument premier de diffusion des connaissances. La mobilité des savants accompagne un mouvement des idées entre Orient et Occident qui impose des adaptations difficiles à la pensée chrétienne. Les traductions de l'arabe ouvrent sur une culture grecque naturaliste. Les universités s'inscrivent dans ce mouvement pour les plus anciennes d'entre elles. Mais l'évolution touche aussi l'univers des cours et des villes. Naissent la littérature et le genre courtois. Le désir d'apprendre est partout et les écoles de tout niveau se multiplient. Chacun alors sait la puissance que confère le savoir, tant sur le plan matériel que spirituel. Les souverains tentent de capter cet effort d'éducation. Ils fondent des institutions autant vouées à l'encourager qu'à l'encadrer. C'est pourtant de cet élan qu'émergent les forces qui construisent la civilisation de l'Europe moderne.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 568  pages
  • Dimensions :  1.6cmx14.8cmx21.6cm
  • Poids : 381.0g
  • Editeur :   Seli Arslan 
  • Collection : Histoire, cultures et sociétés
  • ISBN :  2842760298
  • EAN13 :  9782842760298
  • Classe Dewey :  944
  • Langue : Français

D'autres livres de Jean-Philippe Genet

Le monde au Moyen Age

Pendant plus d'un millénaire, une multitude d'unités territoriales évoluent selon des formes et des rythmes différents. Cet ouvrage retrace l'ensemble de l'histoire politique du monde médiéval, depuis la chute de l'Empire romain jusqu'au XVe siècle. Véritable géopolitique du Moyen Age, il ...

Prix : 194 DH

Les îles britanniques au Moyen Age

L'histoire des îles Britanniques présente une particularité qui la rend passionnante mais aussi difficile à maîtriser. En effet, d'une part elle est complètement ouverte sur les grands mouvements de l'histoire européenne qu'il est indispensable de connaître (peuplement celte, colonisation...

La genèse de l'État moderne

La liaison entre l'affirmation d'un Etat et celle d'une langue et d'une culture n'est pas seulement une coïncidence chronologique. Un Etat moderne ne se développe et ne se renforce que par l'adhésion que lui apporte la société politique dont il est à la fois l'expression et l'instrument. Il...

Voir tous les livres de Jean-Philippe Genet

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de La mutation de l'éducation et de la culture médiévales, tome 1. Occident chrétien, XIIe siècle

Ce livre est essentiel pour comprendre les rapports complexes qu'une société entretient avec sa culture et son système éducatif. Le modèle d'éducation antique a été déformé et adapté par l'Eglise qui, vers l'An Mil, détient seule le monopole de la culture savante. Hors les monastères, les institutions pour former les hommes sont inexistantes et de larges pans du savoir des Anciens ont été perdus après la chute de l'Empire romain. Lorsque cette Europe reprend le chemin de la croissance, tant économique que politique, il faut reconstruire une sagesse et des formes d'apprentissage susceptibles de répondre aux exigences du temps. La présence déterminante de l'Eglise pèse sur ce travail. Ici elle encourage, là elle condamne ou entrave la réflexion. Le savoir sort du cloître, gagne les écoles cathédrales, les universités apparaissent. Jean-Philippe Genet montre comment cette culture médiévale largement orale est accumulée grâce à l'écrit, bien avant l'invention de l'imprimerie, sous l'ardent effort des copistes. L'oralité garde pourtant ses droits et demeure l'instrument premier de diffusion des connaissances. La mobilité des savants accompagne un mouvement des idées entre Orient et Occident qui impose des adaptations difficiles à la pensée chrétienne. Les traductions de l'arabe ouvrent sur une culture grecque naturaliste. Les universités s'inscrivent dans ce mouvement pour les plus anciennes d'entre elles. Mais l'évolution touche aussi l'univers des cours et des villes. Naissent la littérature et le genre courtois. Le désir d'apprendre est partout et les écoles de tout niveau se multiplient. Chacun alors sait la puissance que confère le savoir, tant sur le plan matériel que spirituel. Les souverains tentent de capter cet effort d'éducation. Ils fondent des institutions autant vouées à l'encourager qu'à l'encadrer. C'est pourtant de cet élan qu'émergent les forces qui construisent la civilisation de l'Europe moderne.