share_book
Envoyer cet article par e-mail

Religion et piété dans la Rome antique

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Religion et piété dans la Rome antique

Religion et piété dans la Rome antique

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Religion et piété dans la Rome antique"

Présentation de Religion et piété dans la Rome antique

Les Romains étaient considérés par leurs contemporains connue les plus pieux des hommes. Cette piété témoigne cependant d'une conception de la religion fort différente de celle que nous connaissons actuellement. Dans cette brillante synthèse considérée comme un classique John Scheid nous invite à découvrir une religion civique, axée sur la participation à la vie communautaire II démontre, textes à l'appui., que le culte collectif, bien plus que les représentations mythiques ou philosophiques, constituait l'essence même de cette religion. On ne trouve en effet ni l'émotion, ni le sentiment individuel, ni la spiritualité qui caractérisent communément l'Occident chrétien. Les rites fixés par la tradition devaient être scrupuleusement observés et ne souffraient aucune infraction; car le culte remplissait un rôle politique : de la "bienveillance des dieux" dépendaient le salut et la prospérité de la République. Ces pratiques apparemment mécaniques et exemptes d'intériorité, furent finalement le moyen en d'inscrire l'homme, le citoyen, dans sa société et de définir sa place dans l'univers.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 192  pages
  • Dimensions :  1.8cmx14.4cmx21.6cm
  • Poids : 281.2g
  • Editeur :   Albin Michel Paru le
  • Collection : Hors collection
  • ISBN :  222612134X
  • EAN13 :  9782226121349
  • Classe Dewey :  230
  • Langue : Français

D'autres livres de John Scheid

La religion des Romains

1. Problèmes et problématiques 2. Définitions, notions, difficultés 3. Le rite et les énoncés 4. Le partage du temps 5. Le partage de l’espace 6. Le sacrifice 7. Auspices et rites de divination 8. Les figures du sacerdoce 9. Le double vie des dieux romains 10. Les ...

Pouvoir et religion à Rome

La puissance de Rome se fonde sur  Jupiter. Placé au sommet de la Ville  impériale, il tient lieu tout à la fois de  premier magistrat et de constitution.  Principe même de la chose publique,  Jupiter n’a pas de vie privée. Il terrifie par  le tonnerre et la foudre. Il tétanise l’ad-...

Quand faire, c'est croire : Les rites sacrificiels des Romains

La religion des Romains a mauvaise réputation. Comparée aux religions universelles dites du Livre, elle paraît dénuée d'intérêt. Ignorant l'idée de révélation, dépourvue de croyances et de dogmes, elle ne se compose que de rites et d'obligations rituelles. C'est précisément ce ritualism...

Voir tous les livres de John Scheid

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Religion et piété dans la Rome antique

Les Romains étaient considérés par leurs contemporains connue les plus pieux des hommes. Cette piété témoigne cependant d'une conception de la religion fort différente de celle que nous connaissons actuellement. Dans cette brillante synthèse considérée comme un classique John Scheid nous invite à découvrir une religion civique, axée sur la participation à la vie communautaire II démontre, textes à l'appui., que le culte collectif, bien plus que les représentations mythiques ou philosophiques, constituait l'essence même de cette religion. On ne trouve en effet ni l'émotion, ni le sentiment individuel, ni la spiritualité qui caractérisent communément l'Occident chrétien. Les rites fixés par la tradition devaient être scrupuleusement observés et ne souffraient aucune infraction; car le culte remplissait un rôle politique : de la "bienveillance des dieux" dépendaient le salut et la prospérité de la République. Ces pratiques apparemment mécaniques et exemptes d'intériorité, furent finalement le moyen en d'inscrire l'homme, le citoyen, dans sa société et de définir sa place dans l'univers.