share_book
Envoyer cet article par e-mail

Fouche

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Fouche

Fouche

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Fouche"

Présentation de Fouche

Joseph Fouché (1759-1820) a servi et manipulé la République, le Directoire, le Consulat, l'Empire, la Monarchie. Impavide et sagace, il enfila la trahison comme une seconde peau. Il passa de l'Eglise à la Révolution et de la Révolution au pillage d'églises. Il votla mort de Louis XVI après s'être prononcé pour sa grâce. Ministre de la Police à la tête d'une armée de mouchards, il fascinait et inquiétait Bonaparte. Il mêla ses affaires à celles de l'Etat et devint richissime. Zweig ne diabolise pas Fouché. Il sonde ce que Balzac appelait son " singulier génie ". Il éclaire aussi des enjeux plus contemporains : la politique est très rarement le domaine du bien, mais plutôt celui du crime, perpétré par des diplomates " aux mains prestes, aux mots vides et aux nerfs glacés "

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 312  pages
  • Dimensions :  1.2cmx12.0cmx19.0cm
  • Poids : 281.2g
  • Editeur :   Grasset Paru le
  • Collection : Les cahiers rouges
  • ISBN :  2246168147
  • EAN13 :  9782246168140
  • Classe Dewey :  B
  • Langue : Français

D'autres livres de S. Zweig

Le monde d'hier

Le monde d'hier, c'est la Vienne et l'Europe d'avant 1914, où Stefan Zweig a grandi et connu ses premiers succès d'écrivain, passionnément lu, écrit et voyagé, lié amitié avec Freud et Verhaeren, Rilke et Valéry. Un monde de stabilité où, malgré les tensions nationalistes, la liberté de...

Prix : 107 DH
Romain Rolland

C'est une biographie en forme d'hommage que Stefan Zweig consacre en 1920 à Romain Rolland, l'un " des plus grands écrivains de la France actuelle " d'après lui. Hommage à un ami, puisque les deux hommes ont entretenu une longue correspondance, mais surtout à celui que Zweig présente comme un ...

Prix : 88 DH

Nietzsche

La vie de Nietzsche : une pratique de la philosophie qui est un art avec ses plaisirs et ses tourments. Une exigence implacable entrant inévitablement en conflit avec le monde. Car relativiste, amoraliste, Nietzsche l'a été jusque dans son quotidien et ses rapports à autrui. Mû par une [.......

Romans Et Nouvelles Tome 01

I. ROMANS & NOUVELLES- Conte crépusculaire / Brûlant secret / La Peur / Amok- La Femme et le Paysage / La Nuit fantastique- Lettre d?une inconnue / La Ruelle au clair de lune- Vingt-quatre heures de la vie d?une femme- La Confusion des sentiments / La Collection invisible- Leporella / Le [....]...

Voir tous les livres de S. Zweig

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Fouche

Joseph Fouché (1759-1820) a servi et manipulé la République, le Directoire, le Consulat, l'Empire, la Monarchie. Impavide et sagace, il enfila la trahison comme une seconde peau. Il passa de l'Eglise à la Révolution et de la Révolution au pillage d'églises. Il votla mort de Louis XVI après s'être prononcé pour sa grâce. Ministre de la Police à la tête d'une armée de mouchards, il fascinait et inquiétait Bonaparte. Il mêla ses affaires à celles de l'Etat et devint richissime. Zweig ne diabolise pas Fouché. Il sonde ce que Balzac appelait son " singulier génie ". Il éclaire aussi des enjeux plus contemporains : la politique est très rarement le domaine du bien, mais plutôt celui du crime, perpétré par des diplomates " aux mains prestes, aux mots vides et aux nerfs glacés "