share_book
Envoyer cet article par e-mail

Capitalisme et pulsion de mort

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Capitalisme et pulsion de mort

Capitalisme et pulsion de mort

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Capitalisme et pulsion de mort"

Présentation de Capitalisme et pulsion de mort

Professeur à l’Université du Québec à Montréal, Gilles Dostaler est spécialiste de l’histoire de la pensée économique, en particulier de Keynes Bernard Maris est journaliste économique, chroniqueur à France Inter et auteur de l’Antimanuel d’économie (Bréal).La crise contemporaine, remettant en cause le dogme des marchés infaillibles, suscite un regain d’intérêt pour les auteurs qui insèrent l’économie dans une réflexion anthropologique plus ample et jugent réductrices les anticipations qui misent sur un individu calculateur et rationnel. Tel fut le cas de Keynes, mais aussi de Freud, dont les intuitions, se croisent étrangement, comme le montre cet ouvrage. L’énergie motrice du capitalisme est celle de la pulsion de mort, au sens freudien, heureusement mise au service de la croissance. Mais celle-ci n’est-elle pas en train de rencontrer une inflexion majeure ? La course sans fin à une production qui n’est plus réglée par la satisfaction des besoins, mais mue par la seule espérance de gains futurs, ne dessine-t-elle pas un avenir de destruction plutôt que d’abondance ?

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 176  pages
  • Dimensions :  1.0cmx11.0cmx17.2cm
  • Poids : 140.6g
  • Editeur :   Fayard/Pluriel Paru le
  • Collection : Pluriel
  • ISBN :  2818500036
  • EAN13 :  9782818500033
  • Classe Dewey :  330
  • Langue : Français

D'autres livres de Gilles Dostaler

Keynes et ses combats

John Maynard Keynes est sans conteste l'économiste le plus célèbre et le plus influent du XXe siècle. Bien qu'il ait donné son nom à une révolution et à un courant de pensée, l'économie n'occupait, dans sa vision du monde, qu'une place bien relative. Féru d'art, de littérature et de psyc...

Keynes, par-delà l'économie

Keynes ne fut pas seulement un économiste, le plus grand du XXe siècle ; il fut aussi un penseur de l'économie. A ce titre il ne cessa, y compris en pleine crise des années 1930, de vouloir remettre l'économie au service de la société, au service d'un art de vivre où la liberté, l'amour, l'...

Capitalisme et pulsion de mort

Agrégé d'économie, journaliste connu pour ses talents de polémiste, Bernard Maris est notamment l'auteur de Malheur aux vaincus, La Bourse ou la vie et Antimanuel d'économie. Spécialiste renommé de l'histoire de la pensée économique, Gilles Dostaler a publié plusieurs ouvrages de référen...

Voir tous les livres de Gilles Dostaler

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Capitalisme et pulsion de mort

Professeur à l’Université du Québec à Montréal, Gilles Dostaler est spécialiste de l’histoire de la pensée économique, en particulier de Keynes Bernard Maris est journaliste économique, chroniqueur à France Inter et auteur de l’Antimanuel d’économie (Bréal).La crise contemporaine, remettant en cause le dogme des marchés infaillibles, suscite un regain d’intérêt pour les auteurs qui insèrent l’économie dans une réflexion anthropologique plus ample et jugent réductrices les anticipations qui misent sur un individu calculateur et rationnel. Tel fut le cas de Keynes, mais aussi de Freud, dont les intuitions, se croisent étrangement, comme le montre cet ouvrage. L’énergie motrice du capitalisme est celle de la pulsion de mort, au sens freudien, heureusement mise au service de la croissance. Mais celle-ci n’est-elle pas en train de rencontrer une inflexion majeure ? La course sans fin à une production qui n’est plus réglée par la satisfaction des besoins, mais mue par la seule espérance de gains futurs, ne dessine-t-elle pas un avenir de destruction plutôt que d’abondance ?