share_book
Envoyer cet article par e-mail

Pouvoirs Eglises et Société dans les royaumes de France, Bourgogne et Germanie 888-Vers 1110

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Pouvoirs Eglises et Société dans les royaumes de France, Bourgogne et Germanie 888-Vers 1110

Pouvoirs Eglises et Société dans les royaumes de France, Bourgogne et Germanie 888-Vers 1110

  (Auteur),   (Auteur),   (Auteur),   (Auteur),   (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Pouvoirs Eglises et Société dans les royaumes de France, Bourgogne et Germanie 888-Vers 1110"

Présentation de Pouvoirs Eglises et Société dans les royaumes de France, Bourgogne et Germanie 888-Vers 1110

Le 13 janvier 888, Charles le Gros meurt. Avec lui disparaît l'Empire que Charlemagne avait édifié un siècle plus tôt et dont le maître prétendait être à la fois le continuateur de Rome et le protecteur de la chrétienté occidentale. Profitant de la crise de la dynastie carolingienne, de nouveaux royaumes et de nouvelles principautés voient le jour, en France et en Germanie, comme en Bourgogne. Leurs maîtres n'ont pas oublié le vieux rêve impérial ; pour l'heure, il leur faut toutefois contrôler les ambitions de leurs propres aristocraties. En ces temps où les pouvoirs se recomposent, un nouveau système social s'élabore. Les hiérarchies institutionnelles s'estompent au profit de relations d'homme à homme et de solidarités nouvelles. A l'ombre des châteaux, des cathédrales ou des monastères, les premières seigneuries se construisent. Loin du chaos longtemps décrit par les historiens romantiques, la période dite " féodale " apparaît comme celle d'un ordre nouveau, encore objet de débats, où l'Eglise occupe une place de premier plan. Sollicités par ces transformations, moines et clercs adoptent en effet plusieurs types de stratégies, de la soumission traditionnelle aux souverains temporels à la quête d'une certaine indépendance. Entre la fin du IXe et le début du XII siècle, l'Eglise passe ainsi du statut de simple enjeu de pouvoir entre les mains de l'aristocratie à celui d'institution puissante et autonome, luttant à armes égales avec d'autres détenteurs de l'autorité. Ce sont les modalités, les manifestations et les conséquences de ces bouleversements sociaux et institutionnels touchant l'Eglise et la société qui sont mis en avant dans cet ouvrage.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 332  pages
  • Dimensions :  2.4cmx17.4cmx25.8cm
  • Poids : 839.1g
  • Editeur :   Ellipses Marketing Paru le
  • Collection : Capes/agregation
  • ISBN :  272983995X
  • EAN13 :  9782729839956
  • Classe Dewey :  940
  • Langue : Français

D'autres livres de Bruno Dumézil

Les racines chrétiennes de l'Europe

Pourquoi l'Europe est-elle devenue chrétienne ? Une évangélisation pacifique des populations a bien évidemment existé ; mais très tôt la force, et notamment la force publique vint s'ajouter ou se substituer au pouvoir de conviction des prédicateurs. Malgré la qualité de leur appareil légi...

Prix : 419 DH
Les Barbares expliqués à mon fils

Entre la fin de l'Antiquité et le début du Moyen Age, des peuples aux noms mystérieux apparaissent en Europe : Ostrogoths, Wisigoths, Vandales, Francs... D'où viennent ces conquérants ? Pourquoi ont-ils détruit l'Empire romain qui les fascinait pourtant ? L'épopée des Barbares ne se résume ...

La reine Brunehaut

Au printemps 581, deux armées se préparent à s'affronter dans la plaine de Champagne. L'enjeu de la bataille est le contrôle de l'Austrasie, le plus grand des royaumes mérovingiens. Soudain, une femme en armes apparaît entre les lignes ennemies et exige des guerriers qu'ils mettent fin à leur...

La société médiévale en Occident

L'étude d'une société ne vise pas seulement à décrire le comportement des hommes vivant en groupe. Sa véritable ambition est de rechercher les normes, tacites ou explicites, qui président à l'organisation de la communauté et lui permettent de se perpétuer. Pour les découvrir, il faut comp...

Voir tous les livres de Bruno Dumézil

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Pouvoirs Eglises et Société dans les royaumes de France, Bourgogne et Germanie 888-Vers 1110

Le 13 janvier 888, Charles le Gros meurt. Avec lui disparaît l'Empire que Charlemagne avait édifié un siècle plus tôt et dont le maître prétendait être à la fois le continuateur de Rome et le protecteur de la chrétienté occidentale. Profitant de la crise de la dynastie carolingienne, de nouveaux royaumes et de nouvelles principautés voient le jour, en France et en Germanie, comme en Bourgogne. Leurs maîtres n'ont pas oublié le vieux rêve impérial ; pour l'heure, il leur faut toutefois contrôler les ambitions de leurs propres aristocraties. En ces temps où les pouvoirs se recomposent, un nouveau système social s'élabore. Les hiérarchies institutionnelles s'estompent au profit de relations d'homme à homme et de solidarités nouvelles. A l'ombre des châteaux, des cathédrales ou des monastères, les premières seigneuries se construisent. Loin du chaos longtemps décrit par les historiens romantiques, la période dite " féodale " apparaît comme celle d'un ordre nouveau, encore objet de débats, où l'Eglise occupe une place de premier plan. Sollicités par ces transformations, moines et clercs adoptent en effet plusieurs types de stratégies, de la soumission traditionnelle aux souverains temporels à la quête d'une certaine indépendance. Entre la fin du IXe et le début du XII siècle, l'Eglise passe ainsi du statut de simple enjeu de pouvoir entre les mains de l'aristocratie à celui d'institution puissante et autonome, luttant à armes égales avec d'autres détenteurs de l'autorité. Ce sont les modalités, les manifestations et les conséquences de ces bouleversements sociaux et institutionnels touchant l'Eglise et la société qui sont mis en avant dans cet ouvrage.