share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le Peuple introuvable

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le Peuple introuvable

Le Peuple introuvable

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le Peuple introuvable "

Présentation de Le Peuple introuvable

C'est dur, la démocratie Il y a bien aujourd'hui en France un " malaise dans la démocratie ". Est-ce parce que nous trahissons un modèle idéal dont nous aurions été plus proches hier qu'aujourd'hui ? Peut-être, répond l'historien Pierre Rosanvallon, mais il y a surtout, dans l'idée même de la démocratie, le germe d'une crise permanente. Elle tient à la tension - féconde, nécessaire, mais toujours difficile à maîtriser - entre deux conceptions du peuple souverain. La première est politico-juridique, abstraite, attentive aux valeurs d'égalité et d'autonomie de l'individu, et donc par principe hostile à tout ce qui peut " enchaîner les hommes à une nature ", à un groupe social, à une histoire. Le peuple, collection d'individus égaux devant les droits politiques, " devient nombre ". A l'opposé, une conception sociologique, prenant en compte les appartenances concrètes, les traditions sociales et les intérêts économiques. Rosanvallon retrace excellemment l'histoire de cette tension, mettant en parallèle le mouvement des idées, celui des symboles et celui des institutions. Au cours du XXe siècle s'établit un équilibre entre la " loi du nombre " et la prise en compte de la diversité sociologique, à travers la montée des corps intermédiaires (partis, syndicats...), et la création de représentations spécifiques. La rupture de cet équilibre est l'un des aspects du malaise actuel, l'usure des institutions d'une part, l'emprise des populismes et des corporatismes de l'autre, s'entretenant mutuellement. Mais peut-être notre " crise de représentation " est--elle le signe avant-coureur d'un nouvel âge de la démocratie. --Gérard Moatti--

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 491  pages
  • Dimensions :  2.6cmx10.8cmx17.0cm
  • Poids : 158.8g
  • Editeur :   Gallimard Paru le
  • Collection : Folio Histoire
  • ISBN :  2070418316
  • EAN13 :  9782070418312
  • Classe Dewey :  320.444
  • Langue : Français

D'autres livres de Pierre Rosanvallon

La nouvelle question sociale

L'Etat-providence est toujours en crise. Mais celle-ci a changé de nature. Au-delà des lancinants problèmes de financement et de gestion, au-delà des questions posées sur l'efficacité du système de redistribution, ce sont les principes organisateurs de la solidarité et la conception même ...

Prix : 79 DH
La démocratie inachevée

Progression de la mondialisation économique, accélération de la construction européenne, croissance du rôle du droit, montée en puissance des instances de régulation non élues, rôle plus actif du Conseil constitutionnel : de multiples évolutions convergent pour ébranler les objets et [...

La société des égaux

Nous vivons aujourd'hui une véritable contre-révolution. Depuis les années 1980, les plus riches n'ont en effet cessé d'accroître leur part des revenus et des patrimoines, inversant la précédente tendance séculaire à la réduction des écarts de richesse. Les facteurs économiques et [.....

La Légitimité démocratique

Le peuple est la source de tout pouvoir démocratique. Mais l'élection ne garantit pas qu'un gouvernement soit au service de l'intérêt général, ni qu'il y reste. C'est pourquoi un pouvoir n'est désormais considéré comme pleinement démocratique que s'il est soumis à des épreuves de [......

Voir tous les livres de Pierre Rosanvallon

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Le Peuple introuvable

C'est dur, la démocratie Il y a bien aujourd'hui en France un " malaise dans la démocratie ". Est-ce parce que nous trahissons un modèle idéal dont nous aurions été plus proches hier qu'aujourd'hui ? Peut-être, répond l'historien Pierre Rosanvallon, mais il y a surtout, dans l'idée même de la démocratie, le germe d'une crise permanente. Elle tient à la tension - féconde, nécessaire, mais toujours difficile à maîtriser - entre deux conceptions du peuple souverain. La première est politico-juridique, abstraite, attentive aux valeurs d'égalité et d'autonomie de l'individu, et donc par principe hostile à tout ce qui peut " enchaîner les hommes à une nature ", à un groupe social, à une histoire. Le peuple, collection d'individus égaux devant les droits politiques, " devient nombre ". A l'opposé, une conception sociologique, prenant en compte les appartenances concrètes, les traditions sociales et les intérêts économiques. Rosanvallon retrace excellemment l'histoire de cette tension, mettant en parallèle le mouvement des idées, celui des symboles et celui des institutions. Au cours du XXe siècle s'établit un équilibre entre la " loi du nombre " et la prise en compte de la diversité sociologique, à travers la montée des corps intermédiaires (partis, syndicats...), et la création de représentations spécifiques. La rupture de cet équilibre est l'un des aspects du malaise actuel, l'usure des institutions d'une part, l'emprise des populismes et des corporatismes de l'autre, s'entretenant mutuellement. Mais peut-être notre " crise de représentation " est--elle le signe avant-coureur d'un nouvel âge de la démocratie. --Gérard Moatti--