share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le désir de métier

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le désir de métier

Le désir de métier

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le désir de métier "

Présentation de Le désir de métier

Les dix dernières années ont vu la résurgence d'une affirmation professionnelle de grande ampleur dans des univers de travail variés. Accompagnée le plus souvent d'une plainte liée au manque de reconnaissance, l'identification au métier n'est pas réductible à une régression corporatiste, ou à l'avènement de nouvelles professions. Elle révèle une dynamique sociale originale de la modernisation des entreprises contemporaines et correspond à un désir de réalisation de soi par le travail ainsi que la construction d'un lien social coopératif. La compréhension de ce désir de métier, transversal à différents milieux productifs (administration de service public, secteur sanitaire et social, industrie de process et entreprise de service) se réfère à trois dimensions distinctes : la compétence comme savoir pratique et opératoire, l'identité comme d'un collectif d'appartenance mais aussi comme expérience subjective de travail, et la régulation comme processus d'institutionnalisation des métiers. La question de la reconnaissance, sur laquelle achoppent bon nombre de dynamiques sociales de métier, nécessite alors de s'intéresser aux arènes sociales, où se forment les jugements sur la qualité de la régulation de métier. Elle interroge la capacité des politiques de gestion des hommes d'organisation du travail, à proposer de nouveaux espaces de reconnaissance des compétences et de l'engagement au travail.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 244  pages
  • Dimensions :  2.2cmx15.4cmx23.0cm
  • Poids : 399.2g
  • Editeur :   Pu Rennes Paru le
  • Collection : Des societes
  • ISBN :  2868477607
  • EAN13 :  9782868477606
  • Classe Dewey :  300
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Le désir de métier

Les dix dernières années ont vu la résurgence d'une affirmation professionnelle de grande ampleur dans des univers de travail variés. Accompagnée le plus souvent d'une plainte liée au manque de reconnaissance, l'identification au métier n'est pas réductible à une régression corporatiste, ou à l'avènement de nouvelles professions. Elle révèle une dynamique sociale originale de la modernisation des entreprises contemporaines et correspond à un désir de réalisation de soi par le travail ainsi que la construction d'un lien social coopératif. La compréhension de ce désir de métier, transversal à différents milieux productifs (administration de service public, secteur sanitaire et social, industrie de process et entreprise de service) se réfère à trois dimensions distinctes : la compétence comme savoir pratique et opératoire, l'identité comme d'un collectif d'appartenance mais aussi comme expérience subjective de travail, et la régulation comme processus d'institutionnalisation des métiers. La question de la reconnaissance, sur laquelle achoppent bon nombre de dynamiques sociales de métier, nécessite alors de s'intéresser aux arènes sociales, où se forment les jugements sur la qualité de la régulation de métier. Elle interroge la capacité des politiques de gestion des hommes d'organisation du travail, à proposer de nouveaux espaces de reconnaissance des compétences et de l'engagement au travail.