share_book
Envoyer cet article par e-mail

Droit international économique

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Droit international économique

Droit international économique

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Droit international économique"

Présentation de Droit international économique

L'internationalisation des économies nationales ne cesse de s'accroître depuis les dernières décennies. Elle n'a cependant pas encore rattrapé le niveau qui fut le sien au XIXe siècle. Le XIXe siècle, en effet, demeure l'âge d'or d'un libéralisme qui trouve son aboutissement dans une division internationale du travail fondée sur la loi de l'avantage comparé. L'actuelle interpénétration des économies, qu'on dénomme, en forçant le trait, " mondialisation ", a été favorisée par la mise en place d'un encadrement conventionnel qu'ont voulu les Etats après la Seconde Guerre mondiale. Cet encadrement, paradoxalement, poursuivait un objectif de libéralisation : les derniers obstacles à la réalisation de cet objectif ont disparu avec le discrédit du modèle de planification centralisée. La création d'un système commercial de portée universelle devenait possible, et le 1er janvier 1995, l'OMC se substituait au GATT. La libéralisation des échanges de biens et de services ne pouvait pas ne pas s'accompagner de la libéralisation des investissements. Cette dernière se manifeste par la prolifération des accords bilatéraux de promotion et de protection, dont le nombre s'élève actuellement à près de 3000. La crise actuelle est-elle de nature à remettre en question les acquis de la libéralisation et de la multilatéralisation ? Nul ne le sait. Mais il est certain que les voies du redressement ne sont pas celles du protectionnisme, qui n'est jamais que la traduction du nationalisme en matière économique. II semble que les Etats aient tiré les leçons du passé et qu'ils aient compris que le salut commun exigeait le renforcement de la coopération internationale. Tel est le sens de ce Précis, qui s'adresse tant aux étudiants de 2e et 3e cycles auxquels la matière est enseignée dans le cadre de leurs cursus respectifs, qu'aux praticiens du droit des affaires internationales.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 770  pages
  • Dimensions :  3.4cmx14.0cmx21.0cm
  • Poids : 698.5g
  • Editeur :   Dalloz-Sirey Paru le
  • ISBN :  224708690X
  • EAN13 :  9782247086900
  • Classe Dewey :  341.754
  • Langue : Français

D'autres livres de Dominique Carreau

Droit international économique

Expose les règles qui régissent l'organisation des échanges internationnaux tant au niveau institutionnel (OMC) qu'au niveau du commerce des biens et services. Traite aussi des facteurs de production (personnes, investissements) ainsi que du système monétaire et financier international public ...

Voir tous les livres de Dominique Carreau

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Droit international économique

L'internationalisation des économies nationales ne cesse de s'accroître depuis les dernières décennies. Elle n'a cependant pas encore rattrapé le niveau qui fut le sien au XIXe siècle. Le XIXe siècle, en effet, demeure l'âge d'or d'un libéralisme qui trouve son aboutissement dans une division internationale du travail fondée sur la loi de l'avantage comparé. L'actuelle interpénétration des économies, qu'on dénomme, en forçant le trait, " mondialisation ", a été favorisée par la mise en place d'un encadrement conventionnel qu'ont voulu les Etats après la Seconde Guerre mondiale. Cet encadrement, paradoxalement, poursuivait un objectif de libéralisation : les derniers obstacles à la réalisation de cet objectif ont disparu avec le discrédit du modèle de planification centralisée. La création d'un système commercial de portée universelle devenait possible, et le 1er janvier 1995, l'OMC se substituait au GATT. La libéralisation des échanges de biens et de services ne pouvait pas ne pas s'accompagner de la libéralisation des investissements. Cette dernière se manifeste par la prolifération des accords bilatéraux de promotion et de protection, dont le nombre s'élève actuellement à près de 3000. La crise actuelle est-elle de nature à remettre en question les acquis de la libéralisation et de la multilatéralisation ? Nul ne le sait. Mais il est certain que les voies du redressement ne sont pas celles du protectionnisme, qui n'est jamais que la traduction du nationalisme en matière économique. II semble que les Etats aient tiré les leçons du passé et qu'ils aient compris que le salut commun exigeait le renforcement de la coopération internationale. Tel est le sens de ce Précis, qui s'adresse tant aux étudiants de 2e et 3e cycles auxquels la matière est enseignée dans le cadre de leurs cursus respectifs, qu'aux praticiens du droit des affaires internationales.