share_book
Envoyer cet article par e-mail

Pouvoirs et culture politique dans la France médiévale

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Pouvoirs et culture politique dans la France médiévale

Pouvoirs et culture politique dans la France médiévale

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Pouvoirs et culture politique dans la France médiévale "

Présentation de Pouvoirs et culture politique dans la France médiévale

Au début du XVIe siècle, lorsque le conseiller de Louis XII Claude de Seyssel rédige un traité appelé La Grant Monarchie de France, l'identité politique du royaume des Valois apparaît clairement dessinée. Les deux grands traits composant cette identité sont premièrement, la force du pouvoir monarchique exercé par des rois sacrés aux glorieux ancêtres, aux zélés serviteurs et aux moyens devenus sans équivalents à partir de la fin du XIIIe siècle ; deuxièmement la force du sentiment monarchique chez des sujets peu à peu convaincus de l'essence exceptionnelle de la royauté française à laquelle l'amour du roi les conduit naturellement à obéir : obéissance conditionnelle, liée au respect royal des libertés et privilèges des villes et des provinces jalouses de leurs particularismes. Placé dans la perspective des recherches récentes consacrées à la genèse de l'Etat moderne et à l'anthropologie politique, le présent ouvrage a pour dessein de montrer comment cet ordre royal et cette culture monarchique se sont lentement et cahotiquement façonnés depuis le temps du fondateur de la monarchie franque, Clovis. Loin de la conception longtemps soutenue du triomphe inéductable de la royauté centralisatrice, le livre cherche au contraire à mettre en relief les difficultés de l'autorité centrale confrontée à d'autres échelles ou d'autres types de pouvoir, et à souligner les limites d'ordre matériel et éthique de l'Etat médiéval. Combinant, dans une progression chronologique seule susceptible de rendre compte des dynamiques et des ruptures, des approches événementielles, institutionnelles, sociales et idéologiques, il laisse une place aussi large que possible à l'analyse des croyances et des comportements politiques. Son but sera atteint s'il fait comprendre qu'en France c'est au Moyen Age qu'est née, dans l'esprit des gouvernants comme dans celui des administrés, une conception forte de l'Etat pleinement constitutive de la civilisation française.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 255  pages
  • Dimensions :  1.6cmx14.8cmx20.8cm
  • Poids : 322.1g
  • Editeur :   Hachette Education Paru le
  • Collection : Carré. Histoire
  • ISBN :  201145090X
  • EAN13 :  9782011450906
  • Classe Dewey :  944
  • Langue : Français

D'autres livres de  Michel Balard

Eglise et société au Moyen Age

Durant les onze siècles qui correspondent à la période médiévale, l'histoire de l'Eglise est indissociable de celle de la société. Au sens étymologique, le terme " Eglise " désigne en effet l'assemblée des chrétiens, et toutes les sociétés occidentales du Moyen Age se définissent [....

Atlas des croisades

Depuis Voltaire ironisant sur ceux dont "la plus grande des passions est le pillage" jusqu'aux hérauts du Tiers-Monde, contempteurs de ce qu'ils considèrent comme la première des guerres coloniales de l'Histoire, les croisades ont mauvaise presse. On y voit volontiers les prodromes d'un [....]...

Le monde byzantin. Tome 3

1204 : prise de Constantinople par les Croisés; 1453 par les Turcs. Entre ces deux grandes dates, le troisième et dernier volume du Monde byzantin retrace le crépuscule de l'empire grec, de son poste avancé, Trébizonde et de ses voisins serbes, bulgares ainsi que des « Latins » installés ...

Dictionnaire de la rennaissance

Mettre à la portée de l'étudiant aussi bien que du grand public les principaux trésors contenus dans la plus prestigieuse des encyclopédies de langue française : tel est le but de la collection " Encyclopaedia Universalis ". Chacun des dictionnaires qui la composent présente pour l'essentiel ...

Voir tous les livres de  Michel Balard

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Pouvoirs et culture politique dans la France médiévale

Au début du XVIe siècle, lorsque le conseiller de Louis XII Claude de Seyssel rédige un traité appelé La Grant Monarchie de France, l'identité politique du royaume des Valois apparaît clairement dessinée. Les deux grands traits composant cette identité sont premièrement, la force du pouvoir monarchique exercé par des rois sacrés aux glorieux ancêtres, aux zélés serviteurs et aux moyens devenus sans équivalents à partir de la fin du XIIIe siècle ; deuxièmement la force du sentiment monarchique chez des sujets peu à peu convaincus de l'essence exceptionnelle de la royauté française à laquelle l'amour du roi les conduit naturellement à obéir : obéissance conditionnelle, liée au respect royal des libertés et privilèges des villes et des provinces jalouses de leurs particularismes. Placé dans la perspective des recherches récentes consacrées à la genèse de l'Etat moderne et à l'anthropologie politique, le présent ouvrage a pour dessein de montrer comment cet ordre royal et cette culture monarchique se sont lentement et cahotiquement façonnés depuis le temps du fondateur de la monarchie franque, Clovis. Loin de la conception longtemps soutenue du triomphe inéductable de la royauté centralisatrice, le livre cherche au contraire à mettre en relief les difficultés de l'autorité centrale confrontée à d'autres échelles ou d'autres types de pouvoir, et à souligner les limites d'ordre matériel et éthique de l'Etat médiéval. Combinant, dans une progression chronologique seule susceptible de rendre compte des dynamiques et des ruptures, des approches événementielles, institutionnelles, sociales et idéologiques, il laisse une place aussi large que possible à l'analyse des croyances et des comportements politiques. Son but sera atteint s'il fait comprendre qu'en France c'est au Moyen Age qu'est née, dans l'esprit des gouvernants comme dans celui des administrés, une conception forte de l'Etat pleinement constitutive de la civilisation française.