share_book
Envoyer cet article par e-mail

Dans la tête d'un réac

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Dans la tête d'un réac

Dans la tête d'un réac

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Dans la tête d'un réac"

Présentation de Dans la tête d'un réac

J'ai toujours été réactionnaire. En mai 1981, j'avais seize ans et l'impression que la France se transformait en foyer socio-éducatif géant. Je n'aimais pas les jeans, Abba, le collège Aragon, les concerts de charité et les radios libres. Mes parents, qui avaient pleuré de joie à l'élection de Mitterrand, avaient honte de moi. Qu'y puis-je? J'ai toujours été contre. Hier contre les socialocommunistes. Aujourd'hui contre la droite moderne et suffisante. Je suis allergique à cette France qui avance sans rétroviseurs. Sa liturgie progressiste, son capitalisme high-tech me donnent des éruptions cutanées. Au fond, le réac est un franc-tireur qui cultive avec jubilation ses démangeaisons. Cet eczéma sublime lui tient lieu de doctrine. Peu le savent, mais le réactionnaire sait aussi aimer. Il est dialysé à l'humus français. Dans mon petit musée intime, je m'enivre de tous les soleils du passé: d'Artagnan, l'Empereur, Guynemer, de Gaulle, le Concorde, Brassens, Barbara, la Citroën Maserati... Oui, c'était mieux avant."

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 321  pages
  • Dimensions :  2.4cmx13.0cmx21.4cm
  • Poids : 358.3g
  • Editeur :   Editions Nil Paru le
  • ISBN :  2841114562
  • EAN13 :  9782841114566
  • Classe Dewey :  300
  • Langue : Français

D'autres livres de Eric Brunet

Pourquoi Sarko va gagner

Eric Brunet en est convaincu, le Président sera réélu. Et n'y voyez pas un aveuglement idéologique ou idolâtre. Cette élection est tout simplement mathématique. Dans toute l'histoire de la Ve République, on n'a jamais observé un tel lynchage médiatique. Depuis cinq ans, l'action président...

Etre de droite : un tabou français

Qui, en France, ose dire aujourd'hui : " Je suis de droite " ? Quel artiste ? Quel journaliste ? Quel enseignant ? Quel fonctionnaire ? S'affirmer de droite dans un pays, pourtant majoritairement... de droite, expose au risque d'être taxé de " réac ", voire de " facho " dans le monde de la cultur...

Etre riche : un tabou français

Pourquoi les Français ont-ils honte d'être riches ? D'où vient ce rapport de culpabilité avec l'argent ? Du " Je n'aime pas les riches " de François Hollande aux tollés que suscitent les tentatives d'abroger l'impôt sur la fortune, Eric Brunet a enquêté sur cette haine du profit et du libé...

Voir tous les livres de Eric Brunet

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Dans la tête d'un réac

J'ai toujours été réactionnaire. En mai 1981, j'avais seize ans et l'impression que la France se transformait en foyer socio-éducatif géant. Je n'aimais pas les jeans, Abba, le collège Aragon, les concerts de charité et les radios libres. Mes parents, qui avaient pleuré de joie à l'élection de Mitterrand, avaient honte de moi. Qu'y puis-je? J'ai toujours été contre. Hier contre les socialocommunistes. Aujourd'hui contre la droite moderne et suffisante. Je suis allergique à cette France qui avance sans rétroviseurs. Sa liturgie progressiste, son capitalisme high-tech me donnent des éruptions cutanées. Au fond, le réac est un franc-tireur qui cultive avec jubilation ses démangeaisons. Cet eczéma sublime lui tient lieu de doctrine. Peu le savent, mais le réactionnaire sait aussi aimer. Il est dialysé à l'humus français. Dans mon petit musée intime, je m'enivre de tous les soleils du passé: d'Artagnan, l'Empereur, Guynemer, de Gaulle, le Concorde, Brassens, Barbara, la Citroën Maserati... Oui, c'était mieux avant."