share_book
Envoyer cet article par e-mail

Ma guerre d'Algérie et la torture. J'étais lieutenant dans les DOP

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Ma guerre d'Algérie et la torture. J'étais lieutenant dans les DOP

Ma guerre d'Algérie et la torture. J'étais lieutenant dans les DOP

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Ma guerre d'Algérie et la torture. J'étais lieutenant dans les DOP"

Présentation de Ma guerre d'Algérie et la torture. J'étais lieutenant dans les DOP

Né en 1933, l'auteur appartient à la promotion de Saint-Cyr " Ceux de Dien Bien Phu ", entrée à Coëtquidan en octobre 1953. Il avait choisi la carrière des armes par idéal, comme on entre en religion. Il a participé aux combats d'Algérie durant quatre années, au sein de deux régiments parachutistes, mais aussi, pendant plus d'une année, dans un D.O.P., celui de Sétif, l'un de ces organismes ayant pour mission d'obtenir des renseignements quels que soient les moyens utilisés. Là, il a approché la torture avant de la refuser à ses risques et périls, pour en rester marqué pour la vie. Depuis, en toutes circonstances, il a conservé son libre arbitre, au lieu de toujours se soumettre, " la discipline (ne) faisant (plus, pour lui,) la force principale des armées ". Déçu par ses chefs dans sa jeunesse, il a rejeté peu à peu toute autorité, celle des dirigeants politiques aussi bien que des " chefs " militaires, ceux qu'il appelle " le nuage ". "... Mais ce passé ne veut pas me quitter. Je ne suis pas Caïn, je ne mérite pas d'avoir un oeil qui me poursuive jusque dans ma retraite comme lui dans la tombe. Je vous le demande, mon Dieu, éloignez de mes yeux les images du sexe ensanglanté d'une vieille femme, du regard honteux d'un homme torturé, de la bave verdâtre s'écoulant de la bouche d'un agonisant, de l'épuisement d'un homme dépouillé de ses vêtements, l'un après l'autre, par un chien le poursuivant, mais aussi celle d'une poupée désarticulée, dernier jouet d'une fillette égorgée après avoir été violée. Enlevez de ma mémoire, mon Dieu, les visages de Blisson, de Chaubet, de l'homme qui regrettait de ne pas avoir été S.S., et de celui qui voulait s'en payer un à la baïonnette. Alors, peut-être, j'arriverai à trouver le repos, abandonné par mes fantômes du passé. Alors, peut-être, j'aurai la volonté nécessaire pour pardonner. "

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 256  pages
  • Dimensions :  2.0cmx13.6cmx21.4cm
  • Poids : 997.9g
  • Editeur :   Editions L'harmattan Paru le
  • ISBN :  2747527794
  • EAN13 :  9782747527798
  • Classe Dewey :  965.046092
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Ma guerre d'Algérie et la torture. J'étais lieutenant dans les DOP

Né en 1933, l'auteur appartient à la promotion de Saint-Cyr " Ceux de Dien Bien Phu ", entrée à Coëtquidan en octobre 1953. Il avait choisi la carrière des armes par idéal, comme on entre en religion. Il a participé aux combats d'Algérie durant quatre années, au sein de deux régiments parachutistes, mais aussi, pendant plus d'une année, dans un D.O.P., celui de Sétif, l'un de ces organismes ayant pour mission d'obtenir des renseignements quels que soient les moyens utilisés. Là, il a approché la torture avant de la refuser à ses risques et périls, pour en rester marqué pour la vie. Depuis, en toutes circonstances, il a conservé son libre arbitre, au lieu de toujours se soumettre, " la discipline (ne) faisant (plus, pour lui,) la force principale des armées ". Déçu par ses chefs dans sa jeunesse, il a rejeté peu à peu toute autorité, celle des dirigeants politiques aussi bien que des " chefs " militaires, ceux qu'il appelle " le nuage ". "... Mais ce passé ne veut pas me quitter. Je ne suis pas Caïn, je ne mérite pas d'avoir un œil qui me poursuive jusque dans ma retraite comme lui dans la tombe. Je vous le demande, mon Dieu, éloignez de mes yeux les images du sexe ensanglanté d'une vieille femme, du regard honteux d'un homme torturé, de la bave verdâtre s'écoulant de la bouche d'un agonisant, de l'épuisement d'un homme dépouillé de ses vêtements, l'un après l'autre, par un chien le poursuivant, mais aussi celle d'une poupée désarticulée, dernier jouet d'une fillette égorgée après avoir été violée. Enlevez de ma mémoire, mon Dieu, les visages de Blisson, de Chaubet, de l'homme qui regrettait de ne pas avoir été S.S., et de celui qui voulait s'en payer un à la baïonnette. Alors, peut-être, j'arriverai à trouver le repos, abandonné par mes fantômes du passé. Alors, peut-être, j'aurai la volonté nécessaire pour pardonner. "