share_book
Envoyer cet article par e-mail

Carabinier à cheval 1806-1815

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Carabinier à cheval 1806-1815

Carabinier à cheval 1806-1815

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Carabinier à cheval 1806-1815"

Présentation de Carabinier à cheval 1806-1815

Un des rares livres qui montre les guerres napoléoniennes sous leur vrai aspect, horreur des blessures, achèvement des mourants, pillages et captivité.Originaire de Flandre, et embrigadé dans la Grande Armée de Napoléon, Joseph Abbeel, vivra, comme des dizaines d' autres, les triomphes sanglants, mais surtout les misères et la débâcle finale, en Prusse, en Pologne, en Russie, avant de rentrer en son pays au terme d' une inhumaine captivité.Eussent-ils été rédigés en français, ces mémoires n'auraient pas attendu autant d'années pour être livrés à la curiosité du public. Non content de les avoir traduits, en nous épargnant des répétitions et un mot-à-mot souvent fastidieux, le général Willems les a annotés et commentés de manière judicieuse, en mettant en valeur les qualités du manuscrit et les dons de l'auteur.Dans ce récit, comme le souligne le commentateur, l'homme est véridique et son récit de bonne foi. Ecrivant pour lui même, il ne cherche à masquer ni les pillages au détriment des populations occupées et des compagnons d armes eux-mêmes, ni l'horreur des opérations chirurgicales à même le sol gelé, ni encore le déshabillage et parfois l'achèvement des mourants par leurs propres camarades de combat, ni la dureté de la captivité.De qualité égale sont les observations d ordre psychologique qu'il fait de ses compagnons d armes ou d infortune.Malgré l'adversité, Abbeel ne perd jamais le sentiment plus fort que tout qu'il a de faire partie intégrante de la Grande Armée et au plus profond de ses misères et au cri de « Vive l'Empereur ! », toujours il repousse toute proposition de passer au service de l'ennemi, alors même qu'est venue pour la France l'heure des revers !Le Général René Henri Willems, fit ses études militaires à l'école Royale Militaire affecté à l'Etat Major il profita de ses accès aux Archives pour s'intéresser aux campagnes de 1914-1918.Dès sa retraite, l'auteur consacra tout son temps à l'étude approfondie de la Révolution de 1789 en France et de ses répercussions comme corollaire à l'étude du Directoire, du Consulat et de l'Empire.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 320  pages
  • Dimensions :  1.4cmx14.0cmx21.0cm
  • Poids : 281.2g
  • Editeur :   Jourdan Le Clercq (Editions) Paru le
  • Collection : JOURDAN (EDITIO
  • ISBN :  2874661481
  • EAN13 :  9782874661488
  • Classe Dewey :  944.08
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Carabinier à cheval 1806-1815

Un des rares livres qui montre les guerres napoléoniennes sous leur vrai aspect, horreur des blessures, achèvement des mourants, pillages et captivité.Originaire de Flandre, et embrigadé dans la Grande Armée de Napoléon, Joseph Abbeel, vivra, comme des dizaines d' autres, les triomphes sanglants, mais surtout les misères et la débâcle finale, en Prusse, en Pologne, en Russie, avant de rentrer en son pays au terme d' une inhumaine captivité.Eussent-ils été rédigés en français, ces mémoires n'auraient pas attendu autant d'années pour être livrés à la curiosité du public. Non content de les avoir traduits, en nous épargnant des répétitions et un mot-à-mot souvent fastidieux, le général Willems les a annotés et commentés de manière judicieuse, en mettant en valeur les qualités du manuscrit et les dons de l'auteur.Dans ce récit, comme le souligne le commentateur, l'homme est véridique et son récit de bonne foi. Ecrivant pour lui même, il ne cherche à masquer ni les pillages au détriment des populations occupées et des compagnons d armes eux-mêmes, ni l'horreur des opérations chirurgicales à même le sol gelé, ni encore le déshabillage et parfois l'achèvement des mourants par leurs propres camarades de combat, ni la dureté de la captivité.De qualité égale sont les observations d ordre psychologique qu'il fait de ses compagnons d armes ou d infortune.Malgré l'adversité, Abbeel ne perd jamais le sentiment plus fort que tout qu'il a de faire partie intégrante de la Grande Armée et au plus profond de ses misères et au cri de « Vive l'Empereur ! », toujours il repousse toute proposition de passer au service de l'ennemi, alors même qu'est venue pour la France l'heure des revers !Le Général René Henri Willems, fit ses études militaires à l'école Royale Militaire affecté à l'Etat Major il profita de ses accès aux Archives pour s'intéresser aux campagnes de 1914-1918.Dès sa retraite, l'auteur consacra tout son temps à l'étude approfondie de la Révolution de 1789 en France et de ses répercussions comme corollaire à l'étude du Directoire, du Consulat et de l'Empire.