share_book
Envoyer cet article par e-mail

Les 100 mots de la justice

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Les 100 mots de la justice

Les 100 mots de la justice

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Les 100 mots de la justice"

Présentation de Les 100 mots de la justice

Exemple d'entrée : Apologue du four d'OchnaïC'est un des passages les plus célèbres du Talmud. Un débat a lieu entre les docteurs de la loi qui portait sur la pureté rituelle d'un four qui tombait en ruine. Face aux Sages qui en doutaient, le rabbin Eliezer, après voir épuisé tous les arguments, invoque une preuve irrationnelle. « Que cet arbre se déplace si je dis vrai ! » Et l'arbre se déracina. Mais les Sages dirent qu'un arbre n'est pas une preuve. Eliezer renchérit : « Que ce canal déborde si je ne me trompe ! » Le canal fut submergé mais les Sages dirent qu'un canal n'est pas une preuve. Eliezer insista : « Que les murs de cette salle s'expriment pour m'approuver ! » Les murs tremblèrent mais les Sages leur demandèrent fermement de ne pas se mêler de leurs querelles. Ils ne s'écroulèrent pas par déférence pour les Sages mais restèrent de guingois par respect pour Eliezer. Alors Eliezer s'écria : « Que le ciel s'exprime enfin ! » Une voix céleste répondit : « La Torah n'est pas dans les cieux. » Et les sages ajoutent : « Torah est donnée aux hommes pour qu'ils l'infléchissent et l'interprètent d'après la majorité. ».Cet apologue montre que si un texte ici la Torah, la loi révélée à Moïse est écrit par un auteur, fut-il d'origine divine, son sens est déterminé par ses interprètes et une délibération majoritaire. Toute la pensée talmudique est ainsi conçue selon Perelman (Logique juridique, Nouvelle Rhétorique, 1978) comme fondatrice de l'espace public et prémisse de la vie démocratique.

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 128  pages
  • Dimensions :  1.0cmx11.2cmx16.8cm
  • Poids : 140.6g
  • Editeur :   Presses Universitaires De France - Puf Paru le
  • Collection : Que sais-je ?
  • ISBN :  2130581420
  • EAN13 :  9782130581420
  • Classe Dewey :  340
  • Langue : Français

D'autres livres de Denis Salas

La Justice

Issues de la tradition ou de l'air du temps, mêlant souvent vrai et faux, les idées reçues sont dans toutes les têtes. Les auteurs les prennent pour point de départ et apportent ici un éclairage distancié et approfondi sur ce que l'on sait ou croit savoir....

Victimes de guerre en quête de justice : Faire entendre leur voix et les pérenniser dans l'histoire

Longtemps les victimes de guerre n'ont eu ni voix, ni parole propre. L'héroïsation des vainqueurs et le silence des vaincus sont le seul épilogue des conflits armés. La culture de guerre nourrie de patriotisme ne laisse place qu'au culte des combattants morts au front. Mais, au milieu du XXe si...

La justice dévoyée : Critique des utopies sécuritaires

A la recherche d'une société sans risque, nous sommes en guerre contre le crime. Sans relâche, les lois multiplieur les infractions, allongent les peines, se veulent toujours plus dissuasives. Où nous entraîne cette obsession sécuritaire ? Dans le lointain, brille le rêve d'une improbable cit...

Voir tous les livres de Denis Salas

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Les 100 mots de la justice

Exemple d'entrée : Apologue du four d'OchnaïC'est un des passages les plus célèbres du Talmud. Un débat a lieu entre les docteurs de la loi qui portait sur la pureté rituelle d'un four qui tombait en ruine. Face aux Sages qui en doutaient, le rabbin Eliezer, après voir épuisé tous les arguments, invoque une preuve irrationnelle. « Que cet arbre se déplace si je dis vrai ! » Et l'arbre se déracina. Mais les Sages dirent qu'un arbre n'est pas une preuve. Eliezer renchérit : « Que ce canal déborde si je ne me trompe ! » Le canal fut submergé mais les Sages dirent qu'un canal n'est pas une preuve. Eliezer insista : « Que les murs de cette salle s'expriment pour m'approuver ! » Les murs tremblèrent mais les Sages leur demandèrent fermement de ne pas se mêler de leurs querelles. Ils ne s'écroulèrent pas par déférence pour les Sages mais restèrent de guingois par respect pour Eliezer. Alors Eliezer s'écria : « Que le ciel s'exprime enfin ! » Une voix céleste répondit : « La Torah n'est pas dans les cieux. » Et les sages ajoutent : « Torah est donnée aux hommes pour qu'ils l'infléchissent et l'interprètent d'après la majorité. ».Cet apologue montre que si un texte ici la Torah, la loi révélée à Moïse est écrit par un auteur, fut-il d'origine divine, son sens est déterminé par ses interprètes et une délibération majoritaire. Toute la pensée talmudique est ainsi conçue selon Perelman (Logique juridique, Nouvelle Rhétorique, 1978) comme fondatrice de l'espace public et prémisse de la vie démocratique.