share_book
Envoyer cet article par e-mail

La bataille de morat 1476 - l'independance des cantons suisses

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La bataille de morat 1476 - l'independance des cantons suisses

La bataille de morat 1476 - l'independance des cantons suisses

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La bataille de morat 1476 - l'independance des cantons suisses"

Présentation de La bataille de morat 1476 - l'independance des cantons suisses

Lors des guerres de Bourgogne (1474-1477), le destin tragique du dernier Grand Duc d'Occident peut être résumé dans cette formule laconique, connue par coeur de tous les écoliers suisses : " Charles le Téméraire perdit à Grandson le bien (sa fortune matérielle), à Morat le courage (à la suite de la destruction de son armée), à Nancy la vie (il fut tué au combat) ". Dans l'histoire militaire suisse, la bataille décisive de Morat (22 juin 1476) reste la bataille la plus célèbre. L'armée bourguignonne est taillée en pièces par ce " peuple de bouviers " que le duc de Bourgogne sous-estime. Pourtant, celui-ci est loin d'être un chef incapable. A certains égards, son armée préfigure les armées de l'époque moderne. A Morat toutefois, le fantassin suisse l'emporte sur le chevalier bourguignon, l'archer anglais ou le " piéton " lombard. Cet ouvrage replace la bataille de Morat dans son contexte européen et suisse, sans oublier les aspects opérationnels et tactiques. Il met en évidence le rôle du renseignement côté suisse et montre que les Suisses n'ont pas seulement combattu pour l'argent du roi Louis XI mais qu'ils ont aussi défendu leurs intérêts et préservé leur autonomie.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 180  pages
  • Dimensions :  1.6cmx15.2cmx23.8cm
  • Poids : 240.4g
  • Editeur :   Economica Paru le
  • Collection : Campagnes & stratégies
  • ISBN :  2717856919
  • EAN13 :  9782717856910
  • Classe Dewey :  940.1
  • Langue : Français

D'autres livres de Pierre Streit

Histoire militaire suisse

Si la Suisse est connue pour sa neutralité ou les conventions de Genève, il n'en va pas de même de son histoire militaire. Certains se demandent même s'il en existe une dans un si petit Etat. Ce livre répond par l'affirmative à cette question, en offrant une synthèse et de nouveaux éclairage...

Voir tous les livres de Pierre Streit

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de La bataille de morat 1476 - l'independance des cantons suisses

Lors des guerres de Bourgogne (1474-1477), le destin tragique du dernier Grand Duc d'Occident peut être résumé dans cette formule laconique, connue par cœur de tous les écoliers suisses : " Charles le Téméraire perdit à Grandson le bien (sa fortune matérielle), à Morat le courage (à la suite de la destruction de son armée), à Nancy la vie (il fut tué au combat) ". Dans l'histoire militaire suisse, la bataille décisive de Morat (22 juin 1476) reste la bataille la plus célèbre. L'armée bourguignonne est taillée en pièces par ce " peuple de bouviers " que le duc de Bourgogne sous-estime. Pourtant, celui-ci est loin d'être un chef incapable. A certains égards, son armée préfigure les armées de l'époque moderne. A Morat toutefois, le fantassin suisse l'emporte sur le chevalier bourguignon, l'archer anglais ou le " piéton " lombard. Cet ouvrage replace la bataille de Morat dans son contexte européen et suisse, sans oublier les aspects opérationnels et tactiques. Il met en évidence le rôle du renseignement côté suisse et montre que les Suisses n'ont pas seulement combattu pour l'argent du roi Louis XI mais qu'ils ont aussi défendu leurs intérêts et préservé leur autonomie.