share_book
Envoyer cet article par e-mail

Jules César

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Jules César

Jules César

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Jules César"

Présentation de Jules César

En dépit de l'admiration qu'on porte depuis toujours au conquérant des Gaules, au vainqueur de la guerre civile, à l'amant de Cléopâtre et au bâtisseur d'empire, on a trop longtemps méconnu la singularité de César. On en a fait souvent, à la suite de ses détracteurs, un patricien soucieux de sauvegarder les positions de l'aristocratie, un soldat heureux mais surtout habile propagandiste, un autocrate aspirant à la tyrannie et peu regardant sur les moyens. C'est mal mesurer la part prise par son génie propre dans sa destinée : il ne s'est ni servi ni prévalu de sa naissance, comptant plutôt sur sa force de séduction et son charisme de chef. Refondateur des institutions d'une République à bout de souffle, architecte d'une nouvelle société faisant leur place à des couches nouvelles, unificateur et organisateur des conquêtes de Rome, et même réformateur de la religion, cet homme quasi invaincu n'échoua qu'en un seul domaine : se constituer un parti assez solide pour asseoir durablement sa domination sur l'État, et pour imposer de lui-même l'image de père de la patrie. Les conjurés des ides de mars (44 av. J.-C.), unis par la seule détestation des nouveautés introduites par un homme qui les dépassait infiniment, l'assassinèrent sans profit réel. Car son oeuvre répondait à une telle nécessité historique qu'elle devait lui survivre des siècles : en peu d'années, son fils (adoptif) put faire fructifier un héritage qui était au fondement de l'exceptionnel rayonnement qu'eut le " siècle d'Auguste ".

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 323  pages
  • Dimensions :  2.0cmx13.6cmx21.6cm
  • Poids : 381.0g
  • Editeur :   Fayard Paru le
  • Collection : LITT.GENE.
  • ISBN :  2213638039
  • EAN13 :  9782213638034
  • Classe Dewey :  937.02
  • Langue : Français

D'autres livres de Robert Etienne

Pompéi : La cité ensevelie

Pompéi, 24 août 79. Le Vésuve entre en éruption. Vomie par le volcan, une pluie de pierres incandescentes s'abat sur la ville. Les cendres emplissent les yeux, la bouche, les poumons. Certains se réfugient au plus profond des maisons, d'autres cherchent à fuir vers la mer si proche. Mais bien ...

Pompéi

Pompéi attire chaque année des millions de touristes ; trop souvent pressés ou mal informés, ils risquent de méconnaître son vrai visage. Éblouis par la splendeur de ses peintures murales, ils oublient le destin misérable de cette petite ville de province ravagée par le tremblement de terre...

Voir tous les livres de Robert Etienne

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Jules César

En dépit de l'admiration qu'on porte depuis toujours au conquérant des Gaules, au vainqueur de la guerre civile, à l'amant de Cléopâtre et au bâtisseur d'empire, on a trop longtemps méconnu la singularité de César. On en a fait souvent, à la suite de ses détracteurs, un patricien soucieux de sauvegarder les positions de l'aristocratie, un soldat heureux mais surtout habile propagandiste, un autocrate aspirant à la tyrannie et peu regardant sur les moyens. C'est mal mesurer la part prise par son génie propre dans sa destinée : il ne s'est ni servi ni prévalu de sa naissance, comptant plutôt sur sa force de séduction et son charisme de chef. Refondateur des institutions d'une République à bout de souffle, architecte d'une nouvelle société faisant leur place à des couches nouvelles, unificateur et organisateur des conquêtes de Rome, et même réformateur de la religion, cet homme quasi invaincu n'échoua qu'en un seul domaine : se constituer un parti assez solide pour asseoir durablement sa domination sur l'État, et pour imposer de lui-même l'image de père de la patrie. Les conjurés des ides de mars (44 av. J.-C.), unis par la seule détestation des nouveautés introduites par un homme qui les dépassait infiniment, l'assassinèrent sans profit réel. Car son œuvre répondait à une telle nécessité historique qu'elle devait lui survivre des siècles : en peu d'années, son fils (adoptif) put faire fructifier un héritage qui était au fondement de l'exceptionnel rayonnement qu'eut le " siècle d'Auguste ".