share_book
Envoyer cet article par e-mail

A l'ouest

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
A l'ouest

A l'ouest

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "A l'ouest"

Présentation de A l'ouest

À l'ouest est un très beau texte qui pose le sens de l'existence humaine. Avec une écriture épurée, une économie de mots, Olivier Adam dessine trois personnages bouleversants de tristesse, de susceptibilité, de solitude. Antoine, presque adulte et encore lycéen, ne parvient pas à remplir sa vie, sombre dans l'errance ou dans les souvenirs d'enfance. Il pense à Lorette, aux histoires et confidences échangées, aux serments : "On se noierait dans un lac couvert de brume et nos mains resteraient scellées dans la vase." Il traîne dans sa banlieue à la recherche du bonheur. Sa sœur Camille s'excuse presque d'exister. Elle trouve refuge dans le rêve, la prière ; elle préfère regarder le monde plutôt que d'y participer. Quant à leur mère, Marie, elle tente de vivre, d'élever ses enfants et de lutter contre la solitude. Un jour, elle se libère de son quotidien. L'emploi d'une syntaxe fragmentaire, fugitive, soumise à la ténuité de ces personnages en partance – "On la bouscule parfois. On ne s'excuse pas. Elle est si légère.", "Quelqu'un qui se gomme et s'efface. Et disparaît." – évoque l'univers poétique d'Henri Michaux dont les figures humaines, diaphanes, toujours prêtes à disparaître sont animées par la non-pesanteur. Après Je vais bien, ne t'en fais pas, Olivier Adam signe un second roman très émouvant dont l'écriture s'élabore sur le mode de la légèreté, de la suggestion avec une sensibilité poétique incontestable. --Nathalie Jungerman --Ce texte fait référence à l'éditionBroché .

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 140  pages
  • Dimensions :  1.2cmx10.0cmx17.2cm
  • Poids : 1542.2g
  • Editeur :   Pocket Paru le
  • Collection : Litterature
  • ISBN :  2266177869
  • EAN13 :  9782266177863
  • Classe Dewey :  843.914
  • Langue : Français

D'autres livres de Olivier Adam

Je vais bien, ne t'en fais pas

Une autre lettre de Loïc. Elles sont rares. Quelques phrases griffonnées sur un papier. Il va bien. Il n'a pas pardonné. Il ne rentrera pas. Il l'aime. Rien d'autre. Rien sur son départ précipité. Deux ans déjà qu'il est parti. Peu après que Claire a obtenu son bac. A son retour de [.......

Ni vu ni connu

Caché dans la chambre des parents de Thomas, Antoine attend qu'on le trouve. Aujourd'hui, c'est l'anniversaire de Thomas et tous les invités jouent à cache-cache. Sauf que personne n'est venu et que les autres sont partis jouer aux fléchettes dans le jardin, sans Antoine. Personne ne l'a [......

A l'abri de rien

  --Ce texte fait référence à l'éditionBroché . ...

Des vents contraires

Depuis que sa femme a disparu sans plus jamais faire signe, Paul Anderen vit seul avec ses deux jeunes enfants. Il espère faire peau neuve par la grâce d'un retour aux sources et s'installe alors à Saint-Malo, la ville de son enfance. Mais qui est donc Paul Anderen ? Un père qui, pour sauver ...

Voir tous les livres de Olivier Adam

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de A l'ouest

À l'ouest est un très beau texte qui pose le sens de l'existence humaine. Avec une écriture épurée, une économie de mots, Olivier Adam dessine trois personnages bouleversants de tristesse, de susceptibilité, de solitude. Antoine, presque adulte et encore lycéen, ne parvient pas à remplir sa vie, sombre dans l'errance ou dans les souvenirs d'enfance. Il pense à Lorette, aux histoires et confidences échangées, aux serments : "On se noierait dans un lac couvert de brume et nos mains resteraient scellées dans la vase." Il traîne dans sa banlieue à la recherche du bonheur. Sa sœur Camille s'excuse presque d'exister. Elle trouve refuge dans le rêve, la prière ; elle préfère regarder le monde plutôt que d'y participer. Quant à leur mère, Marie, elle tente de vivre, d'élever ses enfants et de lutter contre la solitude. Un jour, elle se libère de son quotidien. L'emploi d'une syntaxe fragmentaire, fugitive, soumise à la ténuité de ces personnages en partance – "On la bouscule parfois. On ne s'excuse pas. Elle est si légère.", "Quelqu'un qui se gomme et s'efface. Et disparaît." – évoque l'univers poétique d'Henri Michaux dont les figures humaines, diaphanes, toujours prêtes à disparaître sont animées par la non-pesanteur. Après Je vais bien, ne t'en fais pas, Olivier Adam signe un second roman très émouvant dont l'écriture s'élabore sur le mode de la légèreté, de la suggestion avec une sensibilité poétique incontestable. --Nathalie Jungerman --Ce texte fait référence à l'éditionBroché .