share_book
Envoyer cet article par e-mail

J'aimerais revoir Callaghan (pll)

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
J'aimerais revoir Callaghan (pll)

J'aimerais revoir Callaghan (pll)

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "J'aimerais revoir Callaghan (pll)"

Présentation de J'aimerais revoir Callaghan (pll)

Jimmy Callaghan, c'était mon pote anglais à l'internat. Il fumait des Benson et mettait les bouts en passant par un trou dans le grillage. Je l'ai revu vingt ans plus tard. Il avait une grosse valise. De retour d'Australie, il était bronzé et SDF. Trop fort ! On est redevenus un peu amis. Puis il est parti en me laissant sa valise. C'est moi qui la lui ai rapportée. Dix ans étaient passés. Calla était gérant d'un pub et avait une sale vieille tronche d'Anglais. C'était triste. Quoique. Il y a aussi des femmes, des enfants, des amours, des voyages, des fugues, des bitures et des galères immobilières. Une vie. On a tous en nous quelque chose de Callaghan.À la croisée de ces chemins, de ces vies chiffonnées, disjointes, c’est là que Dominique Fabre noue à mots simples, presque chuchotés, ces retrouvailles qui disent l’amitié et l’étrangeté d’un lien qui perdure par-delà le temps. Christine Rousseau, Le Monde.

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 192  pages
  • Dimensions :  1.0cmx11.0cmx17.6cm
  • Poids : 199.6g
  • Editeur :   Le Livre De Poche Paru le
  • Collection : Littérature & Documents
  • ISBN :  2253157759
  • EAN13 :  9782253157755
  • Classe Dewey :  843
  • Langue : Français

D'autres livres de Dominique Fabre

J'aimerais revoir Callaghan

Jimmy Callaghan, c'était mon pote anglais à l'internat. Il fumait des Benson, mettait les bouts en passant par un trou dans le grillage et allait parfois rendre visite à son père alcoolique dans la banlieue de Londres. Je l'ai revu vingt ans plus tard. Il avait une grosse valise. De retour d'Aus...

Ma vie d'Edgar

Edgar est un petit garçon assez singulier. Son intelligence semble paresseuse, ses gestes incertains avec le Caran d'Ache en main. Mais il a ses oreilles ! ses oreilles et son silence. Si celui-ci en fait un être qui communique peu, celle-là, vastes, déployées, écoutent les sentiments alentour...

Les types comme moi

" il me dit à voix basse que, plus d'une fois, il avait pensé en finir, car il ne supportait pas de rester sans rien faire, jour, nuit, jour, nuit. Je le laissais me parler sans l'interrompre. comment répondre à celui qui vous confie ses peurs, son envie d'en finir lorsque vous-même vous ne sav...

Fantômes

Edgar a quinze ans, c'est " un con d'interne " qui va prendre le train. Jusque-là Edgar connaissait surtout les gares, il était temps de passer aux trains. Son monde se mêle à celui des voyageurs, et Edgar n'a pas son pareil e pour les observer ou leur parler. Comme au monsieur qui a l'air si fa...

Voir tous les livres de Dominique Fabre

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de J'aimerais revoir Callaghan (pll)

Jimmy Callaghan, c'était mon pote anglais à l'internat. Il fumait des Benson et mettait les bouts en passant par un trou dans le grillage. Je l'ai revu vingt ans plus tard. Il avait une grosse valise. De retour d'Australie, il était bronzé et SDF. Trop fort ! On est redevenus un peu amis. Puis il est parti en me laissant sa valise. C'est moi qui la lui ai rapportée. Dix ans étaient passés. Calla était gérant d'un pub et avait une sale vieille tronche d'Anglais. C'était triste. Quoique. Il y a aussi des femmes, des enfants, des amours, des voyages, des fugues, des bitures et des galères immobilières. Une vie. On a tous en nous quelque chose de Callaghan.À la croisée de ces chemins, de ces vies chiffonnées, disjointes, c’est là que Dominique Fabre noue à mots simples, presque chuchotés, ces retrouvailles qui disent l’amitié et l’étrangeté d’un lien qui perdure par-delà le temps. Christine Rousseau, Le Monde.