share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le cinéma et la guerre d'Algérie

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le cinéma et la guerre d'Algérie

Le cinéma et la guerre d'Algérie

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le cinéma et la guerre d'Algérie "

Présentation de Le cinéma et la guerre d'Algérie

Entre les événements de Sétif, en mai 1945, et l'indépendance de l'Algérie en juillet 1962, la France produit, par le biais de différents ministères ou du gouvernement général de l'Algérie, de nombreux courts métrages de propagande pour mettre en valeur son action économique et sociale. Entre imaginaire exotique et modernité triomphante, dans des départements qui, français d'un point de vue administratif, représentent pourtant un symbole colonial, une filmographie particulière voit donc le jour au moment où les nationalistes algériens réclament davantage de droits pour les populations autochtones. Avant 1954, ce sont des sociétés civiles qui produisent ces films, le plus souvent pour le compte des administrations. L'éclatement des " événements d'Algérie " en novembre 1954 marque l'entrée en lice de l'armée et, d'un point de vue médiatique, du Service cinématographique des armées (SCA), qui va donner aux autorités un outil audiovisuel puissant mais difficile à utiliser dans le cadre de l'action psychologique. Après l'arrivée au pouvoir de Charles de Gaulle en juin 1958, la propagande française sur l'Algérie est largement redéfinie afin de coller à la fois aux préoccupations internationales, à l'émergence des " relations publiques " et de la télévision comme outils de communication politique, et au désir du général de Gaulle de voir la France solder les comptes de la période coloniale. Au croisement de différentes disciplines (histoire, cinéma, sciences de l'information et de la communication), cette recherche propose une vision originale sur la guerre d'Algérie et ses représentations.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 480  pages
  • Dimensions :  3.0cmx16.2cmx24.2cm
  • Poids : 762.0g
  • Editeur :   Nouveau Monde Editions Paru le
  • Collection : Histoire et cinéma
  • ISBN :  2847364218
  • EAN13 :  9782847364217
  • Classe Dewey :  790
  • Langue : Français

D'autres livres de Sébastien Denis

Le cinéma d'animation

Cet ouvrage fait le point sur les techniques, les thématiques et les différents champs recouverts depuis plus d'un siècle par le cinéma d'animation (anime japonaise, films en " 3D " faisant désormais partie des succès majeurs au box office, films d'auteur à fort investissement ...

Prix : 260 DH
Tous les matins du monde A. Corneau, 1991 . Analyse d'oeuvre

Durant l'hiver 1991-1992, "Tous les matins du monde" d'Alain Corneau, d'après un livre de Pascal guignard, film exigeant sur deux musiciens baroques du XVIIe siècle (Marin Marais et Sainte Colombe), attire plus de deux millions de spectateurs français dans les salles de cinéma. Ce livre tente...

Le cinéma d'animation

Cet ouvrage fait le point sur les techniques, les thématiques et les différents champs couverts depuis plus d’un siècle par le cinéma d’animation (anime japonaise, films en « 3D » faisant désormais partie des succès majeurs au box office, films d’auteur à fort investissement esthétiq...

Voir tous les livres de Sébastien Denis

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Le cinéma et la guerre d'Algérie

Entre les événements de Sétif, en mai 1945, et l'indépendance de l'Algérie en juillet 1962, la France produit, par le biais de différents ministères ou du gouvernement général de l'Algérie, de nombreux courts métrages de propagande pour mettre en valeur son action économique et sociale. Entre imaginaire exotique et modernité triomphante, dans des départements qui, français d'un point de vue administratif, représentent pourtant un symbole colonial, une filmographie particulière voit donc le jour au moment où les nationalistes algériens réclament davantage de droits pour les populations autochtones. Avant 1954, ce sont des sociétés civiles qui produisent ces films, le plus souvent pour le compte des administrations. L'éclatement des " événements d'Algérie " en novembre 1954 marque l'entrée en lice de l'armée et, d'un point de vue médiatique, du Service cinématographique des armées (SCA), qui va donner aux autorités un outil audiovisuel puissant mais difficile à utiliser dans le cadre de l'action psychologique. Après l'arrivée au pouvoir de Charles de Gaulle en juin 1958, la propagande française sur l'Algérie est largement redéfinie afin de coller à la fois aux préoccupations internationales, à l'émergence des " relations publiques " et de la télévision comme outils de communication politique, et au désir du général de Gaulle de voir la France solder les comptes de la période coloniale. Au croisement de différentes disciplines (histoire, cinéma, sciences de l'information et de la communication), cette recherche propose une vision originale sur la guerre d'Algérie et ses représentations.