share_book
Envoyer cet article par e-mail

La nouvelle idéologie française

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La nouvelle idéologie française

La nouvelle idéologie française

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La nouvelle idéologie française"

Présentation de La nouvelle idéologie française

Depuis les années 1980, au moment où les projets marxistes et révolutionnaires quittaient la scène, une nouvelle idéologie typiquement française s’est installée dans le paysage : le républicanisme. Tout le monde s’est mis à se réclamer de la république et de ses valeurs ; aucun mot n’est mieux porté, à droite comme à gauche. Le « modèle républicain » serait maintenant le modèle français. L’identification à la République est devenue l’épine dorsale de notre identité. Ce républicanisme recouvre, en vrac, notre conception de l’État de droit, la manière dont nous comprenons la laïcité et la séparation de l’Église et de l’État, notre conception de l’école méritocratique, etc. Et aussi la manière dont nous réglons les revendications particularistes, depuis le régionalisme jusqu’aux fameuses affaires du voile islamique et, maintenant, de la burqa. Un regard sur ce qui se passe chez nos voisins européens nous aiderait à comprendre qu’on peut conjuguer d’autres façons les idéaux qui sont les nôtres et leur mise en application. Non seulement la République n’est pas l’apanage de la France, mais son principe devrait permettre d’articuler les identités particulières et la vie commune en laissant à l’individu un maximum de liberté dans le choix et l’expression de ses convictions. Ne serait-ce que dans la manière de gérer les revendications identitaires. Ne serait-ce aussi que dans la manière d’aborder la question de la religion et de son articulation au politique. Il faut revisiter notre conception de la République, en espérant qu’on pourra ainsi la rendre moins arrogante, moins franchouillarde, en espérant aussi que notre actuel républicanisme cessera d’être un autoritarisme contraire aux principes d’une société démocratique.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 240  pages
  • Dimensions :  2.4cmx13.6cmx20.8cm
  • Poids : 322.1g
  • Editeur :   Stock Paru le
  • Collection : Essais - Documents
  • ISBN :  2234064864
  • EAN13 :  9782234064867
  • Classe Dewey :  320
  • Langue : Français

D'autres livres de Béatrice Durand

Etudier en France et en Allemagne : Approche comparée des cultures universitaires

Le processus de Bologne a entraîné un vaste mouvement d'harmonisation des structures universitaires en Europe mais il n'a pas nivelé les traditions universitaires des différents pays. Un séjour dans une université étrangère est ainsi souvent l'occasion d'un choc culturel: les étudiants sont...

Paradoxe du bon maître - essai sur l'autorité dans la fiction pédagogique des Lumières

Depuis la Renaissance, la non directivité est l'idéal pédagogique de l'Occident. L'enfant devrait construire lui-même le savoir et les règles éthiques dont il aura besoin dans sa vie d'adulte et le maître céder la place à l'école de la " vraie vie ". A partir d'une lecture de romans éduca...

Cousins par alliance : Les Allemands en notre miroir

Non, les Allemands d'aujourd'hui ne sont pas obsédés par le travail. Certainement moins que les Français en tout cas. C'est plutôt le temps libre qui les fait rêver. Non, les Allemands ne sont pas plus grégaires et plus placides que les autres. Leur individualisme, différent, échappe seuleme...

Voir tous les livres de Béatrice Durand

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de La nouvelle idéologie française

Depuis les années 1980, au moment où les projets marxistes et révolutionnaires quittaient la scène, une nouvelle idéologie typiquement française s’est installée dans le paysage : le républicanisme. Tout le monde s’est mis à se réclamer de la république et de ses valeurs ; aucun mot n’est mieux porté, à droite comme à gauche. Le « modèle républicain » serait maintenant le modèle français. L’identification à la République est devenue l’épine dorsale de notre identité. Ce républicanisme recouvre, en vrac, notre conception de l’État de droit, la manière dont nous comprenons la laïcité et la séparation de l’Église et de l’État, notre conception de l’école méritocratique, etc. Et aussi la manière dont nous réglons les revendications particularistes, depuis le régionalisme jusqu’aux fameuses affaires du voile islamique et, maintenant, de la burqa. Un regard sur ce qui se passe chez nos voisins européens nous aiderait à comprendre qu’on peut conjuguer d’autres façons les idéaux qui sont les nôtres et leur mise en application. Non seulement la République n’est pas l’apanage de la France, mais son principe devrait permettre d’articuler les identités particulières et la vie commune en laissant à l’individu un maximum de liberté dans le choix et l’expression de ses convictions. Ne serait-ce que dans la manière de gérer les revendications identitaires. Ne serait-ce aussi que dans la manière d’aborder la question de la religion et de son articulation au politique. Il faut revisiter notre conception de la République, en espérant qu’on pourra ainsi la rendre moins arrogante, moins franchouillarde, en espérant aussi que notre actuel républicanisme cessera d’être un autoritarisme contraire aux principes d’une société démocratique.