share_book
Envoyer cet article par e-mail

La Sale Guerre

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La Sale Guerre

La Sale Guerre

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La Sale Guerre"

Présentation de La Sale Guerre

J'ai vu des collègues brûler vif un enfant de quinze ans. J'ai vu des soldats se déguiser en terroristes et massacrer des civils. J'ai vu des colonels assassiner, de sang-froid, de simples suspects. J'ai vu des officiers torturer, à mort, des islamistes. J'ai vu trop de choses. Autant d'atteintes à la dignité humaine que je ne saurais taire. Ce sont là des raisons suffisantes, j'en suis convaincu, pour briser le mur du silence. Habib Souaïdia a combattu dix ans dans l'armée algérienne. Il a été entraîné dans la "sale guerre" qui déchire son pays depuis 1992, après l'arrêt du processus électoral face à la victoire annoncée des islamistes du FIS. Réfugié politique en France depuis quelques mois, il est le premier officier à témoigner à visage découvert des atrocités commises par les militaires algériens. À la lecture de ce témoignage exceptionnel, le choc est énorme face au décalage entre la réalité de cette guerre et l'image qu'en donnent le plus souvent les médias occidentaux. Sans remettre en question le moins du monde la violence islamiste, Habib Souaïdia dénonce la stratégie du pouvoir militaire – "il faut terroriser les terroristes", qui a conduit à "la mort inutile de dizaines de milliers de civils, que rien ne justifiait". La stratégie d'un pouvoir qui n'a jamais cherché à analyser et à comprendre la situation du peuple algérien, ses motivations sociales et économiques aussi bien que religieuse. Emprisonné de 1995 à 1999 parce qu'il avait osé dénoncer les exécutions sommaires et questionner la torture, Habib Souaïdia parle aujourd'hui "pour ne pas se sentir complice de crimes contre l'humanité". Mais avoue qu'il ne pourra jamais se pardonner d'avoir lui aussi massacrer son peuple. --Maya Kandel

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 203  pages
  • Dimensions :  1.8cmx13.6cmx21.2cm
  • Poids : 258.5g
  • Editeur :   La Découverte Paru le
  • Collection : La Découverte
  • ISBN :  2707133582
  • EAN13 :  9782707133588
  • Classe Dewey :  320
  • Langue : Français

D'autres livres de Habib Souaïdia

La Sale Guerre

" J'ai vu des collègues brûler vif un enfant de quinze ans. J'ai vu des soldats se déguiser en terroristes et massacrer des civils. J'ai vu des colonels assassiner, de sang-froid, de simples suspects. J'ai vu des officiers torturer, à mort, des islamistes. J'ai vu trop de choses. Autant ...

Prix : 80 DH
Le Procès de "la sale guerre"

Du 1er au 5 juillet 2002, s'est tenu à Paris un procès en diffamation d'une importance exceptionnelle. Le général-major algérien Khaled Nezzar, ex-homme fort du régime et ancien ministre de la Défense, accusait l'ex-lieutenant Habib Souaïdia de l'avoir diffamé, pour avoir notamment déclar...

La sale guerre : Le témoignage d'un ancien officier des forces spéciales de l'armée algérienne

Ancien parachutiste dans les forces spéciales de l'armée algérienne, Habib Souaïdia apporte dans ce livre le premier témoignage, à visage découvert, d'un officier ayant vécu au jour le jour la "sale guerre" qui a déchiré son pays dans les années 1990. Il raconte ce qu'il a vu : la torture...

Voir tous les livres de Habib Souaïdia

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de La Sale Guerre

J'ai vu des collègues brûler vif un enfant de quinze ans. J'ai vu des soldats se déguiser en terroristes et massacrer des civils. J'ai vu des colonels assassiner, de sang-froid, de simples suspects. J'ai vu des officiers torturer, à mort, des islamistes. J'ai vu trop de choses. Autant d'atteintes à la dignité humaine que je ne saurais taire. Ce sont là des raisons suffisantes, j'en suis convaincu, pour briser le mur du silence. Habib Souaïdia a combattu dix ans dans l'armée algérienne. Il a été entraîné dans la "sale guerre" qui déchire son pays depuis 1992, après l'arrêt du processus électoral face à la victoire annoncée des islamistes du FIS. Réfugié politique en France depuis quelques mois, il est le premier officier à témoigner à visage découvert des atrocités commises par les militaires algériens. À la lecture de ce témoignage exceptionnel, le choc est énorme face au décalage entre la réalité de cette guerre et l'image qu'en donnent le plus souvent les médias occidentaux. Sans remettre en question le moins du monde la violence islamiste, Habib Souaïdia dénonce la stratégie du pouvoir militaire – "il faut terroriser les terroristes", qui a conduit à "la mort inutile de dizaines de milliers de civils, que rien ne justifiait". La stratégie d'un pouvoir qui n'a jamais cherché à analyser et à comprendre la situation du peuple algérien, ses motivations sociales et économiques aussi bien que religieuse. Emprisonné de 1995 à 1999 parce qu'il avait osé dénoncer les exécutions sommaires et questionner la torture, Habib Souaïdia parle aujourd'hui "pour ne pas se sentir complice de crimes contre l'humanité". Mais avoue qu'il ne pourra jamais se pardonner d'avoir lui aussi massacrer son peuple. --Maya Kandel