share_book
Envoyer cet article par e-mail

La novlangue néolibérale

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La novlangue néolibérale

La novlangue néolibérale

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La novlangue néolibérale "

Présentation de La novlangue néolibérale

Les Soviétiques avaient l'habitude de dire que la Pravda (en russe : La Vérité) - organe du comité central du défunt Parti communiste d'Union soviétique - méritait bien son titre. En effet, il suffisait de la lire pour apprendre la vérité... à l'expresse condition d'en prendre le contre-pied. Le discours néolibéral qui colonise actuellement les scènes médiatiques et politiques est de la même farine. Pour entendre la vérité en l'écoutant, il suffit d'en inverser les termes, comme entreprend de le faire cet ouvrage pour les principaux concepts clés de ce discours. Chacun d'entre eux apparaît alors soit comme un mot-valise qui passe son contraire en contrebande, soit comme un mot-écran qui fait obstacle à l'usage de son contraire, soit même comme les deux à la fois. Le discours néolibéral se révèle ainsi un nouvel avatar de cette perversion discursive pour laquelle Orwell a créé le néologisme de novlangue quand il a entrepris de représenter l'univers totalitaire dans son célèbre roman 1984. Polémiquer contre ce discours n'implique pas cependant de sacrifier la rigueur de l'analyse. Au contraire, l'arme de la critique n'est jamais aussi acérée et ne fait jamais autant de mal à l'ennemi que lorsqu'elle recourt au concept. En renouant avec la critique marxienne du fétichisme économique, dont la fécondité théorique est ici une nouvelle fois illustrée, il est possible de mettre en évidence l'essence religieuse de ce discours. Ce dernier n'hésite pas à proposer d'immenses sacrifices humains pour assurer la survie de la marchandise, de l'argent, du capital, du marché, de la société civile, de l'Etat, de la propriété privée, etc., autant de rapports sociaux réifiés et déifiés devant lesquels il se prosterne comme devant autant d'idoles barbares.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 236  pages
  • Dimensions :  1.4cmx13.8cmx21.2cm
  • Poids : 199.6g
  • Editeur :   Page Deux Paru le
  • Collection : Cahiers libres
  • ISBN :  2940189390
  • EAN13 :  9782940189397
  • Classe Dewey :  330
  • Langue : Français

D'autres livres de Alain Bihr

Le système des inégalités

Pourquoi analyser les inégalités entre catégories sociales en termes de système ? Comment les inégalités sociales se déterminent-elles réciproquement ? En quel sens peut-on parler de cumul des inégalités ? Comment cette notion renouvelle-t-elle les approches habituelles de la pauvreté ...

La préhistoire du capital : Le devenir-monde du capitalisme, Tome 1

Selon une légende tenace, inventée et mise en forme par le libéralisme dès le XVIIIe siècle, le capitalisme serait né de la seule extension des rapports marchands et monétaires, tenus eux-mêmes comme le prolongement de " l'économie culturelle ". Légende colportée, sciemment ou à leur ins...

La logique méconnue du

La logique méconnue du " capital " Le Capital a la réputation d'être une oeuvre difficile. La première ambition du présent ouvrage est de convaincre le lecteur qu'il n'est pourtant pas inabordable. Il se propose de le lui faire découvrir, en le parcourant en entier, sans le réduire comme il e...

Voir tous les livres de Alain Bihr

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de La novlangue néolibérale

Les Soviétiques avaient l'habitude de dire que la Pravda (en russe : La Vérité) - organe du comité central du défunt Parti communiste d'Union soviétique - méritait bien son titre. En effet, il suffisait de la lire pour apprendre la vérité... à l'expresse condition d'en prendre le contre-pied. Le discours néolibéral qui colonise actuellement les scènes médiatiques et politiques est de la même farine. Pour entendre la vérité en l'écoutant, il suffit d'en inverser les termes, comme entreprend de le faire cet ouvrage pour les principaux concepts clés de ce discours. Chacun d'entre eux apparaît alors soit comme un mot-valise qui passe son contraire en contrebande, soit comme un mot-écran qui fait obstacle à l'usage de son contraire, soit même comme les deux à la fois. Le discours néolibéral se révèle ainsi un nouvel avatar de cette perversion discursive pour laquelle Orwell a créé le néologisme de novlangue quand il a entrepris de représenter l'univers totalitaire dans son célèbre roman 1984. Polémiquer contre ce discours n'implique pas cependant de sacrifier la rigueur de l'analyse. Au contraire, l'arme de la critique n'est jamais aussi acérée et ne fait jamais autant de mal à l'ennemi que lorsqu'elle recourt au concept. En renouant avec la critique marxienne du fétichisme économique, dont la fécondité théorique est ici une nouvelle fois illustrée, il est possible de mettre en évidence l'essence religieuse de ce discours. Ce dernier n'hésite pas à proposer d'immenses sacrifices humains pour assurer la survie de la marchandise, de l'argent, du capital, du marché, de la société civile, de l'Etat, de la propriété privée, etc., autant de rapports sociaux réifiés et déifiés devant lesquels il se prosterne comme devant autant d'idoles barbares.