share_book
Envoyer cet article par e-mail

Ressources inhumaines - Les gardiens de camps de concentration et leurs loisirs

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Ressources inhumaines - Les gardiens de camps de concentration et leurs loisirs

Ressources inhumaines - Les gardiens de camps de concentration et leurs loisirs

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Ressources inhumaines - Les gardiens de camps de concentration et leurs loisirs"

Présentation de Ressources inhumaines - Les gardiens de camps de concentration et leurs loisirs

    Quelle était la durée du temps de travail d’un gardien de camp de concentration ? Préférait-il jouer aux cartes, pratiquer la boxe ou se délasser en lisant un roman policier ? Sa famille vivait-elle avec lui ? Il n’existait aucune étude systématique des gardiennes et des gardiens.    A partir des archives de la SS et des dossiers constitués après 1945 lors de l’épuration, Fabrice d’Almeida reconstitue la stratégie de gestion des ressources humaines que Himmler et ses adjoints ont mise en œuvre, non seulement pour permettre aux bourreaux d’accomplir leur office, mais surtout pour éviter qu’ils s’ennuient.     A Auschwitz, les gardiens n’ont pas seulement exterminé des femmes et des enfants, ils ont aussi tué le temps. Les tueurs nazis ont joui de loisirs savamment organisés alors qu’à la même époque les surveillants du Goulag étaient laissés dans une condition à peine supérieure à celle des détenus.     En adoptant l’angle de vue des tueurs, le livre ne prétend pas excuser leur crime. Mais ce regard dérangeant dévoile le management de l’entreprise SS et les choix des leaders nazis dont l’ambition était de donner à leurs auxiliaires une vie agréable. Jeux, lectures, cinémas, théâtres, bordel et vie de famille : le temps libre était pensé dans le détail. Tout cela banalisait la nature du «travail».    Fabrice d’Almeida est professeur à Paris-II et à l’Institut français de presse. Il a notamment publié La Vie mondaine sous le nazisme (Perrin, 2006) et présenté les mémoires inédites de Carl Schrade, Le Vétéran (Fayard, 2011). Il anime "La case du siècle", consacrée aux documentaires historiques, sur France 5.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 210  pages
  • Dimensions :  2.4cmx13.4cmx21.2cm
  • Poids : 381.0g
  • Editeur :   Fayard Paru le
  • Collection : Divers Histoire
  • ISBN :  2213661782
  • EAN13 :  9782213661780
  • Classe Dewey :  844
  • Langue : Français

D'autres livres de Fabrice d'Almeida

Histoire des médias en France

Tous les indices concordent: nous entrons dans le siècle de l'information." Parue sous la plume du journaliste Auguste de Chambure en 1914, la formule a des allures de prophétie tant l'omniprésence des médias frappe, un siècle plus tard, l'observateur le moins averti. Quelle a été la [.......

Voir tous les livres de Fabrice d'Almeida

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Ressources inhumaines - Les gardiens de camps de concentration et leurs loisirs

    Quelle était la durée du temps de travail d’un gardien de camp de concentration ? Préférait-il jouer aux cartes, pratiquer la boxe ou se délasser en lisant un roman policier ? Sa famille vivait-elle avec lui ? Il n’existait aucune étude systématique des gardiennes et des gardiens.    A partir des archives de la SS et des dossiers constitués après 1945 lors de l’épuration, Fabrice d’Almeida reconstitue la stratégie de gestion des ressources humaines que Himmler et ses adjoints ont mise en œuvre, non seulement pour permettre aux bourreaux d’accomplir leur office, mais surtout pour éviter qu’ils s’ennuient.     A Auschwitz, les gardiens n’ont pas seulement exterminé des femmes et des enfants, ils ont aussi tué le temps. Les tueurs nazis ont joui de loisirs savamment organisés alors qu’à la même époque les surveillants du Goulag étaient laissés dans une condition à peine supérieure à celle des détenus.     En adoptant l’angle de vue des tueurs, le livre ne prétend pas excuser leur crime. Mais ce regard dérangeant dévoile le management de l’entreprise SS et les choix des leaders nazis dont l’ambition était de donner à leurs auxiliaires une vie agréable. Jeux, lectures, cinémas, théâtres, bordel et vie de famille : le temps libre était pensé dans le détail. Tout cela banalisait la nature du «travail».    Fabrice d’Almeida est professeur à Paris-II et à l’Institut français de presse. Il a notamment publié La Vie mondaine sous le nazisme (Perrin, 2006) et présenté les mémoires inédites de Carl Schrade, Le Vétéran (Fayard, 2011). Il anime "La case du siècle", consacrée aux documentaires historiques, sur France 5.