share_book
Envoyer cet article par e-mail

Manuscrits de guerre

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Manuscrits de guerre

Manuscrits de guerre

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Manuscrits de guerre"

Présentation de Manuscrits de guerre

Ce livre est constitué de deux textes qui s'éclairent mutuellement. Les deux manuscrits figuraientsur deux cahiers différents, parmi le fonds important de textes dont, pour certains, Julien Gracqn'avait pas souhaité qu'ils soient publiés avant longtemps. Le premier texte est un Journal, qui commence le 10 mai et se termine le 2 juin 1940, écrit à la première personne. C'est un moment crucial de la guerre puisque, après la fameuse « drôle de guerre » et l'inaction qui a commencé à éprouver le moral des Français, l'offensive éclate, brutale. Le lieutenant Poirier (Julien Gracq) a été affecté sur le front et, avec ses hommes, se retrouvent d'abord le long de la frontière belge puis, soumis à des mouvements et des ordres contradictoires et souvent incohérents. Ce qui fascine dans ce Journal, tenu à chaud, c'est son aspect inéluctable et prémonitoire. Comment, en un temps aussi court, la défaite militaire a-t-elle été aussi rapide et totale. Comment se sont comportés les soldats français, belges, anglais sur ce mouchoir de poche. Comment est-on passé aussi rapidement à une véritable débâcle, les alliés étant encerclés dans la région de Dunkerque (Les Pays-Bas ayant capitulé le 15 mai, les Belges le 28. Seule une partie du corps expéditionnaire britannique et une petite partie des troupes françaises échapperont à l'étau allemand). Ce qui étonne enfin, outre cette description palpable d'une défaite annoncée, c'est l'acuité de la perception, tant des choses de la guerre que des rumeurs qui l'entourent, tant des comportements humains que du cadre où elle se déroule. Le second texte est un récit qui part de la réalité de ces souvenirs pour en faire une fiction,passionnante dans la mesure où l'on voit concrètement comment Julien Gracq passe de la réalité àla fiction (le récit commence le 23 mai) et pourquoi une distance beaucoup plus grande étaitnécessaire dans le temps, comme dans les circonstances, pour aboutir à la vision plus ample duBalcon en forêt, et non plus comme ici une interrogation sur le basculement des événements et ledestin, sensibles dans les trois dernières phrases : « Pour devenir un reître, il lui semblait soudainqu'il ne fallait peut-être pas tant de choses. Non, vraiment pas tant de choses. Seulement trois ouquatre instantanés bien choisis ».

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 248  pages
  • Dimensions :  2.6cmx13.4cmx18.0cm
  • Poids : 258.5g
  • Editeur :   José Corti Editions Paru le
  • Collection : DOM.FRANC.
  • ISBN :  2714310575
  • EAN13 :  9782714310576
  • Classe Dewey :  848
  • Langue : Français

D'autres livres de Julien Gracq

Le Rivage des Syrtes

À la suite d'un chagrin d'amour, Aldo se fait affecter par le gouvernement de la principauté d'Orsenna dans une forteresse sur le front des Syrtes. Il est là pour observer l'ennemi de toujours, replié sur le rivage d'en face, le Farghestan. Aldo rêve de franchir la frontière, y parvient, [....

Prix : 283.5 DH

Voir tous les livres de Julien Gracq

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Manuscrits de guerre

Ce livre est constitué de deux textes qui s’éclairent mutuellement. Les deux manuscrits figuraientsur deux cahiers différents, parmi le fonds important de textes dont, pour certains, Julien Gracqn’avait pas souhaité qu’ils soient publiés avant longtemps. Le premier texte est un Journal, qui commence le 10 mai et se termine le 2 juin 1940, écrit à la première personne. C’est un moment crucial de la guerre puisque, après la fameuse « drôle de guerre » et l’inaction qui a commencé à éprouver le moral des Français, l’offensive éclate, brutale. Le lieutenant Poirier (Julien Gracq) a été affecté sur le front et, avec ses hommes, se retrouvent d’abord le long de la frontière belge puis, soumis à des mouvements et des ordres contradictoires et souvent incohérents. Ce qui fascine dans ce Journal, tenu à chaud, c’est son aspect inéluctable et prémonitoire. Comment, en un temps aussi court, la défaite militaire a-t-elle été aussi rapide et totale. Comment se sont comportés les soldats français, belges, anglais sur ce mouchoir de poche. Comment est-on passé aussi rapidement à une véritable débâcle, les alliés étant encerclés dans la région de Dunkerque (Les Pays-Bas ayant capitulé le 15 mai, les Belges le 28. Seule une partie du corps expéditionnaire britannique et une petite partie des troupes françaises échapperont à l’étau allemand). Ce qui étonne enfin, outre cette description palpable d’une défaite annoncée, c’est l’acuité de la perception, tant des choses de la guerre que des rumeurs qui l’entourent, tant des comportements humains que du cadre où elle se déroule. Le second texte est un récit qui part de la réalité de ces souvenirs pour en faire une fiction,passionnante dans la mesure où l’on voit concrètement comment Julien Gracq passe de la réalité àla fiction (le récit commence le 23 mai) et pourquoi une distance beaucoup plus grande étaitnécessaire dans le temps, comme dans les circonstances, pour aboutir à la vision plus ample duBalcon en forêt, et non plus comme ici une interrogation sur le basculement des événements et ledestin, sensibles dans les trois dernières phrases : « Pour devenir un reître, il lui semblait soudainqu’il ne fallait peut-être pas tant de choses. Non, vraiment pas tant de choses. Seulement trois ouquatre instantanés bien choisis ».