share_book
Envoyer cet article par e-mail

Rome, la ville sans origine

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Rome, la ville sans origine

Rome, la ville sans origine

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Rome, la ville sans origine "

Présentation de Rome, la ville sans origine

Ce livre invite à déconstruire l'idée contemporaine d'identité nationale à partir de l'Antiquitéromaine. Pourquoi revenir à l'Antiquité ? L'Antiquité sert à conforter les penseurscontemporains qui s'y projettent, ayant le sentiment confortable que leurs idées ont toujours été là. L'anthropologie historique vise à bousculer ce confort intellectuel grâce au fameux « regard éloigné ». Pourquoi Rome et non Athènes? Athènes était une cité refermée sur elle-même. L'Athénien était citoyen de père et de mère, en fils ; le peuple d'Athènes n'accordait que rarement la citoyenneté à des étrangers. Rome appliquait une politique contraire. Dès les premiers temps, elle donnait largement la citoyenneté aux ennemis vaincus et aux affranchis qui, intégrés, lui ont fourni des armées innombrables et une élite sans cesse renouvelée. A partir de là, il était tentant d'aller voir quelle conception de la citoyenneté et de l'identité romaine avaient permis cette société ouverte (multiculturelle ou métissée ?) qui était celle de « nos ancêtres les Romains ». Or non seulement la citoyenneté romaine était un statut juridique sans contenu racial, ethnique ou culturel mais encore elle reposait sur l'origo, notion juridique complexe qui impliquait que tout citoyen romain d'une façon ou d'une autre venait d'ailleurs. Tous des étrangers : ce qu'illustre l'Enéide, poème de l'origo qui célèbre Énée, le « père » des Romains et figure de l'altérité : le héros venu d'ailleurs et qui n'a pas fondé Rome.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 202  pages
  • Dimensions :  2.4cmx13.0cmx21.4cm
  • Poids : 440.0g
  • Editeur :   Le Promeneur Paru le
  • Collection : PROMENEUR 2
  • ISBN :  207012939X
  • EAN13 :  9782070129393
  • Classe Dewey :  844
  • Langue : Français

D'autres livres de Florence Dupont

L'érotisme masculin dans la Rome antique

L'érotisme à Rome est fondé sur la distinction sociale plus que sexuelle. Il s'accompagne de certaines pratiques verbales : invectives obscènes, poèmes érotiques de banquets ou portraits d'empereurs en monstres d'obscénité. La pédérastie tout à la fois fascine et fait l'objet d'une [.....

Voir tous les livres de Florence Dupont

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Rome, la ville sans origine

Ce livre invite à déconstruire l’idée contemporaine d’identité nationale à partir de l’Antiquitéromaine. Pourquoi revenir à l’Antiquité ? L’Antiquité sert à conforter les penseurscontemporains qui s’y projettent, ayant le sentiment confortable que leurs idées ont toujours été là. L’anthropologie historique vise à bousculer ce confort intellectuel grâce au fameux « regard éloigné ». Pourquoi Rome et non Athènes? Athènes était une cité refermée sur elle-même. L’Athénien était citoyen de père et de mère, en fils ; le peuple d’Athènes n’accordait que rarement la citoyenneté à des étrangers. Rome appliquait une politique contraire. Dès les premiers temps, elle donnait largement la citoyenneté aux ennemis vaincus et aux affranchis qui, intégrés, lui ont fourni des armées innombrables et une élite sans cesse renouvelée. A partir de là, il était tentant d’aller voir quelle conception de la citoyenneté et de l’identité romaine avaient permis cette société ouverte (multiculturelle ou métissée ?) qui était celle de « nos ancêtres les Romains ». Or non seulement la citoyenneté romaine était un statut juridique sans contenu racial, ethnique ou culturel mais encore elle reposait sur l’origo, notion juridique complexe qui impliquait que tout citoyen romain d’une façon ou d’une autre venait d’ailleurs. Tous des étrangers : ce qu’illustre l’Enéide, poème de l’origo qui célèbre Énée, le « père » des Romains et figure de l’altérité : le héros venu d’ailleurs et qui n’a pas fondé Rome.