share_book
Envoyer cet article par e-mail

L'art de la mémoire, le territoire et l'architecture

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
L'art de la mémoire, le territoire et l'architecture

L'art de la mémoire, le territoire et l'architecture

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "L'art de la mémoire, le territoire et l'architecture"

Présentation de L'art de la mémoire, le territoire et l'architecture

L'urbanisation des territoires de transition entre la ville et la campagne ceux de la suburbia, est oublieuse de l'épaisseur du passé, des transformations complexes des sites, aussi bien que des représentations que l'on s'en fait. La notion de sub-urbanisme, définie par l'auteur comme une " subversion de l'urbanisme ", remet profondément en question un telle attitude. Cet essai plaide pour une démarche qui appréhenderait le site comme la matrice d'un projet explorant les multiples strates spatio-temporelles du territoire : l'architecture comme instrument de la mémoire et la mémoire comme matière de l'architecture. Quatre sources alimentent la démarche : les travaux de Frances Yates sur L'Art de la mémoire, consacrés aux pratiques mnémotechniques des anciens ; la "métaphore romaine" proposée par Sigmund Freud pour évoquer le mode de conservation du passé dans la structuration de la psyché ; la démarche de l'artiste américain Robert Smithson avec son concept de non-site ; et enfin le parc de Lancy réalisé dans la banlieue de Genève par l'architecte Georges Descombes. A l'instar du sub-urbanisme qu'elle entreprend d'illustrer, cette démon tration s'aventure dans l'épaisseur narrative des lieux, et invite le lecteur-visiteur à frayer son chemin à travers de nombreuses couches de mémoire et de culture. Le mot d'ordre est extrapolation.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 142  pages
  • Dimensions :  1.2cmx14.8cmx21.0cm
  • Poids : 199.6g
  • Editeur :   Editions De La Villette Paru le
  • Collection : Penser l'espace
  • ISBN :  2915456585
  • EAN13 :  9782915456585
  • Classe Dewey :  711.58
  • Langue : Français

D'autres livres de Sébastien Marot

Marnes, N° 1

Cette publication se situe entre la revue de fond et le recueil de textes de référence dans les champs de l'architecture, de l'urbanisme et du paysage. Elle comprend une majorité de rééditions-traductions d'articles ou d'extraits d'ouvrages ainsi qu'un certain nombre de contributions [....]...

Marnes, documents d'architecture, vol. 2

Ce deuxième volume de marnes contient les premières traductions françaises de « Singapour Songlines » de Rem Koolhaas l article le plus volumineux de l ouvrage S, M, L, XL , les essais de Fumihiko Maki de 1964 sur les « formes collectives », ainsi qu un texte inédit de Le Corbusier sur l usa...

Voir tous les livres de Sébastien Marot

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de L'art de la mémoire, le territoire et l'architecture

L'urbanisation des territoires de transition entre la ville et la campagne ceux de la suburbia, est oublieuse de l'épaisseur du passé, des transformations complexes des sites, aussi bien que des représentations que l'on s'en fait. La notion de sub-urbanisme, définie par l'auteur comme une " subversion de l'urbanisme ", remet profondément en question un telle attitude. Cet essai plaide pour une démarche qui appréhenderait le site comme la matrice d'un projet explorant les multiples strates spatio-temporelles du territoire : l'architecture comme instrument de la mémoire et la mémoire comme matière de l'architecture. Quatre sources alimentent la démarche : les travaux de Frances Yates sur L'Art de la mémoire, consacrés aux pratiques mnémotechniques des anciens ; la "métaphore romaine" proposée par Sigmund Freud pour évoquer le mode de conservation du passé dans la structuration de la psyché ; la démarche de l'artiste américain Robert Smithson avec son concept de non-site ; et enfin le parc de Lancy réalisé dans la banlieue de Genève par l'architecte Georges Descombes. A l'instar du sub-urbanisme qu'elle entreprend d'illustrer, cette démon tration s'aventure dans l'épaisseur narrative des lieux, et invite le lecteur-visiteur à frayer son chemin à travers de nombreuses couches de mémoire et de culture. Le mot d'ordre est extrapolation.