share_book
Envoyer cet article par e-mail

L'Expérience concentrationnaire est-elle indicible ?

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
L'Expérience concentrationnaire est-elle indicible ?

L'Expérience concentrationnaire est-elle indicible ?

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "L'Expérience concentrationnaire est-elle indicible ?"

Présentation de L'Expérience concentrationnaire est-elle indicible ?

Ce livre n'est pas un recueil de témoignages, encore moins une étude historique sur les camps. Parti d'un constat que l'indicible de l'expérience concentrationnaire a suscitune grande littérature, il aborde celle-ci par la médiation d'oeuvres littéraires, notamment celles de Varlam Chalamov, Alexandre Soljenitsyne, Primo Levi, Robert Antelme, Imre Kertész, Tadeusz Borowski, et s'interroge sur les procédés que l'art du XXe siècle a élaborés, en Europe, pour saisir les manifestations extrêmes des États totalitaires communistes et nazis. Au-delà d'une réflexion politique, la littérature des camps révèle une tentative de penser cet état de conscience très particulier où l'homme, absent à lui-même, accède pourtant aux fondements de la vie. Trace matérielle de situations limites, les textes analysés permettent d'envisager une ontologie de l'univers concentrationnaire, mais aussi d'aborder la modernité à travers l'un des grands thèmes qu'elle affectionne, le refus de la représentation et, partant, à travers la question du vide, du néant. Ce dernier, paradoxalement garant d'un noyau irréductible de l'être, s'enracine dans le collectif, rappelant les grands textes mythiques du passé

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 396  pages
  • Dimensions :  3.4cmx15.6cmx23.2cm
  • Poids : 521.6g
  • Editeur :   Editions Du Rocher Paru le
  • Collection : Littérature
  • ISBN :  2268046176
  • EAN13 :  9782268046174
  • Classe Dewey :  809.933 580904
  • Langue : Français

D'autres livres de Luba Jurgenson

Boutique de vie

Voilà un arc-en-ciel de personnages, de destins, de lieux, un formidable exercice romanesque où les histoires se mêlent, se croisent, filent, défilent pour mieux se retrouver. À la tête de ce bric et broc fictionnel, le professeur R. qui achète un cahier dans lequel vont se bousculer plusieu...

Voir tous les livres de Luba Jurgenson

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de L'Expérience concentrationnaire est-elle indicible ?

Ce livre n'est pas un recueil de témoignages, encore moins une étude historique sur les camps. Parti d'un constat que l'indicible de l'expérience concentrationnaire a suscitune grande littérature, il aborde celle-ci par la médiation d'œuvres littéraires, notamment celles de Varlam Chalamov, Alexandre Soljenitsyne, Primo Levi, Robert Antelme, Imre Kertész, Tadeusz Borowski, et s'interroge sur les procédés que l'art du XXe siècle a élaborés, en Europe, pour saisir les manifestations extrêmes des États totalitaires communistes et nazis. Au-delà d'une réflexion politique, la littérature des camps révèle une tentative de penser cet état de conscience très particulier où l'homme, absent à lui-même, accède pourtant aux fondements de la vie. Trace matérielle de situations limites, les textes analysés permettent d'envisager une ontologie de l'univers concentrationnaire, mais aussi d'aborder la modernité à travers l'un des grands thèmes qu'elle affectionne, le refus de la représentation et, partant, à travers la question du vide, du néant. Ce dernier, paradoxalement garant d'un noyau irréductible de l'être, s'enracine dans le collectif, rappelant les grands textes mythiques du passé