share_book
Envoyer cet article par e-mail

Images malgré tout

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Images malgré tout

Images malgré tout

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Images malgré tout"

Présentation de Images malgré tout

Y a-t-il des images de la Shoah ? Cette question peut appeler une réponse factuelle : c'est un fait que les nazis, dans le tour méthodique et administratif de leur folie persécutrice, ont beaucoup filmé et photographié ce qui se passait dans les camps, et qu'ils ont finalement détruit la plupart de ces traces accusatrices. Il ne reste ainsi pratiquement aucune image des camps d'extermination. Mais la question a une autre dimension. Quand, en 2001, dans le catalogue Mémoire des camps. Photographies des camps de concentration et d'extermination nazis, Georges Didi-Huberman commente quatre clichés photographiques pris en août 1944, par le Sonderkommando du crématoire IV d'Auschwitz, il soulève une violente polémique : pouvons-nous nous servir de l'image pour enrichir notre connaissance de la Shoah ? Si le sort réservé aux prisonniers de Treblinka, Sobibor, Chelmno… est de l'ordre de l'inimaginable, de l'irreprésentable, alors en montrer quelque chose, fût-ce une image authentique, c'est en trahir la vérité. Fidèle à cette position, Claude Lanzmann, dans son film Shoah (1985), conduit l'évocation des camps de la mort à partir de récits d'historiens et, surtout, de la parole de témoins. Si, au contraire, loin d'être un absolu dépassant toute imagination possible, l'événement de la solution finale est une horreur humaine, trop humaine, jusque-là inégalée, alors l'image peut en parler sans, évidemment, prétendre tout en dire. Le débat crispé dont Georges Didi-Huberman restitue les grandes lignes dans Images malgré tout (l'ouvrage contient le commentaire à la source de la controverse) n'est pas sans évoquer les violentes querelles iconoclastes de l'histoire du christianisme. Au-delà de la discussion autour de l'Holocauste, il révèle quelque chose du rapport ambigu que notre culture entretient avec l'image, rapport qui est précisément le domaine d'investigation de l'auteur depuis plusieurs années. Du même auteur : La Peinture incarnée (1985). Devant l'image (1990). Ce que nous voyons, ce qui nous regarde (1995). Phasmes. Essai sur l'apparition (1998). Devant le temps. Histoire de l'art et anachronisme des images (2000). -- Emilio Balturi

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 235  pages
  • Dimensions :  1.8cmx13.4cmx21.8cm
  • Poids : 598.7g
  • Editeur :   Editions De Minuit Paru le
  • Collection : Paradoxe
  • ISBN :  2707318582
  • EAN13 :  9782707318589
  • Classe Dewey :  940.5318072
  • Langue : Français

D'autres livres de  Georges Didi-Huberman

Sarkis

Prix : 306.25 DH

L'expérience des images

Umberto Eco avec bonheur et humour, Marc AUGÉ avec sa générosité et son sens de l'observation, Georges Didi-Huberman avec sa créativité et sa liberté, nous offrent ici leurs expériences des images. C'est bien une pensée sur les images en société qu'ils nous racontent, chacun selon son ...

Ce que nous voyons, ce qui nous regarde

Ce que nous voyons ne vaut - ne vit - que par ce qui nous regarde. Si cela est vrai, comment penser les conditions esthétiques, épistémiques, voire éthiques, d'une telle proposition ? C'est ce que tente de développer ce livre, tissé comme une fable philosophique de l'expérience visuelle. [...

Voir tous les livres de  Georges Didi-Huberman

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Images malgré tout

Y a-t-il des images de la Shoah ? Cette question peut appeler une réponse factuelle : c’est un fait que les nazis, dans le tour méthodique et administratif de leur folie persécutrice, ont beaucoup filmé et photographié ce qui se passait dans les camps, et qu’ils ont finalement détruit la plupart de ces traces accusatrices. Il ne reste ainsi pratiquement aucune image des camps d’extermination. Mais la question a une autre dimension. Quand, en 2001, dans le catalogue Mémoire des camps. Photographies des camps de concentration et d’extermination nazis, Georges Didi-Huberman commente quatre clichés photographiques pris en août 1944, par le Sonderkommando du crématoire IV d’Auschwitz, il soulève une violente polémique : pouvons-nous nous servir de l’image pour enrichir notre connaissance de la Shoah ? Si le sort réservé aux prisonniers de Treblinka, Sobibor, Chelmno… est de l’ordre de l’inimaginable, de l’irreprésentable, alors en montrer quelque chose, fût-ce une image authentique, c’est en trahir la vérité. Fidèle à cette position, Claude Lanzmann, dans son film Shoah (1985), conduit l’évocation des camps de la mort à partir de récits d’historiens et, surtout, de la parole de témoins. Si, au contraire, loin d’être un absolu dépassant toute imagination possible, l’événement de la solution finale est une horreur humaine, trop humaine, jusque-là inégalée, alors l’image peut en parler sans, évidemment, prétendre tout en dire. Le débat crispé dont Georges Didi-Huberman restitue les grandes lignes dans Images malgré tout (l’ouvrage contient le commentaire à la source de la controverse) n’est pas sans évoquer les violentes querelles iconoclastes de l’histoire du christianisme. Au-delà de la discussion autour de l’Holocauste, il révèle quelque chose du rapport ambigu que notre culture entretient avec l’image, rapport qui est précisément le domaine d’investigation de l’auteur depuis plusieurs années. Du même auteur : La Peinture incarnée (1985). Devant l’image (1990). Ce que nous voyons, ce qui nous regarde (1995). Phasmes. Essai sur l’apparition (1998). Devant le temps. Histoire de l’art et anachronisme des images (2000). -- Emilio Balturi