share_book
Envoyer cet article par e-mail

L'histoire comme champ de bataille

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
L'histoire comme champ de bataille

L'histoire comme champ de bataille

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "L'histoire comme champ de bataille "

Présentation de L'histoire comme champ de bataille

En 1989, la chute du mur de Berlin a clôturé le XXe siècle. Ce qui, jusqu'à la veille, palpitait dansle présent, est soudainement apparu comme appartenant à l'histoire. Profondément affectée par cetterupture, l'historiographie a dû remettre en cause ses paradigmes, questionner ses méthodes, redéfinirses domaines. La manière de penser et d'écrire l'histoire du monde contemporain s'est modifiée. Lesclivages figés de la guerre froide ont laissé la place à l'histoire globale qui, au lieu d'un siècle divisé en blocs, voit un réseau d'échanges économiques, de transferts démographiques, d'hybridations culturelles à l'échelle de la planète. L'histoire structurale, axée sur la longue durée, a fait place à un retour de l'événement, avec ses contingences et ses énigmes. La mémoire, finalement, est devenue un prisme privilégié de perception du passé. Une fois entrée dans l'atelier de l'histoire, elle a redessiné le profil du XXe siècle comme âge de la violence et des victimes. Ces mutations sont au coeur de certains grands débats historiographiques que ce livre essaie de reconstituer dans un tableau d'ensemble et de soumettre à une analyse critique. Il part d'un bilan de l'oeuvre d'Eric Hobsbawm, le premier historien du « court » XXe siècle, qui est aussi le miroir d'une école historique et d'une génération intellectuelle marquée par l'engagement politique. Il aborde ensuite d'autres grandes catégories interprétatives, tant anciennes (révolution, fascisme) que nouvelles(biopouvoir), pour mettre en lumière à la fois la fécondité et les limites de leurs apports ou de leursmétamorphoses. Il interroge le comparatisme historique, d'abord en étudiant les usages de la Shoahcomme paradigme des génocides, puis en mettant en parallèle l'exil juif et la diaspora noire, deuxthèmes majeurs de l'histoire intellectuelle. Il analyse enfin les interférences entre histoire et mémoire, entre mise à distance et sensibilité du vécu, qui affectent aujourd'hui toute narration du XXe siècle. L'histoire s'écrit toujours au présent : c'est bien ce lien matriciel entre le monde de l'historien et son écriture du passé que ce livre questionne.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 299  pages
  • Dimensions :  3.0cmx13.6cmx21.8cm
  • Poids : 358.3g
  • Editeur :   Editions La Découverte Paru le
  • ISBN :  2707165697
  • EAN13 :  9782707165695
  • Classe Dewey :  900
  • Langue : Français

D'autres livres de Enzo Traverso

Le passé, mode d'emploi

L'industrie culturelle, les musées, les commémorations, les programmes éducatifs contribuent à faire de la mémoire du passé une sorte de religion civile de nos sociétés contemporaines. Cette religion remplit souvent une fonction apologétique: conserver souvenir des totalitarismes pour [....

Le Totalitarisme

Le sous-titre de l'ouvrage est éclairant : Le XXe siècle en débat. Car entre deux Sarajevo, celui de 1914 et celui de 1991, le siècle qui s'achève, ouvert par "une guerre totale", a vu se développer en Europe trois expériences historiques - le fascisme italien, le national socialisme [....

A feu et à sang

La première moitié du XXe siècle, de 1914 à 1945, fut une époque de guerres, de destructions et de révolutions qui mit l'Europe à feu et à sang. Pour Enzo Traverso, la notion de " guerre civile européenne " permet de rendre compte de cette terrible combinaison de guerre totale sans lois ...

La pensée dispersée

Arendt, Kracauer, Benjamin, Broch, Roth, Adorno... Ces grands penseurs judéo-allemands ont pour point commun d'avoir dû fuir leur pays après l'accession au pouvoir de Hitler, en 1933. Dès lors, c'est seuls, errants, étrangers, apatrides, que ceux d'entre eux qui ont survécu à cette fuite [...

Voir tous les livres de Enzo Traverso

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de L'histoire comme champ de bataille

En 1989, la chute du mur de Berlin a clôturé le XXe siècle. Ce qui, jusqu'à la veille, palpitait dansle présent, est soudainement apparu comme appartenant à l'histoire. Profondément affectée par cetterupture, l'historiographie a dû remettre en cause ses paradigmes, questionner ses méthodes, redéfinirses domaines. La manière de penser et d'écrire l'histoire du monde contemporain s'est modifiée. Lesclivages figés de la guerre froide ont laissé la place à l'histoire globale qui, au lieu d'un siècle divisé en blocs, voit un réseau d'échanges économiques, de transferts démographiques, d'hybridations culturelles à l'échelle de la planète. L'histoire structurale, axée sur la longue durée, a fait place à un retour de l'événement, avec ses contingences et ses énigmes. La mémoire, finalement, est devenue un prisme privilégié de perception du passé. Une fois entrée dans l'atelier de l'histoire, elle a redessiné le profil du XXe siècle comme âge de la violence et des victimes. Ces mutations sont au coeur de certains grands débats historiographiques que ce livre essaie de reconstituer dans un tableau d'ensemble et de soumettre à une analyse critique. Il part d'un bilan de l'oeuvre d'Eric Hobsbawm, le premier historien du « court » XXe siècle, qui est aussi le miroir d'une école historique et d'une génération intellectuelle marquée par l'engagement politique. Il aborde ensuite d'autres grandes catégories interprétatives, tant anciennes (révolution, fascisme) que nouvelles(biopouvoir), pour mettre en lumière à la fois la fécondité et les limites de leurs apports ou de leursmétamorphoses. Il interroge le comparatisme historique, d'abord en étudiant les usages de la Shoahcomme paradigme des génocides, puis en mettant en parallèle l'exil juif et la diaspora noire, deuxthèmes majeurs de l'histoire intellectuelle. Il analyse enfin les interférences entre histoire et mémoire, entre mise à distance et sensibilité du vécu, qui affectent aujourd'hui toute narration du XXe siècle. L'histoire s'écrit toujours au présent : c'est bien ce lien matriciel entre le monde de l'historien et son écriture du passé que ce livre questionne.