share_book
Envoyer cet article par e-mail

Rome et l'intégration de l'Empire 44 av. J.-C.260 ap. J.-C. . Tome 1

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Rome et l'intégration de l'Empire 44 av. J.-C.260 ap. J.-C. . Tome 1

Rome et l'intégration de l'Empire 44 av. J.-C.260 ap. J.-C. . Tome 1

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Rome et l'intégration de l'Empire 44 av. J.-C.260 ap. J.-C. . Tome 1"

Présentation de Rome et l'intégration de l'Empire 44 av. J.-C.260 ap. J.-C. . Tome 1

Du Haut Empire, on donne volontiers une image caricaturale. Défini sans précaution comme une monarchie brutale et brouillonne, le régime du principat est considéré tantôt comme un système prédateur, tantôt comme une période idyllique de paix et de félicité, interrompue par quelques rares guerres civiles et progressivement détruite par les barbares. C'est contre ces excès que veut réagir ce livre. Le principat était indéniablement un régime autoritaire et répressif, fondé sur le pouvoir militaire et sur l'exploitation des pauvres, libres ou non libres. Mais il n'était ni une monarchie absolue, ni une simple machine impérialiste. Très souple et en mutation permanente, le régime du principat a réussi à maintenir une relative paix intérieure et à gouverner, voire à intégrer dans l'empire, sur le plan politique, social et économique, les régions, les cités et les élites de tout le monde méditerranéen.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 480  pages
  • Dimensions :  2.6cmx15.0cmx21.2cm
  • Poids : 521.6g
  • Editeur :   Presses Universitaires De France - Puf Paru le
  • Collection : Nouvelle clio
  • ISBN :  2130582478
  • EAN13 :  9782130582472
  • Classe Dewey :  930
  • Langue : Français

D'autres livres de  John Scheid

L'Homme romain

Sous la direction d'Andrea Giardina. Une galerie de portraits composée de douze tableaux. Chacun des personnages romains, le citoyen, le prêtre, le soldat, le marchand, est croqué par l'historien d'aujourd'hui qui restitue en même temps les typologies d'hier. Il en ressort une image du Romain...

Les grandes civilations

Qu'est-ce qu'une civilisation sinon un lieu d'échange, de mémoire, de formation, d'élaboration de l'avenir ? Les mythes de l'Eden, la Chine, l'Egypte, Rome, la Gaule de Vercingétorix, les civilisations amérindiennes, l'Orient arabe sont autant d'exemples de cet effort des hommes pour rendre ét...

Voir tous les livres de  John Scheid

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Présentation de Rome et l'intégration de l'Empire 44 av. J.-C.260 ap. J.-C. . Tome 1

Du Haut Empire, on donne volontiers une image caricaturale. Défini sans précaution comme une monarchie brutale et brouillonne, le régime du principat est considéré tantôt comme un système prédateur, tantôt comme une période idyllique de paix et de félicité, interrompue par quelques rares guerres civiles et progressivement détruite par les barbares. C'est contre ces excès que veut réagir ce livre. Le principat était indéniablement un régime autoritaire et répressif, fondé sur le pouvoir militaire et sur l'exploitation des pauvres, libres ou non libres. Mais il n'était ni une monarchie absolue, ni une simple machine impérialiste. Très souple et en mutation permanente, le régime du principat a réussi à maintenir une relative paix intérieure et à gouverner, voire à intégrer dans l'empire, sur le plan politique, social et économique, les régions, les cités et les élites de tout le monde méditerranéen.