share_book
Envoyer cet article par e-mail

Du progrès et de la promotion des savoirs, 1605

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Du progrès et de la promotion des savoirs, 1605

Du progrès et de la promotion des savoirs, 1605

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Du progrès et de la promotion des savoirs, 1605"

Présentation de Du progrès et de la promotion des savoirs, 1605

" Le savoir dérivé d'Aristote, s'il est soustrait au libre examen, ne montera pas plus haut que le savoir qu'Aristote avait. " Dans les arts mécaniques, le début est grossier puis l'on développe et perfectionne - ce que Bacon baptise ici " progrès ". S'il n'en va pas de même pour les savoirs, c'est que, dans la société, la science est une grande incomprise. Que faire pour y remédier ? Bien des choses, et d'abord convaincre l'Etat de s'en mêler. Publié en anglais en 1605, Du progrès n'a connu jusqu'ici qu'une traduction française, en 1624. La phrase qui recommande le libre examen d'Aristote y a été censurée, comme tout ce qui touche à la scolastique. Bacon lui-même, en se faisant traduire en latin pour le Continent, expurge son livre. L'audace intellectuelle de l'original n'avait donc pas encore vraiment franchi la Manche. L'essentiel fut cependant entendu de tous aux XVIIe siècle : les sciences, produites par l'effort humain, doivent être distinguées de la religion.

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 375  pages
  • Dimensions :  2.6cmx12.6cmx18.2cm
  • Poids : 440.0g
  • Editeur :   Gallimard Paru le
  • Collection : Tel
  • ISBN :  2070721418
  • EAN13 :  9782070721412
  • Classe Dewey :  121
  • Langue : Français

D'autres livres de Francis Bacon

La Nouvelle Atlantide

Francis Bacon (1560-1626), philosophe et homme politique, auteur de Du progrès et de la promotion des savoirs et du Novum Organum, laissa à sa mort une Atlantide inachevée, que son chapelain s'empressa de publier. La Nouvelle Atlantide : le rêve d'une société par et pour la science ; le [.....

Novum Organum

Le 25 brumaire an III, Lakanal déclarait, devant la Convention nationale : « Citoyens, depuis longtemps, la partie éclairée de la nation demande une bonne traduction de Bacon, l'illustre philosophe anglais Bacon, pauvre, négligé dans sa patrie, légua en mourant son nom et ses écrits aux [...

Essais de morale et de politique

Francis Bacon (1561-1626) est une figure étrange et controversée de l histoire politique et littéraire anglaise. Après être tombé en disgrâce par deux fois, sous Élisabeth Ire et sous Jacques Ier, il se consacre à son activité scientifique et philosophique. Il expose sa vision rationaliste...

Voir tous les livres de Francis Bacon

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Du progrès et de la promotion des savoirs, 1605

" Le savoir dérivé d'Aristote, s'il est soustrait au libre examen, ne montera pas plus haut que le savoir qu'Aristote avait. " Dans les arts mécaniques, le début est grossier puis l'on développe et perfectionne - ce que Bacon baptise ici " progrès ". S'il n'en va pas de même pour les savoirs, c'est que, dans la société, la science est une grande incomprise. Que faire pour y remédier ? Bien des choses, et d'abord convaincre l'Etat de s'en mêler. Publié en anglais en 1605, Du progrès n'a connu jusqu'ici qu'une traduction française, en 1624. La phrase qui recommande le libre examen d'Aristote y a été censurée, comme tout ce qui touche à la scolastique. Bacon lui-même, en se faisant traduire en latin pour le Continent, expurge son livre. L'audace intellectuelle de l'original n'avait donc pas encore vraiment franchi la Manche. L'essentiel fut cependant entendu de tous aux XVIIe siècle : les sciences, produites par l'effort humain, doivent être distinguées de la religion.