share_book
Envoyer cet article par e-mail

Profanations

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Profanations

Profanations

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Profanations"

Présentation de Profanations

Profanations : il s'agit en dix gestes, de penser la profanation comme l'acte de création et la tension de la modernité : « La profanation de l'im-profanable est la tâche politique de la génération qui vient ». Dix profanations, dix gestes : dix textes, dix essais, souvent courts, de style varié et de registre souvent différent. Dix actes. Il ne s'agit plus ici de commenter, mais d'écrire, d'inscrire la pensée dans la langue. Giorgio Agamben renoue ici avec le style de quelques-uns de ses essais les plus littéraires et les plus libres. L'ensemble des textes est porté, tendu par une inspiration et un souffle haletant. On pense à Stanze, bien sûr, mais aussi à Idée de la prose, à La communauté qui vient ou à Bartleby ou la création. C'est qu'il s'agit de penser la création, le geste de l'art mais aussi de le produire. On tient là un des livres les plus libres et les plus inspirés de Giorgio Agamben : on parlerait volontiers de petits essais en prose, ou de petites proses théoriques, pour indiquer ces profanations de l'écrivain. 1. La série des profanations s'ouvre sur une méditation libre sur le Génie, sur ce qu'il faut entendre par génie, depuis le genius latin, jusqu'à la séparation d'avec le génie. Cette première profanation est écrite sous le signe d'Ariel. 2. Le jour du jugement porte sur la photographie et l'auteur nous dit ce qui le point dans l'image photographique c'est-à-dire pourquoi il aime telle ou telle photo et ce que telle ou telle photo lui prescrit. 3. Ce que sont les Aides, en quoi ils nous aident, nous escortent et nous portent secours, ce qu'est ce secours, il faut le demander à Kafka. Cette troisième profanation est une méditation sur la finitude. 4. Avec Parodie, l'auteur renoue avec La fin du poème et offre une des contributions les plus originales à l'histoire de la littérature italienne. La thèse est profanatrice puisqu'elle consiste à tenir que la parodie serait au coeur de la littérature italienne comme son ressort et son âme même. 5. La courte prose Désirer interroge avec émotion le temps qui reste pour que nos désirs prennent la parole. La réponse ne se trouve-t-elle pas dans une réflexion sur le messianisme ? 6. Magie et bonheur pose les conditions de possibilité d'une pensée authentique de la magie, aujourd'hui, pour aujourd'hui. 7. Avec Être spécial, Giorgio Agamben renoue avec sa pratique de l'aphorisme et de la pensée détachée. Ce qu'est qu'être spécial, en quoi cette singularité opère dans les relations entre les hommes, en quoi il importe à une réflexion sur le beau, sur l'image et sur l'amour, c'est ce que l'auteur nous propose de penser. 8. Que reste-t-il de la mort de l'auteur ? Quel est le sens et quelle est la portée du texte de Foucault et pourquoi a-t-il fait date ? Dans L'auteur comme geste, Agamben ne répond pas seulement en historien impeccable et en philologue rigoureux. Il actualise la question. 9. L'éloge de la profanation donne son élan au volume. Comment être patient et vigoureux à la fois ? Cette reconstruction du concept de profanation le long des rayonnages de l'histoire des religions offre à la modernité son programme et son exigence. Elle passe par une méditation sur ce qu'est un musée à l'âge du capitalisme, sur ce qu'est la pornographie et sur la défécation. Agamben renoue ici avec sa passion du visage. 10. Les six plus belles minutes de l'histoire du cinéma : cet envoi est un petit poème en prose. Le génie, l'image, la parole, l'auteur, la magie, le cinéma : le programme de ces Profanations se confond avec la possibilité d'une nouvelle critique de la faculté de juger. Elles en offrent les concepts comme les premiers chapitres. --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 123  pages
  • Dimensions :  1.0cmx10.8cmx16.8cm
  • Poids : 81.6g
  • Editeur :   Rivages Poche Paru le
  • Collection : Petite Bibliothèque
  • ISBN :  2743615788
  • EAN13 :  9782743615789
  • Classe Dewey :  111.85
  • Langue : Français

D'autres livres de Giorgio Agamben

Qu'est-ce qu'un dispositif ?

Les dispositifs où se jouent désormais nos existences - du téléphone portable à la télévision, de l'ordinateur à l'automobile - ne se trouvent pas face à l'homme comme de simples objets de consommation. Ils transforment nos personnalités. La question devient alors : quelle stratégie devon...

La puissance de la pensée

Dans La Puissance de la pensée, Giorgio Agamben a rassemblé une vingtaine d’essais écrits entre 1975 et 2004. Ce recueil d’articles, le plus important du philosophe, peut se lire comme une série d’investigations autant que comme un bréviaire de méthode. Dans un cas comme dans [....]...

L'Ouvert

« Le conflit politique décisif, qui gouverne tout autre conflit, est, dans notre culture, le conflit entre l'animalité et l'humanité de l'homme » ; c'est pourquoi « se demander en quelle manière - chez l'homme - l'homme a été séparé du non-homme et l'animal de l'humain est plus urgent ...

Etat d'exception

L'état d'exception, que nous avons coutume d'envisager comme une mesure toute provisoire et extraordinaire, est en train de devenir sous nos yeux un paradigme normal de gouvernement des états modernes. Or, il faut bien voir que, lorsque l'état d'exception devient la règle, les équilibres [.....

Voir tous les livres de Giorgio Agamben

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Profanations

Profanations : il s’agit en dix gestes, de penser la profanation comme l’acte de création et la tension de la modernité : « La profanation de l’im-profanable est la tâche politique de la génération qui vient ». Dix profanations, dix gestes : dix textes, dix essais, souvent courts, de style varié et de registre souvent différent. Dix actes. Il ne s’agit plus ici de commenter, mais d’écrire, d’inscrire la pensée dans la langue. Giorgio Agamben renoue ici avec le style de quelques-uns de ses essais les plus littéraires et les plus libres. L’ensemble des textes est porté, tendu par une inspiration et un souffle haletant. On pense à Stanze, bien sûr, mais aussi à Idée de la prose, à La communauté qui vient ou à Bartleby ou la création. C’est qu’il s’agit de penser la création, le geste de l’art mais aussi de le produire. On tient là un des livres les plus libres et les plus inspirés de Giorgio Agamben : on parlerait volontiers de petits essais en prose, ou de petites proses théoriques, pour indiquer ces profanations de l’écrivain. 1. La série des profanations s’ouvre sur une méditation libre sur le Génie, sur ce qu’il faut entendre par génie, depuis le genius latin, jusqu’à la séparation d’avec le génie. Cette première profanation est écrite sous le signe d’Ariel. 2. Le jour du jugement porte sur la photographie et l’auteur nous dit ce qui le point dans l’image photographique c’est-à-dire pourquoi il aime telle ou telle photo et ce que telle ou telle photo lui prescrit. 3. Ce que sont les Aides, en quoi ils nous aident, nous escortent et nous portent secours, ce qu’est ce secours, il faut le demander à Kafka. Cette troisième profanation est une méditation sur la finitude. 4. Avec Parodie, l’auteur renoue avec La fin du poème et offre une des contributions les plus originales à l’histoire de la littérature italienne. La thèse est profanatrice puisqu’elle consiste à tenir que la parodie serait au cœur de la littérature italienne comme son ressort et son âme même. 5. La courte prose Désirer interroge avec émotion le temps qui reste pour que nos désirs prennent la parole. La réponse ne se trouve-t-elle pas dans une réflexion sur le messianisme ? 6. Magie et bonheur pose les conditions de possibilité d’une pensée authentique de la magie, aujourd’hui, pour aujourd’hui. 7. Avec Être spécial, Giorgio Agamben renoue avec sa pratique de l’aphorisme et de la pensée détachée. Ce qu’est qu’être spécial, en quoi cette singularité opère dans les relations entre les hommes, en quoi il importe à une réflexion sur le beau, sur l’image et sur l’amour, c’est ce que l’auteur nous propose de penser. 8. Que reste-t-il de la mort de l’auteur ? Quel est le sens et quelle est la portée du texte de Foucault et pourquoi a-t-il fait date ? Dans L’auteur comme geste, Agamben ne répond pas seulement en historien impeccable et en philologue rigoureux. Il actualise la question. 9. L’éloge de la profanation donne son élan au volume. Comment être patient et vigoureux à la fois ? Cette reconstruction du concept de profanation le long des rayonnages de l’histoire des religions offre à la modernité son programme et son exigence. Elle passe par une méditation sur ce qu’est un musée à l’âge du capitalisme, sur ce qu’est la pornographie et sur la défécation. Agamben renoue ici avec sa passion du visage. 10. Les six plus belles minutes de l’histoire du cinéma : cet envoi est un petit poème en prose. Le génie, l’image, la parole, l’auteur, la magie, le cinéma : le programme de ces Profanations se confond avec la possibilité d’une nouvelle critique de la faculté de juger. Elles en offrent les concepts comme les premiers chapitres. --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.