share_book
Envoyer cet article par e-mail

Où est passé le bien commun ?

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Où est passé le bien commun ?

Où est passé le bien commun ?

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Où est passé le bien commun ?"

Présentation de Où est passé le bien commun ?

Dans un monde où le politique est dominé par les puissances économiques et financières, et où le toujours plus de la croissance s’impose comme une fin en soi, la seule référence non économique qui subsiste est celle des droits individuels. La référence au bien commun a été évacuée. Des millions de citoyens, pourtant, continuent de s’en soucier. Encore faudrait-il qu’émerge une conception renouvelée du bien commun. Et que celui-ci reprenne sa place dans les préoccupations des politiques. François Flahault interroge le fondement des droits de l’homme. Il montre comment le progrès des connaissances anthropologiques apporte ce qui leur manque pour penser le bien commun. La vie sociale apparaît ainsi comme le lieu d’être de chacun d’entre nous, l’indispensable poumon de la vie individuelle. La fragile coexistence des humains repose largement sur les biens communs ou biens collectifs (au pluriel) dans lesquels se concrétise le bien commun (au singulier). Cependant, leur importance, ainsi que leur diversité naturelle et culturelle, matérielle et immatérielle, reste sous-évaluée au regard des biens marchands. Comment la lutte politique peut-elle faire évoluer les rapports de force dans un sens favorable au bien commun? L’auteur montre qu’il est possible de s’inspirer d’un autre modèle que ceux dont, plus de vingt ans après la fin de la guerre froide, nous sommes encore tributaires.Directeur de recherches émérite au CNRS, François Flahault anime un séminaire d’anthropologie philosophique à l’École des hautes études en sciences sociales. Il a notamment publié Le Sentiment d’exister (Descartes & Cie, 2002), Le Paradoxe de Robinson. Capitalisme et société (Mille et une nuits, 2005) et Le Crépuscule de Prométhée (Mille et une nuits, 2008).

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 200  pages
  • Dimensions :  2.2cmx12.6cmx18.4cm
  • Poids : 299.4g
  • Editeur :   Fayard/Mille Et Une Nuits Paru le
  • Collection : Essais
  • ISBN :  275550594X
  • EAN13 :  9782755505948
  • Classe Dewey :  320
  • Langue : Français

D'autres livres de François Flahault

Le paradoxe de Robinson

Le vide de la pensée progressiste auquel nous sommes confrontés correspond à une période de transition entre deux conceptions de l'être humain et de la société. La pensée occidentale se fonde depuis des siècles sur la conviction que l'individu précède la société et que celle-ci se [....

Be yourself ! : Au-delà de la conception occidentale de l'individu

" Be yourself' ! ", clament les affiches publicitaires, les titres de la presse féminine et psychologique. L'air du temps colporte l'idée la plus consensuelle du monde occidental : l'individu doit s'affirmer envers et contre tous, en lui il doit puiser toutes ses ressources. Mais que signifie au j...

Adam et Eve : La condition humaine

Qu'est-ce que l'homme? Depuis près de deux mille ans, la question appelle un commentaire de l'épisode biblique qui met aux prises un homme, une femme, un serpent et un fruit défendu. Loin de se résumer à un péché originel auquel on ne croit plus, l'histoire d'Adam et Ève témoigne, selon Pau...

Pourquoi limiter l' expansion du capitalisme ?

La production toujours croissante de biens et de services est-elle 'l'horizon indépassable du développement ? L'histoire s'achève-t-elle sous l'alliance du capitalisme et de la démocratie ? François Flahault met radicalement en doute les prémisses des théories économiques dominantes et tire ...

Voir tous les livres de François Flahault

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Où est passé le bien commun ?

Dans un monde où le politique est dominé par les puissances économiques et financières, et où le toujours plus de la croissance s’impose comme une fin en soi, la seule référence non économique qui subsiste est celle des droits individuels. La référence au bien commun a été évacuée. Des millions de citoyens, pourtant, continuent de s’en soucier. Encore faudrait-il qu’émerge une conception renouvelée du bien commun. Et que celui-ci reprenne sa place dans les préoccupations des politiques. François Flahault interroge le fondement des droits de l’homme. Il montre comment le progrès des connaissances anthropologiques apporte ce qui leur manque pour penser le bien commun. La vie sociale apparaît ainsi comme le lieu d’être de chacun d’entre nous, l’indispensable poumon de la vie individuelle. La fragile coexistence des humains repose largement sur les biens communs ou biens collectifs (au pluriel) dans lesquels se concrétise le bien commun (au singulier). Cependant, leur importance, ainsi que leur diversité naturelle et culturelle, matérielle et immatérielle, reste sous-évaluée au regard des biens marchands. Comment la lutte politique peut-elle faire évoluer les rapports de force dans un sens favorable au bien commun? L’auteur montre qu’il est possible de s’inspirer d’un autre modèle que ceux dont, plus de vingt ans après la fin de la guerre froide, nous sommes encore tributaires.Directeur de recherches émérite au CNRS, François Flahault anime un séminaire d’anthropologie philosophique à l’École des hautes études en sciences sociales. Il a notamment publié Le Sentiment d’exister (Descartes & Cie, 2002), Le Paradoxe de Robinson. Capitalisme et société (Mille et une nuits, 2005) et Le Crépuscule de Prométhée (Mille et une nuits, 2008).