share_book
Envoyer cet article par e-mail

Histoire de l'habitat idéal

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Histoire de l'habitat idéal

Histoire de l'habitat idéal

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Histoire de l'habitat idéal "

Présentation de Histoire de l'habitat idéal

C'est l'histoire des raisons pour lesquelles la société urbaine des pays riches en est venue à idéaliser le modèle de l'habitation individuelle au plus près de la nature. De ses plus anciennes expressions mythologiques jusqu'à l'urbain diffus contemporain, cette histoire couvre plus de trois millénaires. Elle aboutit aujourd'hui à un paradoxe insoutenable : la quête de " la nature " (en termes de paysage) détruit son objet même : la nature (en termes d'écosystèmes et de biosphère). Associée à l'automobile, la maison individuelle est effectivement devenue le motif directeur d'un genre de vie dont l'empreinte écologique démesurée entraîne une surconsommation insoutenable à long terme des ressources de la nature. Les deux premières parties de l'ouvrage sont historiques. Elles portent principalement sur l'Asie orientale, où est apparue la notion de paysage - décisive en la matière -, tout en opérant de multiples recoupements avec l'Europe, et en montrant la confluence, à partir du XVIIIe siècle, des diverses filiations d'où est issu l'idéal de l'habitation hors de la ville, au sein de " la nature ". La troisième partie porte sur les tendances générales de l'habitat contemporain dans les pays riches (Amérique du Nord, Europe occidentale, Japon...) en soulignant leur double effet sur la nature : externe (sur l'environnement) et interne (sur les fondements ontologiques de l'être humain). Le cadre théorique est celui de la mésologie (l'étude des milieux humains), c'est-à-dire l'approche onto-géographique des questions environnementales. Dépassant le clivage Orient-Occident, ce livre montre les analogies profondes qui, là comme ailleurs, instituent d'un même mouvement la personne et l'écoumène, relation de l'humanité à l'étendue terrestre. IL montre comment le déni moderne de ce déploiement de l'être, aliénant le sujet humain de son milieu concret, a peu à peu découplé notre monde de la base qui lui donne substance : la Terre. Et, hors les murs où le paradigme moderne a enfermé l'être, il propose une piste pour recouvrer cette indispensable assise.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 396  pages
  • Dimensions :  2.8cmx15.0cmx22.6cm
  • Poids : 938.9g
  • Editeur :   Editions Du Félin Paru le
  • Collection : Les marches du temps
  • ISBN :  2866457390
  • EAN13 :  9782866457396
  • Classe Dewey :  910
  • Langue : Français

D'autres livres de Augustin Berque

Le sens de l'espace au Japon

Le sens de l'espace au japon, c'est le déploiement du monde japonais, de la terre d'un certain archipel à la manière dont le moi s'y définit dans son rapport avec les choses et avec autrui. C'est l'organisation des parcours dans un jardin-promenade, l'agencement des pièces dans l'ancien [......

Ecoumène

"L'être humain est géographique" : il doit donc y avoir une place pour une "ontologie", une étude de l'être de la géographie. Si l'écoumène signifie pour le géographe l'ensemble de l'espace dans lequel s'inscrivent les sociétés humaines (et donc leurs empreintes, leurs territoires), il...

Voir tous les livres de Augustin Berque

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Histoire de l'habitat idéal

C'est l'histoire des raisons pour lesquelles la société urbaine des pays riches en est venue à idéaliser le modèle de l'habitation individuelle au plus près de la nature. De ses plus anciennes expressions mythologiques jusqu'à l'urbain diffus contemporain, cette histoire couvre plus de trois millénaires. Elle aboutit aujourd'hui à un paradoxe insoutenable : la quête de " la nature " (en termes de paysage) détruit son objet même : la nature (en termes d'écosystèmes et de biosphère). Associée à l'automobile, la maison individuelle est effectivement devenue le motif directeur d'un genre de vie dont l'empreinte écologique démesurée entraîne une surconsommation insoutenable à long terme des ressources de la nature. Les deux premières parties de l'ouvrage sont historiques. Elles portent principalement sur l'Asie orientale, où est apparue la notion de paysage - décisive en la matière -, tout en opérant de multiples recoupements avec l'Europe, et en montrant la confluence, à partir du XVIIIe siècle, des diverses filiations d'où est issu l'idéal de l'habitation hors de la ville, au sein de " la nature ". La troisième partie porte sur les tendances générales de l'habitat contemporain dans les pays riches (Amérique du Nord, Europe occidentale, Japon...) en soulignant leur double effet sur la nature : externe (sur l'environnement) et interne (sur les fondements ontologiques de l'être humain). Le cadre théorique est celui de la mésologie (l'étude des milieux humains), c'est-à-dire l'approche onto-géographique des questions environnementales. Dépassant le clivage Orient-Occident, ce livre montre les analogies profondes qui, là comme ailleurs, instituent d'un même mouvement la personne et l'écoumène, relation de l'humanité à l'étendue terrestre. IL montre comment le déni moderne de ce déploiement de l'être, aliénant le sujet humain de son milieu concret, a peu à peu découplé notre monde de la base qui lui donne substance : la Terre. Et, hors les murs où le paradigme moderne a enfermé l'être, il propose une piste pour recouvrer cette indispensable assise.