share_book
Envoyer cet article par e-mail

Ornement et Crime

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Ornement et Crime

Ornement et Crime

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Ornement et Crime"

Présentation de Ornement et Crime

Cette sélection des écrits d'Adolf Loos, le grand architecte viennois (1870-1933), se fonde principalement sur le recueil intitulé Malgré tout (1931), que Loos avait lui-même publié de son vivant. Y sont adjoints quelques articles totalement inédits en français et qui ont paru en Autriche il y a seulement une vingtaine d'années dans Écrits disparus et Confrontations. Autour de l'essai majeur Ornement et crime (avec son pendant Ornement et éducation) sont ici regroupés un certain nombre d'articles ou de conférences - dont celle sur la fameuse Maison de la Michaelerplatz - illustrant les travaux d'un architecte particulièrement novateur, engageant, à travers la réponse de la construction, toute une réforme de l'habitat, des moeurs, de l'art et de la culture, et finalement de la vie.Loos participe de ce qu'il est convenu d'appeler la modernité viennoise, à l'aube du XXe siècle, et lui-même ne manque pas de souligner les liens qui l'unissent à Karl Kraus, à Oscar Kokoschka, à Peter Altenberg, ou encore au musicien Schönberg. C'est le concept de la modernité, somme toute, qui est en jeu dans ces écrits, un concept que, avec Loos, on opposera à l'ornementalisme, mais sans le dissocier pour autant de la tradition en ce qu'elle a de meilleur.Au premier plan vient la question du matériau, de la structure, de l'espace, de l'utilisation, de la fonctionnalité des objets culturels. Mais l'apologie de la fonctionnalité, identifiée à la beauté, ne vise aucunement à la fonctionnalité de l'existence. Au contraire, elle est faite pour libérer l'individu trop dépendant de l'extériorité. Allégée de l'accessoire et du superflu, il pourra mieux développer sa libre recherche d'homme sans qualité - faut-il dire sans ornement ?

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 277  pages
  • Dimensions :  1.6cmx10.8cmx17.0cm
  • Poids : 199.6g
  • Editeur :   Rivages Paru le
  • Collection : Rivages poche / Petite bibliothèque
  • ISBN :  274361076X
  • EAN13 :  9782743610760
  • Classe Dewey :  720.1
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Ornement et Crime

Cette sélection des écrits d’Adolf Loos, le grand architecte viennois (1870-1933), se fonde principalement sur le recueil intitulé Malgré tout (1931), que Loos avait lui-même publié de son vivant. Y sont adjoints quelques articles totalement inédits en français et qui ont paru en Autriche il y a seulement une vingtaine d’années dans Écrits disparus et Confrontations. Autour de l’essai majeur Ornement et crime (avec son pendant Ornement et éducation) sont ici regroupés un certain nombre d’articles ou de conférences - dont celle sur la fameuse Maison de la Michaelerplatz - illustrant les travaux d’un architecte particulièrement novateur, engageant, à travers la réponse de la construction, toute une réforme de l’habitat, des moeurs, de l’art et de la culture, et finalement de la vie.Loos participe de ce qu’il est convenu d’appeler la modernité viennoise, à l’aube du XXe siècle, et lui-même ne manque pas de souligner les liens qui l’unissent à Karl Kraus, à Oscar Kokoschka, à Peter Altenberg, ou encore au musicien Schönberg. C’est le concept de la modernité, somme toute, qui est en jeu dans ces écrits, un concept que, avec Loos, on opposera à l’ornementalisme, mais sans le dissocier pour autant de la tradition en ce qu’elle a de meilleur.Au premier plan vient la question du matériau, de la structure, de l’espace, de l’utilisation, de la fonctionnalité des objets culturels. Mais l’apologie de la fonctionnalité, identifiée à la beauté, ne vise aucunement à la fonctionnalité de l’existence. Au contraire, elle est faite pour libérer l’individu trop dépendant de l’extériorité. Allégée de l’accessoire et du superflu, il pourra mieux développer sa libre recherche d’homme sans qualité - faut-il dire sans ornement ?